Choisir un cuir pour travailler la maroquinerie ?

Comment choisir le type de cuir à utiliser ? Que faut-il savoir pour ne pas se tromper ?

 

Vaste débat et sujet, sachez qu’il n’y a pas un seul cuir pour commencer mais une multitude de peaux, de traitements, chacun adapté à un besoin (gras, sec, souple, dur, tannage végétal, minéral, finitions etc.)

 

Cela commence encore une fois sur cette question :

 

Quel est votre but final ou que souhaitez-vous fabriquer ?

 

Selon l’objet final, votre cahier des charges comportera différents points importants, les besoins sont les premiers à faire ressortir. Vous devrez choisir quel cuir correspond le mieux à ce cahier des charges.
Je vous vois venir : T’es gentil Tithouan mais je ne sais toujours pas quel cuir choisir pour répondre à ce fameux cahier des charges !

 

Je comprends, vous ne savez pas, mais normalement, vous savez ce que vous voulez faire (du moins j’espère, si ce n’est pas le cas, lisez cet article : 5 étapes pour réaliser votre projet), et de là il faut chercher les informations en rapport à ce projet final.

 

Quel cuir choisir pour travailler le cuir, la maroquinerie

Cuir au tannage végétal

 

Qui peut me donner ces informations ?

 

  • Si vous le pouvez, l’idéal c’est de poser vos questions à un tanneur, n’hésitez pas à les contacter, ce sont les mieux placés pour vous parler de leurs cuirs ( Si certains ne répondent pas à vos questions, tant pis pour eux !)
  • Sinon je vous invite à discuter avec votre fournisseur (revendeur), il a tout intérêt à vous répondre pour que le produit qu’il vous vend soit le plus adapté, sinon changez de fournisseur 🙂
  • Internet, sur des sites ou forum, ou encore des livres.
  •  

Concrètement, les informations sont à disposition pour peu que l’on prenne le soin de les chercher.

 

Oui je comprends bien que le web fourmille d’infos (parfois contradictoires) et la difficulté que cela engendre.

 

Sans parler de certains pro qui ne veulent pas vous répondre (dans ce cas, demandez leur qui peut vous renseigner, c’est la meilleure façon d’avancer face à des gens « bloqués », soit ils vont finalement vous répondre, soit vous diriger vers une personne mieux formée, si vraiment il ne veut rien lâcher ni dire, vous avez frappé à la mauvaise porte, ne perdez pas votre temps).

 

Croisez et recoupez vos informations, et trouvez des gens pour vous en parler, des pros ou d’autres amateurs avertis, partagez, communiquez et ainsi faîtes-vous votre propre avis et surtout testez-le ! (achat groupé entre amateurs pour tester sous forme d’échantillon, demande simple de qui a un morceau de tel cuir … )

 

Puis partagez de nouveau avec les autres vos tests et retours sur ces cuirs etc.

 

« Il n’y a pas une seule règle finale (règle de l’art) mais des besoins à remplir et une multitude de façon de le faire ! »

 

De là, la question : « quel cuir dois-je prendre ? », se pose toujours.

 

Je vous livre ici le fruit de mes propres interrogations sur ce sujet, ce n’est pas une règle, juste le résultat de mes besoins que je partage avec vous à titre informatif :

  • Pour la petite maroquinerie (porte-cartes, étuis, porte-monnaies etc.)

 

A mon sens, le premier besoin dans ce genre d’article, c’est son faible encombrement (je précise bien « pour moi, dans le cadre de mon travail »). De là, je m’oriente vers des cuirs fins, avec plus ou moins de tenue selon la destination de l’article.

 

Alors « fin » c’est quoi ?

Pour quelqu’un qui fait de l’harnachement pour les chevaux, 3mm c’est fin, pour un maroquinier c’est épais (tout est relatif, d’où ma question de base : quel est le besoin final ?) …
Entre 0.5mm et 1.2mm, on a déjà de quoi fabriquer la plupart des objets de petite maroquinerie, au dessus ça commence à faire épais, il faut que cela soit justifié ou voulu dans le style.

 

J’ai déjà croisé des porte-carte en 3mm d’épaisseur … Un choix esthétique de la part du fabricant, ce que je respecte sans le partager (objectif final différent mais un porte carte qui fait 6mm d’épaisseur à vide, cela me paraît beaucoup, sans parler du poids de l’objet dans la poche).

 

Ma préférence personnelle va au cuir de vache (souvent du collet) tannage végétal en 1.2mm d’épaisseur.
N’utilisant pas souvent de doublures, je garde une certaine épaisseur de cuir. Bonne tenue et solide, un bon équilibre pour mon travail.

 

J’utilise des cuirs plus fins si je dois doubler d’un tissu ou d’un autre cuir, pour ne pas dépasser un certain « seuil » pour l’épaisseur et le confort.

 

Libre à vous de prendre plus ou moins épais ou un autre type de cuir, mais gardez toujours en tête la finalité de l’objet.
Transporter quelque chose sur vous, qui ne pèse pas 1kg dans la poche ou dans le sac et qui se range facilement, c’est à mon sens la définition basique de la « petite maroquinerie ».

 

  • Pour la maroquinerie type sac ou besace

 

Toujours selon le besoin (souple, dur, doit protéger et encaisser les chocs, léger, etc.), on utilise du fin ou du plus épais (je ne dépasse pas souvent 3mm ou pour répondre à un besoin précis).

 

Si je dois faire une pochette souple ou mi-souple, je vais rester sur mes cuir max 1.2mm (pareil, en cas de doublure, je garde un équilibre) ou si plus épais m’orienter vers un cuir gras qui peut être épais et souple.

 

En revanche, pour un cartable, je vais aller vers un cuir un peu plus épais et avec de la tenue (Est-il doublé ? Renforcé pour la rigidité avec une âme ? Quand je vous dis qu’il n’y a pas une seule façon de travailler le cuir …)

 

Des exemples :

  • Un porte carte en cuir. Besoin : protège et rassemble mes cartes (CB et visites) et ne prend pas de place dans la poche. Pas de doublure (cuir de qualité avec un côté chair doux et non pelucheux), objet simple et solide.
  •  

Résultat : collet végétal de vache lissé, 1mm d’épaisseur, ce qui porte l’objet au plus épais à 2mm ouvert, 4mm fermé et à vide. Bonne tenue et vieilli bien au frottement, peu d’entretien (superbe cuir des tanneries Garat et fils).

 

Porte cartes CB à volet en cuir maroquinerie artisanale

Porte cartes CB à volets, modèle classique

 

  • J’ai eu une pochette de téléphone en cuir à faire pour un ouvrier de chantier. Le besoin le plus important, la protection en cas de choc ou appui. Le deuxième, se porter à la ceinture, puis la couleur noire (choix du client).

 

Résultat : cuir de vache (collet), 5mm d’épaisseur pour une pochette à porter à la ceinture, à l’inverse de ce que je fais habituellement donc (logique de finesse pour l’encombrement). Mais là, ce n’était pas le besoin premier du client, lui c’est la solidité qui primait. J’ai proposé un cuir avec les marques du cou de la bête (pas de risque de faiblesse vu le ratio taille/épaisseur de l’objet), le client à bien aimé.

 

Pochette cuir noir téléphone chantier cuir épais

Pochette de chantier pour protéger un téléphone portable

 

  • Autre commande, un bracelet montre en cuir à reproduire, une simple sangle mais avec une fleur du cuir des deux côtés, et ne devant pas dépasser 1mm d’épaisseur.
  •  

Résultat : J’ai utilisé un cuir de 1.2mm (collet) refendu à 0.5mm, le tout faisant donc 1mm au final avec une fleur des deux côtés une fois assemblé. Solide, une bonne tenue et s’adaptera facilement au poignet de la cliente.

 

(pas de photos de cet article, je n’avais pas l’appareil sur moi à ce moment)

 

 

Voilà pourquoi je mets le doigt sur ce point important : déterminer les besoins précis avant de créer l’objet !

 

C’est le meilleur moyen de ne pas se tromper et de choisir le bon cuir.

 

Communiquer avec les autres, c’est aussi un moyen d’apprendre et de découvrir des points de vue différents, de nouveaux éléments qui font avancer !

A bientôt

Tithouan


 

19 comments

  • Annie Lebrun

    Bonjour Tithouan,
    Merci pour le partage de tes connaissances qui sont bien utiles pour une débutante comme moi. Je fais essentiellement des bijoux en cuir. J’utilise le plus souvent du collet tannage végétal (Déco cuir car pour les bijoux je n’ai pas besoin de grandes pièces et en plus pas la place de les stocker). J’utilise aussi les teintures EcoFlo sans solvant. Cependant, en cas d’éclaboussure, les gouttes d’eau laissent des tâches sur le cuir. Comment puis-je traiter mes bijoux pour que les rendre imperméables ? Merci d’avance pour ta réponse.

  • cécile

    bonjour, un grand merci pour tout le travail réalisé pour nous aider, une question pour faire des portes feuilles le cuir de chèvre c’est bien comme choix ?
    Bonne journée

    • Tithouan

      Avec plaisir, pour le cuir de chèvre, niveau caractéristiques, il est assez fin, la fleur est solide (plus que le mouton), la peau est très élastique.

      Pour un portefeuille, il faudrait être plus précis sur le type de portefeuille (modèle, taille, utilisation etc.)
      A bientôt

      • cécile

        Merci, ce serait pour un portefeuille classique homme avec portemonnaie d’un côté et porte carte de l’autre + de quoi ranger les billets au format fermé de 13*10 environ.

        • Tithouan

          je vois, ce qui se fait souvent pour ne pas utiliser un concept de cartonnage ou de doublure compliquée … pour l’extérieur (poche billet) un cuir de bovin pour la tenue et ‘intérieur en cuir d’ovin (chèvre ou mouton)

          Le risque de tout faire en chèvre, c’est l’élasticité dans le cuir, dans le temps, cela risque de se déformer …
          le cuir de vachette fin est moins élastique et va avoir plus de tenue.
          Il n’y a pas de règles fixes … c’est aussi selon les peaux en elles même, certaines ont plus de tenues que d’autres … c’est un ensemble à prendre en compte.

  • l'Atelier de Françoise

    Salut Tithouan
    Par les commentaires j’ai déjà certaines réponses à mes questions, (repoussage et teinture) par contre je voudrais savoir si le cuir nourri, quand on l’utilise pour un sac par exemple ne graisse-t-il pas les vêtements quand on le porte sur soi ? Une fois j’ai rencontré un artisan du cuir qui le dégraissait avant de s’en servir qu’elle est l’utilité de prendre un cuir gras dans ce cas ?
    P.S. Je fais aussi de la tapisserie, j’en ai même refait en cuir un travail très prenant également

  • cécile

    une petite question quand on parle de collet mais en « cuir nourrit » convient-il toujours pour faire du travail de repoussage ? le fait qu’il soit nourri c’est pour amélioré la souplesse de celui-ci ( j’ai du collet en 3mm mais je le trouve très dur à percer)
    Merci 🙂 et bravo pour ce site !

    • Tithouan

      Le cuir nourri (ce que les tanneurs nomment comme ça, le cuir est vraiment nourri à cœur) n’est pas fait pour le repoussage, car étant « rempli » d’un corps gras, il ne prend pas bien le marquage par martelage (déjà, il ne prend pas vraiment l’eau, et pas bien la teinture), le motif a tendance à s’effacer.

      Et avec plaisir pour le site 🙂

  • kokolo

    Oui sais cest pour cela que je m informe comme je peux sur d’autre technique. En tout cas merci pour les adresse.

  • Kokolo

    Bonsoir ou bonjour 🙂 . Deja un grand merci pour la mise a disposition de tes connaissances. Je suis cordonnier multi service ( malheureusement pas un vrai pur et dur ) notre métier a du s adapté aux fil du temp pour survivre. Bref tout cela pour demender ou tu trouve ton collot cuir vegetal . Car mon fournisseur na pas cela a bien internet mais on ne peut voir la peau ect.. Merci d avence

    • Tithouan

      Bonjour et merci de ce retour, pour ce qui est d’être un cordonnier pur et dur … ça ne tient qu’à vous de le devenir si vous le souhaitez 🙂
      Et chaque métier à des connaissances selon son évolution, je suis sûr que vous auriez des choses à partager.
      Pour le collet ou d’autres cuir au tannage végétal, je me fournis en tannerie directement. Je ne chois pas mes peaux à chaque fois, je travaille en confiance avec ces tanneries.
      Pour les peaux de vache (sans jeux de mots) : tanneries Garat et Fils
      Des cuirs de très très bonne qualité, rien à dire, et un Monsieur investi qui sait prendre le temps de communiquer avec ses clients.
      Je me fourni aussi chez les tanneries de Châmont à Saint Pardoux la rivière (pas de site internet mais on trouve leur coordonnées sur le net)
      De bons cuirs de bonne qualité aussi.
      Il existe bien-sûr d’autres tanneries … ces deux là sont celles avec lesquelles je travaille habituellement et en confiance.
      Une autre adresse, tannerie Chapat, je n’ai pas encore eu l’occasion de travailler avec lui mais je n’en entends que du bien 🙂

  • Laure

    Bonjour Tithouan,
    merci pour ce partage de connaissances et d’astuces, ça donne envie de s’y mettre !
    Venant du domaine de la couture tissus, j’ai des idées plein la tête et une limite technique. Je veux faire une housse en longueur avec environ 3m de couture en ligne droite (pour armes de Kendo). Autant dire que le réflexe machine à coudre est naturel, sauf que ma machine est une « loisir » donc ne prend pas le cuir que j’ai choisis. Du coup, il faut que je le désépaississe sur la zone de couture : cuir gras de 3 mm. Comment faire ? J’ai fait des essais avec un couteau à parer, un cutteur, un opinel, un rasoir incurvé pour peau.. ça dure de très longues minutes pour une toute petite distance. Au secours !

    • Tithouan

      Pour parer, il faut des outils bien affûtés pour commencer … mais aussi les utiliser selon un angle, qui n’est pas à 90° (perpendiculaire) … plutôt à 45°, c’est plus facile et avoir un geste qui va de l’intérieur vers l’extérieur … sinon il existe des machines pour ça .. mais l’investissement est lourd si ce n’est pas pour une utilisation fréquente.
      A bientôt

  • cathy

    Bonjour Tithouan
    Merci pour partager votre savoir j ai beaucoup aimée comment faire les boutons
    Je fais partie d une association médiévale je voudrais faire un carquois car je pratique le tir à l arc au longbow je suis à la recherche d’un patron

    • Tithouan

      Bonjour,
      comme pour le choix du cuir, il existe pleins de façons de faire selon ton geste, ta taille, la zone ou tu chasses (forêt ou prairie), beaucoup de flèches ou non, sortir la flèche par le haut ou par un orifice sur le côté etc.

      En bref, je ne peux pas te pondre un patron comme ça … il y a trop de paramètres à voir pour ça.

      Après sur le concept, c’est le plus souvent une pièce de cuir en rectangle ou trapèze, cousue bord à bord avec un fond (renforcé), parfois une fourrure pour éviter le bruit des flèches et qu’elles ne bougent trop.
      La fixation se fait souvent via une sangle en travers du dos, il existe des modèles qui se portent à la ceinture ou avec un système à bretelles.

      Si tu as plus de détails sur ton projet à me communiquer, je verrais si je peux répondre 🙂

  • Luc Stern

    Merci Tithouan,
    Très bon article.
    Luc Stern

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *