Comment affûter une alêne pour la maroquinerie ?

L’affûtage d’une alêne est un point souvent sensible, délicat pour les débutants, et houleux pour les professionnels qui ont parfois du mal à s’entendre sur le sujet.
 

Je vais vous présenter ici une méthode que j’utilise pour la maroquinerie.

En sellerie harnachement, la pratique peut être différente, j’y reviens plus bas.

 

Affûter une alêne pour le travail duc rui et la maroquinerie
les différentes zones importantes

Quand on parle d’affûter une alêne, il faut avoir en tête la pointe d’alêne. C’est un affûtage « partiel ».

 

Le concept est simple, la pointe perce et le reste de l’alêne écarte le cuir (en forme de losange).

Ce cuir écarté va se resserrer autour du fil et ainsi améliorer la solidité et l’étanchéité de la couture.

 

La pointe doit donc être particulièrement fine et perçante, le tranchant de l’alêne n’étant que sur quelques millimètres (partie arrondie de la pointe de l’outil).

 

Toute la zone dans le prolongement ne coupe pas !

Si lorsque vous affûtez elle se retrouve tranchante, cassez ce tranchant (lime ou papier de verre grain fin). On doit pouvoir passer son doigt sans crainte de se couper.

 

 

Pourquoi certains utilisent une alêne aux côtés tranchants ? (en sellerie harnachement par exemple)

 

Parce qu’ils percent des cuirs épais, tout simplement. Qui dit cuir plus épais, dit qu’il sera plus dur d’écarter le cuir (qui va se refermer très vite pour le coup), mais aussi plus de matière, donc on le « coupe ».

 

Essayez ça avec un cuir de 1mm … c’est la déchirure assurée lors de la couture au moment de serrer le point.

 

La méthode d’affûtage « intégral » n’est donc pas mauvaise, juste pas adaptée aux cuir fins.

 

J’utilise des cuirs jusqu’à 3mm sans souci avec l’affûtage de la pointe (partiel), au delà, j’utilise une alêne affûtage intégral.

 

D’autres cassent la pointe de l’alêne et obtiennent une sorte de mini lame au bout de l’outil, c’est une adaptation pour l’utilisation de la griffe (peigne) ou molette à marquer les points de coutures, je ferai un article à ce sujet à l’occasion.

 

La méthode pour la maroquinerie a l’avantage d’être « rapide » à mettre en œuvre (il n’y a qu’une pointe à affûter).

 

Pensez à protéger vos outils pour que cet affûtage reste le plus longtemps possible.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu informé de nouvelles publications.

 

A bientôt

Tithouan

 

  1. Merci beaucoup pour ces conseils éclairés sur l’affûtage de l’alêne. Par ailleurs, concernant l’affûtage du couteau à parer, je me pose encore des questions. J’utilise du papier de verre très fin et je finis au strop (vieil outil dont se servait mon grand-père pour aiguiser son rasoir) mais je ne suis pas satisfaite. Que me conseillerais-tu comme pâte à mettre sur le cuir du « boeuf » pour faciliter l’aiguisage ? Il en existe plusieurs notamment chez Déco-cuir mais je suis un peu perdue.
    Grand merci pour ta réponse et pour le temps passé à fournir ce blog très utiles à tous.
    Anne

  2. Bonjour,
    J’aimerai savoir si dans votre liste, vous avez pensé aussi à l’aiguisage des forets de perceuse?
    J’ai en ma possession un kit de foret émoussé mais je ne sais comment faire.
    Merci à l’avance pour votre réponse.

  3. Niquel, un article sur l’affutage!!!
    Et il est vrai que la petite précision au début de l’article est utile 😉
    Je comprends mieux pourquoi certains ont toute une collection d’alènes!
    Vivement la suite , merci Titouan

  4. tu viens de répondre à une question que je me posais depuis quelques jours. En effet je viens d’acheter une alêne losange et j’ai été surprise déjà par la largeur de la lame et surtout par le tranchant jusqu’au manche, je me suis d’ailleurs coupée en l’essayant sur un cuir fin (1 mm) par contre comme je l’avais achetée pour coudre des bridons avec du cuir de 5.5 mm (jen ai 6 à faire) elle va très bien aller, je vais donc affûter mes vieilles alênes qui commencent à s’ éssoufler à force de les affûter elles ont beaucoup diminué de volume
    Bion week end
    Françoise

  5. Merci beaucoup pour cette explication tellement pertinente. Je vais définitivement changer la manière d’affûter cet outil indispensable. Reste à affûter correctement ! C’est ma bête noire. C’est à refaire constamment. Y a-t-il un article traitant du sujet : Comment affûter sans abîmer les lames de nos outils tranchants ?

    1. C’est un sujet dans ma liste … sujet assez « gros » à évoquer pour faire les choses bien (sans que certains hurlent parce-que LEUR façon de faire n’est pas expliquée … si si c’est du vécu, c’est un sujet très demandé mais très pointilleux à traiter) … 🙂
      Mon projet de formation en ligne est bien avancé et devrait bientôt voir le jour (La fabrication de A à Z de chaque patrons que je propose, étape par étape), je vais avoir besoin de toute façon de traiter ce sujet 🙂 il revient trop souvent 😀
      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *