côté fleur, côté chair, croûte de cuir ? apprendre la maroquinerie et le travail du cuir

Côté fleur, côté chair, découvrir le cuir

côté fleur, côté chair, croûte de cuir ? apprendre la maroquinerie et le travail du cuirPas toujours facile de connaître tous les termes autour du cuir. Dans cet article, je vais vous expliquer la différence entre la fleur du cuir, et la chair.

 

Le cuir à deux côté, le dessus et le dessous. L’un est le plus souvent lisse et l’autre pelucheux.

« A fleur de peau », un bon moyen mnémotechnique pour retenir que c’est la zone externe de la peau, celle qui a les poils (follicule pileux), pour les peaux à écailles ou autres, le terme peut-être différents, je parle dans cet article de peaux de mammifères.

L’autre se nomme « côté chair », il est souvent d’aspect pelucheux, ou fibreux. Ces fibres sont le constituant de la peau.

Les fibres, en allant du côté chair vers le côté fleur, sont de plus en plus petites et serrées.

 

La fleur est la partie la plus solide d’une peau (élasticité et résistance mécanique) et la plus utilisée. Pour certaines finitions (cuir nubuck par exemple) cette fleur est légèrement poncée, et donne un toucher « peau de pêche » (pour cela le cuir doit être de très bonne qualité). Attention, ces cuirs sont plus sensibles à l’utilisation.

Il existe des cuir où l’on a souhaité mettre en valeur le côté chair par ponçage. C’est un cuir « velours » qui, comme pour le cuir nubuck, est très sensible à l’usage.

Parfois on trouve du cuir avec deux côtés poncés. En général, ce n’est pas du cuir mais de la croûte de cuir « velours ». L’absence de fleur (suite à l’amincissement de la peau par refente) fait que la peau est fibreuse des deux côtés. Ces fibres sont poncées pour améliorer l’aspect visuel.

 

Merci à l’ Atelier de Françoise / LaSauvage / Maribel et Shyne, c’est avec leur aide que cet article est paru 🙂

Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, vous pouvez le découvrir à cette adresse :
https://www.tipeee.com/point-sellier

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir par mail les nouveaux articles

 

A bientôt

Tithouan

Liste fournisseurs cuir outils accessoires quincaillerie - Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir

Fournisseurs : quelques adresses réunies pour vous !

VoiciListe fournisseurs cuir outils accessoires quincaillerie - Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir une liste simple et non exhaustive de fournisseurs pour du cuir, des outils et de la quincaillerie.

A savoir que je n’ai pas testé tout le monde ! Ainsi, cette liste de fournisseurs est sans jugement, sans ordre d’importance ou de qualité. Il s’agit juste d’une liste en rapport à la maroquinerie et au travail du cuir.

 

 

Tanneries :

tannerie-garat.com
tannerie-chapat.com
tannerie-gal.fr
tannerie-radermecker.com
– tanneries de châmont : (pas de site internet) Avenue de Beaumont, 24470 Saint-Pardoux-la-Rivière

 

Vente en ligne de cuir :

 

tannerie-chapat.com
decocuir.fr
logisdecordes.com : (apparemment le seul revendeur français du cuir « Hermann oak », réputé pour être un must en repoussage)
stockcuir.fr
– fages-aiglon.fr
cuirselection.com
outilsloisirs.fr
lamaisonducuir.com
cuirenstock.com
tandyleather.eu
cuirtextilecrea.com
cuirs-cpl.com

 

Catalogue en ligne (pas de vente en ligne donc 🙂 acheter sur place ) :

 

cuirschadefaux.com
decourt-freres.fr
lareservedesarts.org : récupère des rebuts et chutes de matériaux dans les entreprises, les valorise et les revend aux professionnels de la création, stock selon arrivage.

 

Outillage et quincaillerie :

 

eprose.fr
vergez-blanchard.fr
decocuir.fr
crea-cuir.com
cuirtextilecrea.com
tandyleather.eu
logisdecordes.com
fages-aiglon.fr
presseaoeillets.fr

 

Je ferme volontairement les commentaires de cet article,  afin de ne pas le transformer en foire aux avis et/ou créer du conflit.

Comme écrit plus haut, c’est une liste de fournisseurs sans jugement de ma part (j’ai mes propres avis sur certains, positifs ou négatifs) mais je souhaite que chacun se fasse sa propre expérience, sans empiéter sur celle des autres.

Mes besoins, attentes ou opinions n’étant pas les mêmes que d’autres personnes 🙂 j’entends que ces autres agissent réciproquement.

 

Toutefois, si vous pensez qu’un fournisseur intéressant n’est pas dans la liste, envoyez moi un mail avec le nom et l’adresse du site internet. Je verrais, selon le site, pour compléter la liste de cet article et vous remercie d’avance.

 

 

Retrouvez le groupe Facebook de partage autour des patrons et de tout ce qui touche le cuir,
il existe un document à compléter,
regroupant des sites autour du cuir !
(il faut être inscrit)

 

A bientôt

Tithouan

Les découpes d'une peau

La découpe d’un cuir ou les différentes parties d’une peau

C’est quoi un collet ? Une bande ? un croupon ? Une peau entière ?

Les découpes d'une peau
Le prêtant d’une peau

La peau d’un bovin est découpée selon des règles très précises (les découpes peuvent varier selon l’animal), chaque partie découpée ayant des propriétés différentes, elles sont utilisées pour différents usages. Pas facile de s’y retrouver donc, mais ce n’est pas si compliqué.

 

Pour commencer, pourquoi couper le cuir comme ça ?

 

Il faut savoir que la peau est élastique, pour suivre les mouvement du corps (n’oublions qu’avant d’être à plat sur notre table, elle recouvrait une bête en 3 dimensions).

Cette élasticité donne du « prêtant » (la capacité à se déformer), mais ce prêtant n’est pas le même sur chaque partie du cuir.

Ces découpes spécifiques sont donc faites selon le prêtant de chaque partie, mais aussi selon le besoin.

 

 

Dans ce cas je dois utiliser quoi ???

Je vais faire ici un résumé « non exhaustif » des utilisations des différentes parties. Encore une fois, la première question  se poser : « qu’est-ce que je veux faire ? »

De là, il faut étudier ce qui existe pour répondre à son besoin.

 

Peau entière : Très utilisé pour les métiers demandant de grands morceaux de cuir (tapisserie d’ameublement par exemple), il faut être vigilant sur le prêtant lors des coupes des pièces pour le siège.
Du flanc sur un accotoir ou accoudoir … une misère, le fauteuil est bon pour revenir à l’atelier rapidement.

Collet : pièce très utilisée dans les travaux pour le cuir, normal son prêtant va dans différents sens (c’est le cou de la bête … observez une vache tourner la tête … vous comprendrez pourquoi le prêtant va dans tous les sens 🙂 ).

Flancs : La partie la moins « qualitative ». Très élastique, fin et irrégulier (correspond au ventre).

Dosset : Peau entière dont on a enlevé les flancs. Très utile pour les grandes longueurs en sellerie.

La bande : ou demi peau, la peau entière coupée en deux dans le sens de la longueur.

Croupon : c’est un dosset sans le collet.

 

Il est donc important de comprendre le prêtant de chaque partie pour que l’objet final ne se déforme pas.

 

Un sac fait dans du flanc risque à la longue de se déformer ou s’user prématurément, utiliser un collet s’il est assez souple, ou un croupon dans le sens de la hauteur si le sac est rigide permettra d’éviter la déformation.

 

Chaque corps de métier du cuir utilisera les parties les plus avantageuses selon ses besoins … Un maroquinier n’utilise pas les mêmes parties qu’un sellier harnacheur (ni les mêmes cuirs), les besoins n’étant pas les mêmes.

 

Le prêtant est donc le sens de déformation du cuir, qu’il faut prendre en compte lors de la fabrication d’un article en cuir.

A vous de trouver ce qui vous convient le mieux !

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu informé des nouveaux articles.

 

A bientôt

Tithouan

côté fleur, côté chair, croûte de cuir ? apprendre la maroquinerie et le travail du cuir

Choisir un cuir pour travailler la maroquinerie ?

Comment choisir le type de cuir à utiliser ? Que faut-il savoir pour ne pas se tromper ?

 

Vaste débat et sujet, sachez qu’il n’y a pas un seul cuir pour commencer mais une multitude de peaux, de traitements, chacun adapté à un besoin (gras, sec, souple, dur, tannage végétal, minéral, finitions etc.)

 

Cela commence encore une fois sur cette question :

 

Quel est votre but final ou que souhaitez-vous fabriquer ?

 

Selon l’objet final, votre cahier des charges comportera différents points importants, les besoins sont les premiers à faire ressortir. Vous devrez choisir quel cuir correspond le mieux à ce cahier des charges.
Je vous vois venir : T’es gentil Tithouan mais je ne sais toujours pas quel cuir choisir pour répondre à ce fameux cahier des charges !

 

Je comprends, vous ne savez pas, mais normalement, vous savez ce que vous voulez faire (du moins j’espère, si ce n’est pas le cas, lisez cet article : 5 étapes pour réaliser votre projet), et de là il faut chercher les informations en rapport à ce projet final.

 

Quel cuir choisir pour travailler le cuir, la maroquinerie
Cuir au tannage végétal

 

Qui peut me donner ces informations ?

 

  • Si vous le pouvez, l’idéal c’est de poser vos questions à un tanneur, n’hésitez pas à les contacter, ce sont les mieux placés pour vous parler de leurs cuirs ( Si certains ne répondent pas à vos questions, tant pis pour eux !)
  • Sinon je vous invite à discuter avec votre fournisseur (revendeur), il a tout intérêt à vous répondre pour que le produit qu’il vous vend soit le plus adapté, sinon changez de fournisseur 🙂
  • Internet, sur des sites ou forum, ou encore des livres.

 

 

Concrètement, les informations sont à disposition pour peu que l’on prenne le soin de les chercher.

 

Oui je comprends bien que le web fourmille d’infos (parfois contradictoires) et la difficulté que cela engendre.

 

Sans parler de certains pro qui ne veulent pas vous répondre (dans ce cas, demandez leur qui peut vous renseigner, c’est la meilleure façon d’avancer face à des gens « bloqués », soit ils vont finalement vous répondre, soit vous diriger vers une personne mieux formée, si vraiment il ne veut rien lâcher ni dire, vous avez frappé à la mauvaise porte, ne perdez pas votre temps).

Croisez et recoupez vos informations, et trouvez des gens pour vous en parler, des pros ou d’autres amateurs avertis, partagez, communiquez et ainsi faîtes-vous votre propre avis et surtout testez-le ! (achat groupé entre amateurs pour tester sous forme d’échantillon, demande simple de qui a un morceau de tel cuir … )

Puis partagez de nouveau avec les autres vos tests et retours sur ces cuirs etc.

 

 

« Il n’y a pas une seule règle finale (règle de l’art) mais des besoins à remplir et une multitude de façon de le faire ! »

 

 

De là, la question : « quel cuir dois-je prendre ? », se pose toujours.

Je vous livre ici le fruit de mes propres interrogations sur ce sujet, ce n’est pas une règle, juste le résultat de mes besoins que je partage avec vous à titre informatif :

 

  • Pour la petite maroquinerie (porte-cartes, étuis, porte-monnaies etc.)

 

A mon sens, le premier besoin dans ce genre d’article, c’est son faible encombrement (je précise bien « pour moi, dans le cadre de mon travail »). De là, je m’oriente vers des cuirs fins, avec plus ou moins de tenue selon la destination de l’article.

 

Alors « fin » c’est quoi ?

 

Pour quelqu’un qui fait de l’harnachement pour les chevaux, 3mm c’est fin, pour un maroquinier c’est épais (tout est relatif, d’où ma question de base : quel est le besoin final ?) …
Entre 0.5mm et 1.2mm, on a déjà de quoi fabriquer la plupart des objets de petite maroquinerie, au dessus ça commence à faire épais, il faut que cela soit justifié ou voulu dans le style.

 

J’ai déjà croisé des porte-carte en 3mm d’épaisseur … Un choix esthétique de la part du fabricant, ce que je respecte sans le partager (objectif final différent mais un porte carte qui fait 6mm d’épaisseur à vide, cela me paraît beaucoup, sans parler du poids de l’objet dans la poche).

 

Ma préférence personnelle va au cuir de vache (souvent du collet) tannage végétal en 1.2mm d’épaisseur.
N’utilisant pas souvent de doublures, je garde une certaine épaisseur de cuir. Bonne tenue et solide, un bon équilibre pour mon travail.

 

J’utilise des cuirs plus fins si je dois doubler d’un tissu ou d’un autre cuir, pour ne pas dépasser un certain « seuil » pour l’épaisseur et le confort.

 

Libre à vous de prendre plus ou moins épais ou un autre type de cuir, mais gardez toujours en tête la finalité de l’objet.
Transporter quelque chose sur vous, qui ne pèse pas 1kg dans la poche ou dans le sac et qui se range facilement, c’est à mon sens la définition basique de la « petite maroquinerie ».

 

 

  • Pour la maroquinerie type sac ou besace

 

Toujours selon le besoin (souple, dur, doit protéger et encaisser les chocs, léger, etc.), on utilise du fin ou du plus épais (je ne dépasse pas souvent 3mm ou pour répondre à un besoin précis).

 

Si je dois faire une pochette souple ou mi-souple, je vais rester sur mes cuir max 1.2mm (pareil, en cas de doublure, je garde un équilibre) ou si plus épais m’orienter vers un cuir gras qui peut être épais et souple.

En revanche, pour un cartable, je vais aller vers un cuir un peu plus épais et avec de la tenue (Est-il doublé ? Renforcé pour la rigidité avec une âme ? Quand je vous dis qu’il n’y a pas une seule façon de travailler le cuir …)

 

 

Des exemples :

  • Un porte carte en cuir. Besoin : protège et rassemble mes cartes (CB et visites) et ne prend pas de place dans la poche. Pas de doublure (cuir de qualité avec un côté chair doux et non pelucheux), objet simple et solide.

 

Résultat : collet végétal de vache lissé, 1mm d’épaisseur, ce qui porte l’objet au plus épais à 2mm ouvert, 4mm fermé et à vide. Bonne tenue et vieilli bien au frottement, peu d’entretien (superbe cuir des tanneries Garat et fils).

Porte cartes CB à volet en cuir maroquinerie artisanale
Porte cartes CB à volets, modèle classique

 

 

  • J’ai eu une pochette de téléphone en cuir à faire pour un ouvrier de chantier. Le besoin le plus important, la protection en cas de choc ou appui. Le deuxième, se porter à la ceinture, puis la couleur noire (choix du client).

 

Résultat : cuir de vache (collet), 5mm d’épaisseur pour une pochette à porter à la ceinture, à l’inverse de ce que je fais habituellement donc (logique de finesse pour l’encombrement). Mais là, ce n’était pas le besoin premier du client, lui c’est la solidité qui primait. J’ai proposé un cuir avec les marques du cou de la bête (pas de risque de faiblesse vu le ratio taille/épaisseur de l’objet), le client à bien aimé.

Pochette cuir noir téléphone chantier cuir épais
Pochette de chantier pour protéger un téléphone portable

 

 

  • Autre commande, un bracelet montre en cuir à reproduire, une simple sangle mais avec une fleur du cuir des deux côtés, et ne devant pas dépasser 1mm d’épaisseur.

 

Résultat : J’ai utilisé un cuir de 1.2mm (collet) refendu à 0.5mm, le tout faisant donc 1mm au final avec une fleur des deux côtés une fois assemblé. Solide, une bonne tenue et s’adaptera facilement au poignet de la cliente.

(pas de photos de cet article, je n’avais pas l’appareil sur moi à ce moment)

 

 

 

Voilà pourquoi je mets le doigt sur ce point important : déterminer les besoins précis avant de créer l’objet !

 

C’est le meilleur moyen de ne pas se tromper et de choisir le bon cuir.

Communiquer avec les autres, c’est aussi un moyen d’apprendre et de découvrir des points de vue différents, de nouveaux éléments qui font avancer !

 

 

Inscrivez-vous à notre newsletter pour être informé en direct de la parution de nouveaux articles.

 

A bientôt

Tithouan