Masse : comment utiliser moins de force lors de la frappe !

Un souci majeur lors de la frappe d’outils, que ce soit pour assembler, marteler, percer, couper etc. C’est la force nécessaire pour y parvenir. Si cela demande trop de force, on fatigue vite, et c’est la porte ouverte vers la tendinite. Voire on n’y arrive pas tout court, il nous faut donc une masse.

Masse, ameliorer la frappe pour les emporte pièces, utilisation d'un martyr pour protéger les outils

Une mini enclume me servant de masse pour assembler des pressions

Utiliser une masse sous la pièce à travailler permet de diminuer le besoin de force physique.

 

Observons un forgeron car les autres métiers artisanaux ont plein de choses à nous apprendre !

forgeron, frappe avec enclume

Un forgeron en action (Je vous présente Aldric 🙂 )

 

Les outils pour façonner le métal : un marteau, une pince et surtout une enclume. Un forgeron sans enclume, c’est comme une maison sans toit : on est content de l’avoir. Mais ça ne sert pas à grand chose quand il pleut ! 🙂 (c’est une version simpliste, les forgerons utilisent d’autres outils. Disons que je n’ai pas besoin de faire un topo complet sur ce sujet ici)

 

Alors pourquoi cette enclume ?

 

Lors de la frappe, le marteau créée une onde de choc qui va écraser la matière. L’enclume permet de créer un « retour » de cette onde de choc vers la matière qui se trouve écrasée des deux côtés (en haut et en bas). C’est pour ça que le métal s’écrase ou s’étire lorsque le forgeron frappe.

 

 

En maroquinerie, c’est dans une moindre mesure (pas besoin de s’appeler Popeye non plus 🙂 ) mais le principe reste le même.

Masse, ameliorer la frappe pour les emporte pièces, utilisation d'un martyr pour protéger les outils

Ici une brique enveloppée dans du cuir pour ne pas rayer la pièce à travailler

Pour assembler un bouton pression avec les matrices à frapper, une masse placée sous les pièces à assembler et hop, c’est réglé. Pareil pour les emportes pièces ou les griffes à frapper (pensez au martyr pour la sauvegarde de vos outils).

 

 

Le cas du martelage ou repoussage du cuir :

On utilise une table avec dans l’idéal un pied central, et surtout une pierre épaisse et dure comme surface de travail (la masse donc). Pour les mêmes raisons que plus haut, on aura besoin de moins de force pour faire entrer l’outil dans le cuir et écraser en profondeur les fibres. Quand on voit le nombre de coups à faire, autant s’économiser et être plus régulier.

 

A bientôt

Tithouan


 

2 comments

  • Roseline

    bonjour tithouan

    j’ai remarqué que j’avais moins de difficulté à faire mes pièces (avec un emporte-pièce ou le fer à bout de ceinture) grâce au martyrs. il faudra que j’essaie de mettre tout cela sur une surface dure, j’y verrais encore une facilité. merci pour cette article

    Roseline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *