Lisser facilement les bords du cuir en maroquinerie

De la colle de farine de céréales pour des bords de cuir lissés

fabriquer de la colle de farine de blé ou de riz pour coller du cuir
Ici de la colle de riz

 

Des bords de cuir lissés facilement et rapidement : possible et sans produits chimiques compliqués ou toxiques.

 

J’utilise simplement : un brunissoir et de la colle de farine.

 

 

 

brunissoir à main pour lisser les bords du cuir facilement

Pour le brunissoir, voici une photo de l’outil, il en existe de diverses sortes j’aime bien celui là.

 

 

 

Pour lisser les tranches du cuir, j’utilise donc de la colle de farine de riz ou de blé.

 

Les avantages :

  • Elle colle les fibres ensemble (efficace)
  • Rapide à fabriquer (et facile)
  • C’est un produit que l’on fabrique soit même (on sait ce qu’il y a dedans)
  • Ça ne coûte presque rien
  • C’est biodégradable et même comestible (aucun risques donc)

 

Pour l’appliquer, j’utilise mon petit doigt … un pinceau en mousse, ou un coton tige peuvent fonctionner, à vous de voir.

Le petit doigt m’a paru le plus efficace car je « sens » le cuir et où je dépose la colle, évitez de vous gratter l’oreille à ce moment, c’est tout 🙂

 

La colle de farine n’étant pas toxique, mes doigts ne craignent rien, et le geste commence à lisser les fibres (un pré-lissage avant brunissoir)
Attention juste à la manipulation des pièces de cuir.

 

Une fois que j’ai déposé et pré-lissé la tranche sur 15cm, je passe le brunissoir … c’est impressionnant la vitesse à laquelle la tranche devient lisse …

 

Une fois les tranches faites, je fais un deuxième passage dans un pain de cire d’abeille et de nouveau brunissoir (chauffe la cire).

 

Je remarque de meilleurs résultats quand la tranche est encore humide. Il y a une réaction entre la cire d’abeille et la colle (qui contient de l’eau) elles se mêlent quand le brunissoir « chauffe » la tranche et la lisse et donne un effet « glacé » comme pour les chaussures (réaction eau/cire frotté).

 

Bien laisser sécher (comme toujours dans ce métier).

 

Ensuite quand je passe l’encaustique de finition sur tout l’article, les tranches sont brillantes et vieillissent bien dans le temps.

Lisser les bords du cuir des tranches brillantes facilement

 

Merci à l’ Atelier de Françoise / LaSauvage, c’est avec leur aide que cet article est paru 🙂

Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, vous pouvez le découvrir à cette adresse :
https://www.tipeee.com/point-sellier

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir par mail les nouveaux articles

 

A bientôt

Tithouan

 

Noeud pour bloquer le lacet lors de la fabrication d'une bourse en cuir - point-sellier

Nœud : bloquer le lacet d’une bourse

Noeud pour bloquer le lacet lors de la fabrication d'une bourse en cuir - point-sellierLors de la fabrication d’une bourse, il arrive que le lacet que l’on passe d’un côté, ressorte de l’autre, que ce soit parce-que le lacet est un peu court, ou que le cuir se mette en tension.

 

Il existe un moyen simple d’éviter que cela arrive, faire un nœud sans le serrer.

 

Certes cela paraît bête ou anodin mais l’épaisseur du fil étant (normalement) de la taille du trou dans le cuir, voir un peu supérieur selon les cas, un nœud ne pourra pas passer.

 

Comment faire :

 

On choisi un bout du bout de fil qui passera dans les trous, et on se met à l’autre bout (j’adore Raymond Devos et son sketch « le bout du bout« ).

Ok … Choisit une extrémité du fil qui passera dans les trous du cuir et on prend l’autre extrémité (c’est plus clair ?).

 

On fait un nœud simple mais sans le serrer et en laissant de la marge de fil (pour éviter qu’il ne se défasse à la manipulation).

 

Puis on utilise le fil comme prévu (voir astuce pour passer un lacet dans un trou) et une fois que tout est OK, on retire ce nœud devenu inutile (d’où l’intérêt de ne pas le serrer).

 

Cette astuce est valable dès que vous utilisez un lacet ou une sangle, cela permet de bien garder de la matière pour faire les finitions.

Une variante peut-être de faire un nœud coulant, plus facile à retirer un fois fini.

 

Une vidéo pour voir en vrai :

 

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir un mail de nouveaux articles.

 

A bientôt

Tithouan

Passer le lacet pour fabriquer une bourse diy tuto astuce

Passer un lacet facilement dans un trou

Passer le lacet pour fabriquer une bourse diy tuto astuce
Le lacet s’écrase et ne rentre pas correctement

Quand on utilise du lacet en bobine, l’extrémité à souvent tendance à s’effilocher, le rendant difficile à passer dans un trou.

 

Prenons l’exemple de la fabrication d’une bourse, le lacet doit passer dans un certains nombre de trous. Au début, on y arrive puis à force, c’est mission impossible …

 

Je vous propose de s’inspirer des lacets pour chaussures du commerce, et de durcir l’extrémité pour qu’elle passe facilement.

 

J’utilise personnellement deux techniques selon ce que j’ai sous la main :

  • Tremper l’extrémité du lacet dans de la cire
  • Utiliser du ruban adhésif

 

Je vais développer la seconde, même si j’affectionne la première pour son côté « sans plastique » 🙂 (technique que j’utilise en reconstitution historique). Je pense qu’il n’y a pas grand chose à expliquer sur ce point …

 

Passer le lacet pour fabriquer une bourse diy tuto astuce

La technique :

  • Couper un petit morceau de ruban adhésif (1cm, c’est amplement suffisant)
  • Coller l’extrémité du lacet sur le ruban adhésif
  • Rouler entre vos doigts le lacet pour que le ruban adhésif entoure le lacet (bien serrer)

 

Et voilà … c’est tout !

 

Si le ruban dépasse du lacet, ce n’est pas un souci, c’est même mieux car cela forme une pointe plus facile à passer.

 

Regardez cette vidéo pour voir le geste 🙂

 

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir un mail lors d’une publication.

 

A bientôt

Tithouan

Fabriquer un baluchon pour teinture ou encaustique

Baluchon pour teinture : fabrication en quelques secondes

Il existe plein outils pour teindre le cuir, souvent un poste de dépense qui à la longue peut devenir important.
 

J’utilise à titre personnel le baluchon, simple, pas cher et efficace. Il a en plus l’avantage d’avoir un effet réserve, comme une éponge, appréciable pour les grandes surfaces à teindre.

 

Le matériel :

– Du tissu non pelucheux (un vieux drap en coton c’est top)
– Du coton hydrophile ou un morceau d’éponge
– Du fil (j’utilise pour ça mes chutes de fil lorsque je fais une couture au point sellier, pas de pertes 🙂 )

 

Comment faire :

 

– Déchirer une longue bande (le tissu se déchire dans le sens du tissage, on ne fait que couper 1cm avant de déchirer) d’environ 10cm

– Découper ensuite des carrés de 10cm de côté

– Prendre la ouate ou l’éponge et la poser au milieu du carré de tissu

– Rassembler les 4 coins du carré

– Rassembler les 4 plis créés (comme une bourse)

– Tasser la ouate pour pouvoir serrer le tissu

– Utiliser un fil pour nouer avec un nœud plat doublé

– Couper le surplus de fil

– Couper le surplus de tissu (consomme moins de teinture)

 

 

 

En général, j’en fait une belle dose d’avance que je stocke dans une boite, ça prend 30 minutes et on est tranquille pour un moment.

 

On peut varier les tailles aussi, selon l’utilisation (plus grand= plus de teinture en réserve mais plus de consommation, plus petit ) travail de petites pièces).

 

J’utilise pour teindre mais aussi pour passer l’encaustique … la ouate contenue dans le baluchon permet d’appuyer sans marquer le cuir et de bien étaler (sur cuir lisse sinon utiliser une brosse à dent).

 

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir par mail les articles publiés.

 

A bientôt

Tithouan

outil cuir pince emporte piece trou protéger fleur cuir tithouan point sellier stage apprendre maroquinerie

Pince emporte-pièce : utiliser un martyr pour ne pas marquer le cuir

outil cuir pince emporte piece trou protéger fleur cuir tithouan point sellier stage apprendre maroquinerie
On peut voir ici la marque laissée par le tas de la pince emporte-pièce

Lorsque l’on perce un trou à la pince emporte-pièce dans deux épaisseurs de cuir, il y a toujours un côté où le trou est beau et l’autre qui a une marque disgracieuse.
 
 

Une astuce simple existe pour éviter cette marque :

Utiliser un martyr en cuir !

 

Prendre une chute de cuir épaisse et sèche (le cuir gras se perce trop facilement), et la glisser entre le cuir et le tas.

 

Le tas, c’est la partie métallique (souvent en laiton) qui accueille l’embout rond. Il sert de masse et de martyr à la fois.

 

Reste à serrer en faisant un mouvement circulaire et voilà … le trou est fait et il n’y a pas de marque.

outil cuir pince emporte piece trou protéger fleur cuir tithouan point sellier stage apprendre maroquinerie
Le deuxième trou a été fait avec le martyr en cuir au niveau du tas : pas de traces

En plus cette astuce va vous permettre de garder affûté plus longtemps les embouts de votre pince.

Le tas a beau être en laiton, métal plus mou que celui des embouts, il finit par s’aplatir et ne plus couper autant (on perd l’aspect « coupant » de l’embout) car le fil du tranchant s’aplatit.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir par mail d’autres articles du site.

 

A bientôt

Tithouan

Stage maroquinerie point-sellier - faire un trou au bout d'une fente dans le cuir pour éviter la déchirure

Éviter la déchirure du cuir : faire un trou à l’emporte pièce

Stage maroquinerie point-sellier - faire un trou au bout d'une fente dans le cuir pour éviter la déchirure
exemple déchiré et avec le trou qui limite la déchirure

Une coupe ou une fente dans le cuir, c’est une déchirure possible à l’usage selon l’utilisation et la destination de l’objet.
 

Le système de fermeture par bouton de col utilise la technique d’un trou prolongé d’une fente pour laisser passer la boule.
A l’usage, il arrive qu’une déchirure du cuir apparaisse.

 

 

Il est possible de l’éviter !

(bon, ok, léviter aussi mais c’est un autre sujet 🙂 )

 

 

 

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerie et éviter la déchirure
Un exemple de fente pour un bouton de col, la finition est propre et le montage durable.

Il suffit de faire un autre trou à l’emporte pièce (ou à la pince emporte pièce) à l’autre bout de la fente. Sans ce trou, la coupe se termine dans les fibres du cuir.

Alors que la présence de ce trou va faire « revenir » la coupe sur elle même et ainsi « encaisser » les manipulations. (la coupe n’a plus vraiment de fin).

 

 

 

C’est une astuce bien connue dans le métier de maréchal ferrant. En effet le tablier est fendu pour pouvoir attraper la patte entre ses jambes et ainsi ferrer le cheval. Mais cette fente dans le cuir est tellement sollicitée, qu’elle se déchire et s’agrandit jusqu’à remonter jusqu’à la ceinture. Le tablier ne protège donc plus efficacement le travailleur.

Un simple trou avec un emporte pièce (un gros pour le coup) et hop, le tablier durera plus longtemps, sans nuire à la solidité du tablier.

 

Voici donc un schéma pour bien comprendre ce qu’il se passe au niveau des forces lors des manipulations :

Stage maroquinerie point-sellier - faire un trou au bout d'une fente dans le cuir pour éviter la déchirure
On peut voir que la répartition des forces n’est pas la même

 

Un geste simple et rapide qui peut grandement améliorer la durabilité de vos objets en maroquinerie ou le travail du cuir.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu informé par mail de nouveaux articles sur le travail du cuir.

 

A bientôt

Tithouan

Placer sa zone de frappe sur un pied de table plutôt qu'au milieu pour utiliser moins de force

Améliorer la frappe : l’élasticité d’une table

J’ai régulièrement des personnes qui trouvent que la frappe des outils est trop dure, demande trop de force. Ils n’arrivent pas à percer le cuir, ou à fixer correctement un bouton pression.

La façon d’utiliser et d’installer ses outils est très importante pour régler ce souci de frappe.

Placer sa zone de frappe sur un pied de table plutôt qu'au milieu pour utiliser moins de force
Un dessin pour expliquer le phénomène de frappe sur une table

 

Utiliser une masse en dessous des pièces à assembler par exemple, permet que l’onde de choc produite par le marteau soit renvoyée. La pièce située entre les deux (entre l’enclume et le marteau donc) se trouve écrasée. Pareil pour un emporte pièce à frapper ou une griffe à frapper.

Cette simple astuce permet donc d’utiliser moins de force pour obtenir un résultat.

 

Il existe une autre astuce qui va permettre de demander encore moins de force :

Se placer au dessus du pied de table !

 

Bon d’accord, je travaille directement au sol, sans table, donc ça ne me concerne pas vraiment :).

Mais la plupart des gens en utilisent une de table, c’est bon à connaître donc.

En se positionnant sur le plateau, sur la zone entre les deux pieds, il y a un phénomène « d’élasticité ». Cette zone n’est pas directement reliée au sol et se trouve dans le vide. Du coup le choc produit par le marteau va certes être renvoyé par la masse en dessous (vous avez bien mis une masse hein ?), mais le plateau de la table va en amortir une partie. Elle va se plier (ça ne se voit pas forcement à l’œil nu).

Il suffit donc de se placer au dessus du pied de la table, celui-ci est directement en contact avec le sol, donc représente plus de masse et n’a pas d’élasticité. L’onde de choc est encore plus renvoyée, on a encore moins besoin de forcer.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir un mail lors de la parution d’un nouvel article !

 

A bientôt

Tithouan

Appliquer une cire ou un ecaustique sur du cuir

Protéger un objet en cuir : comment appliquer une cire

Appliquer une cire ou un caustique sur du cuir pour le protéger
Encaustique sec et brillant sur la droite, non frotté à gauche (mat)

Appliquer correctement un encaustique sur le cuir pour le protéger : pas toujours facile d’avoir les gestes efficaces.

Pourtant, ces gestes sont parfois d’une facilité et d’une simplicité déconcertante. Comme souvent, il suffit de peu mais bien pour obtenir un beau résultat.

Je vais partager avec vous certains gestes que j’utilise (les plus courants) lorsque j’applique un encaustique sur le cuir pour le protéger. Il existe autant de façon que de produits existants, ces gestes ne sont pas exhaustifs. Je vous explique donc ici mes propres techniques en rapport à l’encaustique que je fabrique moi même.

 

Pour commencer, je n’utilise que du cuir au tannage végétal, mes explications vont donc être dans ce sens. Mais cet encaustique fonctionne plutôt bien sur d’autres types de cuir, skaï mais aussi pour le bois ou même pour éviter la rouille sur le métal

 

La couche de nourriture et protection : la plus gourmande en matière !

 

Le cuir au tannage végétal, quand on a fini de le teindre ou juste de le travailler, possède un fort taux d’absorption. Il est important de profiter de cette tendance du cuir à avoir soif, pour le protéger.

L’encaustique va être absorbé en profondeur, et pas qu’en surface. Chaque cuir selon son procédé de tannage (même en végétal, il existe plusieurs façon de tanner) va plus ou moins absorber l’encaustique et le rendu sera différent selon chaque cuir.

 

Appliquer une cire ou un caustique sur du cuir pour le protéger
La brosse à dent, votre partenaire pour une bonne application de l’encaustique

J’utilise pour cette application une brosse à dent (à poils souples sinon ça peut rayer le cuir). Pourquoi une brosse à dent ?

Parce que c’est conçu pour aller dans tous les petits recoins … donc l’encaustique ira facilement partout. Dans les trous de couture, dans les plis etc. Je dirais même plus, insister sur ces zones peu accessibles à un chiffon.

 

Je prends avec la brosse à dent de l’encaustique, que j’étale dans le couvercle de mon pot pour que l’application soit homogène (on assoupli au passage l’encaustique).

Pour l’application en elle même, faire des petits cercles, en insistant bien dans les creux, et les coutures.

Si on sent qu’il y a beaucoup de matière (trop d’encaustique, le cuir n’absorbe pas tout), je passe un chiffon doux non pelucheux pour enlever le surplus.

 

Il est important de bien laisser sécher la pièce avant de faire quoi que ce soit de plus, la couleur va foncer puis s’éclaircir, le rendu sera d’un premier abord mat.

 

Quand la pièce est sèche au toucher (de 12h à 36h parfois selon le type de cuir et la quantité de matière appliquée), je fais briller en passant un chiffon coton non pelucheux (Très important) … si je veux un brillant fort, j’utilise un bas (un collant)

 

La couche de finition ou d’entretien

 

Quand l’article est fini, ou que l’on veut juste l’entretenir, j’utilise un chiffon doux non pelucheux pour appliquer une fine couche d’encaustique.

Le cuir normalement n’a pas forcement soif (entretenir AVANT d’atteindre ce stade, c’est la meilleure façon de faire durer ses objets en cuir).

Si le cuir à soif, j’utilise la technique du dessus, car ce n’est plus de l’entretien ou de la finition à mon sens, mais de la nourriture.

J’enroule mon doigt dans un chiffon, je prends un peu de matière dans le pot, que j’étale dans le couvercle et j’applique sur l’objet, en petits cercles.

 

Même chose concernant le temps de séchage. Même s’il est souvent plus court (couche plus fine et absorption plus faible). Quand c’est sec au toucher, je fais briller en passant un bas (collant) ou une brosse à poil souple.

 

Je ne parle pas ici d’application de cirage, produit différent de l’encaustique de par son contenu et de son application. Mais bel et bien de l’encaustique maison pour entretenir ou protéger ses objets de maroquinerie.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu informé de la parution régulière de nouveaux articles.

 

A bientôt

Tithouan

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire

Poisser un fil de couture ? C’est quoi la poix ?

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire
A gauche un fil de lin blanchi brut, et à droite, le même fil poissé

On croise régulièrement, quand on s’intéresse au travail du cuir, les termes poix ou poisser le fil.

Poisser un fil ? C’est quoi la poix ?

 

Pour commencer, ne pas confondre poisser / cirer / huiler pour un fil, chaque action à ses spécificités.

 

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire
Vieux pain de poix ayant beaucoup servi, on passe le fil directement dans le bloc

 

La poix « brute » est liquide et obtenue par distillation de résines végétales (type pin). Elle est très inflammable et était utilisée dès l’Égypte ancienne pour embaumer les corps, utilisée dans les feux grégeois au moyen âge.

 

Il est possible de rendre la poix liquide en un pain solide en utilisant du vinaigre et en la faisant chauffer (long et dangereux !! On peut faire autrement)

 

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire
Pain de cire, bloc de colophane (résine) et pain de poix prêt à l’emploi.

 

Dans le milieu du travail du cuir, un pain de poix est la plupart du temps un mélange de poix et d’autres ingrédients comme de la cire, de l’huile ou d’autres éléments (chaque artisan avait sa propre recette).

 

Si vous voulez vous lancer dans la fabrication d’un pain de poix, testez avec 50% cire et 50% résine de pin (type colophane pour instrument à archet à défaut de trouver de la « vraie » poix obtenue par distillation).

 

 

 

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire
Pain de cire pouvant servir à lisser un fil de couture, ou créer son encaustique maison

Pourquoi poisser le fil ?

Autrefois le fil était en fibres végétales, qui risquait de trop vite se dégrader, il fallait donc le protéger.

En le poissant (on passe le fil dans le pain de poix), le fil devenait plus résistant à l’eau, mais aussi à l’abrasion (frottement du fil lors de la couture) et assez collant (si un point de couture casse, il ne glisse pas et tient jusqu’à réparation).

 

Ce geste de passer un fil en fibres végétales dans un pain de poix est valable dans beaucoup d’autres métiers artisanaux qui utilisent du fil (le tapissier garnisseur en siège pour faire ses coutures de mise en forme du crin, matelassier, cordonniers etc.)

 

Le geste de base de passer le fil dans un pain de cire ou de poix aide à enfiler le fil dans le chas de l’aiguille.

 

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire
Bobines de fil de lin Campbells brun et blanc.

Il existe des fabricants de fils de lin poissé (Campbell par exemple). Même si je n’aime pas trop ce fil (je le trouve fragile, il faut vraiment le protéger de l’abrasion en créant une gorge pour la couture), c’est ce qui se rapproche le plus à l’heure actuelle du fil traditionnel d’autrefois (en tout prêt à utiliser).

 

Il est possible de poisser soi-même un fil, voici une vidéo de démonstration d’un cordonnier préparant un ligneul

 

Vous avez des questions sur une technique ou autre chose sur la maroquinerie ?
Contactez-moi pour me poser cette question, je me ferais un plaisir de vous répondre (si j’ai une réponse bien-sûr) et ce peut être un bon thème pour de nouveaux articles (c’est le cas de celui-ci)

 

A bientôt

Tithouan

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier

Marteler la couture, une finition trop souvent oubliée

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
Martelage d’une couture

 

Réaliser une belle couture au point sellier, c’est un plaisir, mais souvent le cuir plisse à cause du serrage de la couture et le fil ressort beaucoup, parfois de façon irrégulière. Marteler la couture peut permettre d’avoir un rendu de finition plus poussé.

 

 

 

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
La couture au point sellier non martelée, bordures non finies

 

 

Marteler permet d’écraser le fil et de l’intégrer au cuir, mais aussi d’aplanir les « plis » du cuir si le serrage est un peu fort, et refermer les trous d’alênes sur le fil. Bref, c’est un geste à mon sens à faire pour avoir une belle finition de couture.

 

 

 

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
La couture martelée, les bords du cuir sont prêts à passer aux finitions

Ne pas prendre n’importe quel marteau pour marteler la couture, il faut un marteau à panne arrondie et lisse (poli miroir) pour ne pas blesser le cuir.

Plus couramment appelé « marteau à planer », il ne sert pas à planter des clous ! Il faut conserver le lissage de la panne du marteau pour ne pas marquer le cuir.

J’utilise à titre personnel un marteau que j’ai spécialement dédié au martelage (et uniquement à ça), un ancien marteau à caramel en laiton … (« toffee hammer » en Anglais). Petit, lourd, simple, efficace et pas cher.

 

 

 

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
La couture au point sellier martelée

Pour le geste, c’est basique … attention à ne pas trop pencher le marteau et ne pas blesser le cuir (personnellement j’ai vraiment arrondi les tranches de la panne du marteau), on écrase le fil et le cuir, sans trop appuyer non plus.

Le fil s’écrase beaucoup sur le coup, mais il regonfle par la suite naturellement et au moment de la finition à l’encaustique, mais de façon plus régulière qu’au début.

Il s’incruste dans le cuir (si on démonte la couture, on peut constater que le fil crée une gorge dans le cuir)

 

 

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
La couture au point sellier après passage de l’encaustique maison

 

 

Utiliser un tas bien lisse et sans arêtes tranchantes ou blessante aide beaucoup (type mini enclume), cela demande moins de force et aide à la régularité.

Le cuir aussi s’écrase et c’est tant mieux, les plis ou bosses s’effacent,  le cuir redevient lisse et régulier.

 

 

 

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
Une fois fini, le fil a regonflé et la couture est bien régulière

 

 

Marteler les coutures est un geste souvent oublié, qui pourtant améliore grandement le rendu général de l’article en cuir fabriqué, à vous de jouer.

 

 

 

 

 

Vous pouvez vous abonner à notre newsletter pour être tenu au courant des nouveaux articles publiés

 

A bientôt

Tithouan

Finir une couture au point sellier, la technique du noeud caché

Terminer une couture, technique du nœud caché

Quoi de plus gênant que de terminer une couture de façon voyante sur certains articles de maroquinerie ? On voudrait avoir une article le plus fini possible et arrivé au bout, on a un « gros pâté » peu esthétique au bout de notre couture.

 

Pour certains, et c’est leurs choix (que je respecte, ceux qui me lisent commencent à le savoir), cela ne les dérangent pas, dans ce cas, pas besoin d’aller plus loin :), il existe aussi des astuces pour limiter la sur-épaisseur de fil.

 

Précisions : cette technique pour terminer une couture n’est applicable que lorsque l’on coud deux couches de cuir ensembles.

 

Il est donc possible de terminer une couture d’une façon invisible (on ne sait pas où elle commence ni où elle finit) et ce très facilement.

 

Alors comment faire pour que cet arrêt soit invisible ?

 

terminer une couture au point sellier, la technique du noeud caché
Les fils de couture sont sortis entre les deux couches de cuir

 

Ce nœud caché, comme son nom l’indique, est invisible à l’œil lorsque l’on regarde l’objet cousu.

Le concept est simple, on finit la couture entre les deux couches de cuir cousues, vers l’extérieur, on fait un noeud plat double, puis on rabat ce nœud vers l’intérieur de l’objet, il est maintenant caché (une fois la couture martelée, la bosse disparaît) et on évite une surépaisseur de fil ou le « gros pâté ».

 

 

 

La technique plus en détail :

 

Arrivé au niveau où l’on souhaite arrêter la couture, on sort les fils entre les deux couches de cuir

 

terminer une couture au point sellier, la technique du noeud caché
Le noeud plat doublé en action, bien serrer !!

 

 

Nouer à l’aide d’un nœud plat double, bien serré au plus proche de la couture entre les deux couches de cuir

 

 

 

 

 

Rabattre le nœud vers l’intérieur, soit en passant le fil à l’aide des aiguilles entre les deux couches, soit en coupant les fils à 1cm du nœud puis à l’aide d’une grosse pointe (pointe à tracer par exemple), ouvrir un espace et pousser le nœud vers l’intérieur.

 

terminer une couture au point sellier, la technique du noeud caché
Marteler la couture écrase le fil et le noeud, il n’y a plus de bosse

 

 

On martèle la couture et voilà, la bosse causée par le nœud est écrasée et la couture est finie
(ici le noeud ne fait pas de bosse car il est dans le pli à gauche de l’image).

 

 

 

Une vidéo :

 

 

Je vous invite à tester par vous-même cette technique et pensez à vous inscrire à notre newsletter

 

A bientôt

Tithouan

Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas

Noeud plat doublé en vidéo, pour que le fil de couture ne glisse pas !

noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas
Le noeud plat doublé

Comment être sûr que le noeud de fin de couture ne se défasse pas à la longue ? Je vous explique la technique du noeud plat doublé.

 

Une belle couture, ça change le rendu visuel général d’un article de maroquinerie, c’est sûr !

La solidité de cet article de maroquinerie n’est pas à mettre de côté, au contraire, c’est un critère de qualité, le beau c’est bien le beau et solide, c’est encore mieux !

 

Trop souvent les fins de coutures ne sont pas toujours adaptées aux tractions et forces qui joueront dessus et risquent de faire lâcher les derniers points de couture, ceci étant gênant quant à l’image de qualité de l’article. (on vante le point sellier comme plus solide et ça se défait rapidement, cherchez l’erreur, le point en lui-même n’étant pas en cause, mais bel et bien le noeud de finition de la couture).

 

Dans le cas d’un point de fin de couture caché ou invisible, le noeud à toute son importance et peut assurer la durabilité de votre article en cuir et la satisfaction de celui qui l’utilise. Il existe d’autres solutions que je développerais au fur et à mesure qui peuvent s’appliquer selon les besoins ou selon l’objet.

 

Je vais donc partager avec vous une technique simple et efficace : le noeud plat doublé. Les adeptes du macramé seront à l’aise 🙂

 

 

 

Avant de parler du noeud plat double, parlons du noeud plat de base :

Beaucoup utilisé dans le milieu marin ou dans les milieux utilisant des cordages ou des fils, il permet relier deux liens ensemble de façon solide (plus on tire dessus, plus il se serre) et avec un rendu plat (d’où son nom, il ne prend pas de volume en 3 dimensions, uniquement sur 2 dimensions, il ne fait pas de boule).

noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas
Noeud plat de base
noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas
Il est, comme son nom l’indique : plat

 

Il y a une façon précise (un ordre d’actions) pour faire ce noeud plat : un noeud simple, puis un noeud simple inversé

 

  • On prend les deux liens, on fait un noeud simple (qui n’a de noeud réellement que le nom, mais c’est le terme générique pour parler de cette façon de mettre les liens, à la base de beaucoup d’autres nœuds)

noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pasnoeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas

 

  • Avec ces deux même liens, on va faire un noeud simple inversé (la même chose mais dans le sens inverse du premier)

noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas

 

Ce noeud est super pratique pour beaucoup de choses, c’est une bonne base à connaître.

 

Maintenant ce noeud plat est solide, mais lorsque le fil est ciré ou poissé, il a tendance à glisser ou se desserrer à la longue (le fil n’a pas une accroche comme pourrait l’avoir une corde, les fibres sont lissées par la cire ou la poix).

La tension ne se fait que d’un côté, l’autre est lâche, ce qui donne : fil glissant + un côté de tension lâche = noeud qui se défait.

 

Mais il est possible de bloquer ce noeud plat simple pour ne plus qu’il glisse et se desserre, on fait un noeud plat doublé.

 

Tout simplement de cette façon, en 3 étapes :

  • Faire un noeud simple
  • Faire un noeud simple inversé (là on a un noeud plat classique)
  • Faire un noeud simple en plus (comme le premier)
noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas
On voit bien la régularité du passage des fils

noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas

Au lieu de faire 2 noeuds simples, on en fait 3, ce troisième noeud va bloquer les deux autres. Il va créer la petite tension nécéssaire pour que le deuxième noeud simple ne se desserre pas, on a donc une tension des deux côtés, il est bloqué.

 

J’utilise ce noeud plat doublé pour finir une couture de façon invisible (entre deux couches de cuir) ou quand je dois faire une reprise de couture (fil qui casse, oui ça peut arriver 🙂 , ou trop grande longueur de couture à faire en une fois).

 

Un noeud plat doublé est donc un enchaînement de 3 noeuds simples, dans le bon ordre (simple/simple inversé/simple), sinon ça fait une boule et ce n’est plus un noeud plat, plus difficile à « cacher ».

 

Rien de tel qu’une vidéo pour mieux voir le geste

 

 

Je vous invite à vous entraîner avec des chutes de fils, voir même, au début, pour bien comprendre et voir comment les liens doivent s’enrouler, avec du gros cordon.

 

Partagez cet article en cliquant sur les boutons prévus à cet effet en bas de cet article.

 

A bientôt

Tithouan

Technique pour bloquer le fil de couture et préparer sa couture au point sellier pour la maroquinerie

Aiguille : comment bloquer le fil au niveau du chas ?

Aiguille, technique pour bloquer le fil de couture et préparer sa couture au point sellier pour la maroquinerie
Le fil bloqué au niveau du chas de l’aiguille

Rien de plus agaçant lors d’une couture, que de tirer et que le fil sorte du chas de l’aiguille ! Surtout lors d’une couture au point sellier qui parfois tire fortement sur le fil.

 

Plusieurs solutions sont possibles, comme prendre beaucoup de marge de fil pour coudre (technique très employée en couture « classique »), l’aiguille se trouvant presque au milieu de ce fil.

Le souci majeur de cette technique, c’est la perte de matière première, et vu le prix d’un fil de qualité pour coudre le cuir … on y fait attention ! Sans parler d’éviter de gâcher, point important à titre personnel.

 

Du coup, il faut trouver une façon de faire pour bloquer, tout en passant correctement dans les trous de coutures, le nœud est donc proscrit … il fait une boule qui bloque à l’entrée de chaque trou de couture.

 

Voici ma technique, certains font autrement, il n’y a pas une seule façon mais un résultat, je l’utilise depuis plus de 20 ans, c’est testé, approuvé et garanti ! Même pour des coutures « classiques ».

 

 

  • Percer le fil avec la « pointe » (oui, l’aiguille est à bout rond, je parle du côté inverse du chas, mais on se comprend je pense) 2 fois pour les fils épais, 3 fois pour les fils fins, sinon le fil a tendance à glisser à la longue. 1 seule fois ne suffit pas, le fil glisse très rapidement dès que l’on tire un peu.

 

  • Ramener le « grand fil » (celui percé) vers le chas de l’aiguille

 

  • Tirer sur le « fil court » (celui passé dans le chas), la zone percée est maintenant au bord du chas

 

  • Prendre le « grand fil » et tirer vers le chas d’un geste ferme : le fil se « tresse » au niveau du chas de l’aiguille, votre fil est bloqué.

 

Une vidéo valant mieux que des photos pour ce genre de geste, je vous laisse regarder et vous entraîner, n’hésitez pas à trouver votre façon de faire en adaptant cette technique.

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter, pour vous tenir informé des nouveaux articles publiés.

 

A bientôt

Tithouan

comment enfiler le fil poissé ou ciré dans le chas de l'aiguille pour le travail du cuir et de la maroquinerie

Comment passer le fil poissé ou ciré dans le chas de l’aiguille à coudre ?

comment enfiler le fil poissé ou ciré dans le chas de l'aiguille pour le travail du cuir et de la maroquinerie
Le fil passé dans le chas de l’aiguille

Point basique et néanmoins important, comment enfiler le fil dans le chas de l’aiguille en maroquinerie ?

Sachant que le fil est souvent ciré ou poissé, et en plusieurs brins (« Raaahh j’ai un fil à 3 brins, il n’y en a que deux qui sont passés ! ») beaucoup de personnes perdent un temps fou à passer tous les brins dans le chas de couture.

 

Pour commencer, si vous utilisez un fil poissé ou ciré, INUTILE DE LE MOUILLER AVEC LA BOUCHE 🙂 (c’est un réflexe conditionné que je croise souvent en stage)

La cire ou la poix rend le fil imperméable … donc cet acte est totalement inutile.

 

Ensuite, pour que l’enfilage soit efficace, il faut changer de point de vue !

En effet, ce n’est pas le fil qui rentre dans l’aiguille mais l’aiguille qui coulisse autour du fil

 

Cela paraît étrange mais pourtant, la nuance est là et fait toute la différence !

 

Prendre le fil et avec les ongles du pouce et de l’index, gratter et écraser pour aplanir le bout du fil et lui donner la forme du chas de l’aiguille (si le fil n’est pas ciré ou poissé, là on peut mouiller avec sa bouche 🙂 )

 

Ensuite, coincer le fil, au niveau de la pulpe des doigts, et le tenir fermement, de l’autre main on positionne l’aiguille pour que le chas vienne en face du fil (dans le même sens bien sûr !) et écarter légèrement les doigts pour libérer le fil pour que l’aiguille avance entre vos doigts.

 

Cette technique permet de ne pas avoir un brin qui s’échappe, ou que le fil ne se torde au moment où il doit rentrer dans le chas. Le fil étant tenu fermement entre deux doigts, il rentre facilement sans bouger.

 

Cette technique fonctionne avec n’importe quel fil, tout particulièrement avec le fil poissé ou ciré, peut-importe sa taille (je l’utilise pour un fil de couture coton simple pour coudre des vêtements par exemple, ou encore pour du gros fil de lin pour la garniture d’un siège etc.)

 

De plus, vous pourrez utiliser des aiguilles vraiment adaptées au fil et à votre travail, les débutant prennent souvent des aiguilles trop grosses et peinent au moment de coudre ou doivent faire des trous d’alêne trop grands.

 

Une vidéo pour bien visualiser le geste

 

Après avoir enfilé le fil dans le chas, voici comment bloquer le fil de couture.

 

N’hésitez pas à partager cet article !

 

A bientôt

Tithouan

La cire prête à l'emploi

Comment fabriquer votre propre cire pour cuir ?

Une cire pour cuir à faire soi-même, quand on peut maîtriser et connaître ses produits pour le cuir.

Très facile et abordable, cette cire pour cuir peut aussi servir à l’entretien du bois et du métal (je l’utilise pour mes outils depuis des années, utiliser la version ferme).

essence de térébenthine et huile de lin avec de la cire d'abeille en bloc
essence de térébenthine et huile de lin avec de la cire d’abeille en bloc

Les ingrédients :

– Bloc de cire d’abeille naturelle (ou cire d’abeille en copeau), allez voir l’apiculteur du coin, un bloc coûte très peu et dure longtemps.

– Essence de térébenthine (attention, ne pas prendre de l’extrait ou autre dérivé)

– Huile de lin

– Un pot en verre large, avec couvercle, type pot à confiture (pratiquer un trou d’épingle dans le couvercle pour laisser respirer votre préparation, cela évite l’effet ventouse)

– Une « touillette » (une baguette asiatique fait très bien l’affaire)

– Un économe, éplucheur à légume ou une râpe (utilisation uniquement à cet effet, évitez d’utiliser des accessoires alimentaires quotidiens)

La recette :

Version ferme (produit de finition, plus épais) :

– 2/3 cire abeille – 1/3 mélange (1/2 térébenthine, 1/2 huile de lin)

Version crémeuse (entretien courant, plus huileuse et nourrissante) :

– 1/3 cire d’abeille – 2/3 mélange (1/4 térébenthine, 3/4 huile de lin)

  IMPORTANT

– Ne pas faire chauffer directement les différents ingrédients sur une flamme – Si possible faire la fabrication en extérieur ou dans un lieu très aéré – Ne pas chauffer l’essence de térébenthine ou l’huile de lin, outre la dangerosité de la chose, ces deux produits risquent de perdre leurs propriétés – L’essence de térébenthine et l’huile de lin doivent être à température ambiante (Si trop froid la cire d’abeille fige au mélange)

  Mise en pratique : Je fais ici, le mélange crémeux, voici les quantités pour 90g de produit fini :

30g de cire d’abeille – 60g de mélange (15g de térébenthine et 45g d’huile de lin)

1. Réduire la cire en copeaux à l’aide de l’économe ou de la râpe.

2. Mettre la cire à fondre au bain marie dans un pot, ou dans une casserole sur une plaque qui diffuse la chaleur (à feu doux et pas de flamme directe, la cire ne doit pas trop chauffer).

3. Préparer les quantités de térébenthine et d’huile de lin dans le pot en verre (le pot doit être chaud, le laver à l’eau très chaude au préalable et bien l’essuyer).

4. Quand la cire est liquide, éteindre le feu et verser la cire dans le pot en mélangeant.

5. Laisser refroidir, votre cire pour cuir est prête.

 

Si le mélange fige, mettez le pot fermé dans de l’eau chaude, pour que l’ensemble devienne uniforme, puis laisser refroidir (on ne doit pas voir de « grumeaux »).  

Vous pouvez tester de petites quantités, en variant les proportions, pour trouver la texture et le rendu à votre convenance, certains ajoutent une goutte d’huile essentielle pour ajouter un parfum, à chacun de trouver son bonheur, c’est votre cire pour cuir !

Si votre cire se retrouve avec des particules (fibres de tissus, de cuir etc.), faites-la chauffer dans son pot fermé dans l’eau chaude, les particules se retrouveront soit en haut (les récupérer en grattant une fois le mélange froid) soit au fond du pot, vous avez de la marge avant de retomber dessus.

Dernière chose, si votre cire pour cuir, en vieillissant, devient dure, c’est dû à l’évaporation de l’essence de térébenthine. Dans ce cas, il suffit de faire chauffer de nouveau le pot dans de l’eau chaude et d’ajouter une petite touche d’essence de térébenthine, laisser refroidir et c’est reparti !

Cette cire pour cuir n’a pas de date limite !

 

Vous avez essayé cette recette ? Donnez-nous votre avis dans les commentaires de cette page !

 

A bientôt

Tithouan