Modifications d’un siège de batteur/percussionniste

refaire-siege-batterie-cuirUn article non pas sur la maroquinerie mais sur la tapisserie d'ameublement.

Pour faire simple : Refaire un siège de batteur percussionniste !

 

En tant que musicien, j'aime que mon matériel soit solide et confortable. Le siège que j'avais jusqu'ici ne me plaisant pas, trop "industriel qui rogne sur tous les plans pour faire de la marge et trouve les techniques les plus simples pour vendre pas cher" ... Vous l'aurez compris, un objet sans âme, de qualité médiocre sur l'assise du siège.

 

Ni une ni deux : je réponds à mon besoin ("dehors le cordonnier mal chaussé !") et je vous partage cette vidéo explicative !

 

 

Les outils/matériels utilisés

  • Un tire agrafe (une vielle pince coupante fait très bien l'affaire)
  • Une agrafeuse murale (avec des agrafes 🙂 )
  • Des semences de tapissier (clous noirs très pointus qui pointent le tissu ou le cuir)
  • Un outil de coupe (une cornette ancienne pour ma part)
  • Un morceau de drap blanc + 1 morceau tissu noir
  • Du cuir (vache tannage végétal de chez Garat et fils, épaisseur 1.5mm)

 

Dans l'ordre j'ai

  • Retiré toutes les agrafes et le skaï
  • Retaillé la mousse
  • Mis en forme avec la toile blanche (drap blanc)
  • Ajouté une ouate
  • Tendu/fixé le cuir
  • Posé le Jaconas (tissu noir)
  • Passé à l'encaustique + faire briller
  • Remonté le socle métal pour fixer l'assise au trépied

 

Voilà maintenant un siège qui va tenir des années et qui change du classique noir (utilisé pour cacher la misère et qu'on ne le voit pas sur scène lol) ...

 

Merci à Aderaan, Bahuaud, Vanina, Drine Collet, Malala et LaSauvage, c'est avec leur aide que cet article est paru 🙂

Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, vous pouvez le découvrir à cette adresse :
https://www.tipeee.com/point-sellier

 

Abonner-vous à la newsletter et recevez par mail les articles du site

 

A bientôt

Tithouan

  1. Tithouan,

    ce n’est en aucun cas un jugement, je t’approuve tout à fait. Ton siège est fait « dans les règles de l’art », et la fixation de la doublure du dessous par des agrafes, c’est l’idéal.
    J’ai un repose-pieds ancien (probablement fin XIX°), qui a dû être refait plusieurs fois, il me faut le ré-entoiler, aucune idée où je vais planter les semences tellement le bois est abîmé LOL!
    J’ai refait il y a quelques années un fauteuil tout mousse, tout agrafes, le poids total des agrafes enlevées devait bien être supérieur au poids des semences que j’ai mises !!!

    Après, ma fois, quand on voit un beau siège costaud, on ne cherche pas à savoir ce qu’il a dans le ventre, c’est juste la satisfaction de celui qui l’a restauré!

    Amitiés!
    Marie-Danielle

    1. Je ne le prends pas mal 🙂

      Justement pour les agrafes, les gens en mettent trop !! pas besoin d’en mettre plus que des semences … si on prend la bonne taille et qu’on la pose correctement … 🙂

      pour ce qui est de ton repose pied, tu peux aussi reconstituer le bois … je fais ça quand un siège est en bout de course sur les fixations … et je travaille à l’agrafe qui pour le coup est moins agressif.
      pour reconstruire, selon l’état, mélange de poudre de bois avec de la colle à bois et faire une pâte que j’utilise pour combler/remplir tous les interstices … sinon il existe des produits fait pour … selon l’état … certains ébénistes vont même jusqu’à retirer la partie feuillure pour en mettre une nouvelle (pièce de bois rapportée) mais là faut avoir le matériel et maîtriser le bois 🙂 ou avoir les finances 😀

  2. Bravo!
    Là au moins ça correspond à TES besoins, et c’est du costaud.

    Mais tu sais Tithouan, j’ai fait de la tapisserie d’ameublement : JAMAIS de colle NI d’agrafes ! uniquement semences et clous décoratifs (si ça se voit), c’est dans les chaises/fauteuils industriels qu’on trouve ces cochonneries, mon prof était un artisan-puriste!

    Amitiés!
    Marie-Danielle

    1. J’ai une formation de tapissier d’ameublement, j’ai fait les deux … du traditionnel tout crin (même crin 100% animal) en trad le plus poussé avec semences, guindage, mise en forme du crin, ouate coton etc. pour des siège historiques (le pied 🙂 )

      Mais j’ai aussi eu dans les mains l’autre face, le tout mousse …

      et inévitablement, un mélange des deux.
      Et en fréquentant divers tapissiers, beaucoup ont eux-même fait un mélange des deux … chacun à sa sauce … créant ainsi multiples méthodes et façons, et (malheureusement) avec beaucoup d’ego comme étant pour chacun LA façon de faire … comme dans beaucoup de métier d’artisanat d’art … mais ces techniques existent …

      j’ai fait en sorte d’intégrer tout ce que je pouvais apprendre pour me faire mon propre avis et utiliser les techniques adéquates selon le besoin (du plus pur trad au plus moderne possible).

      Et juste pour les agrafes … bien compris et utilisé, cela abîme moins le bois que les semences. C’est à mon sens un progrès pour la durée de vie des sièges … sans parler du poids en moins.
      Ne pas mettre un jugement sur un outil parce qu’il est mal utilisé …
      ou apparu à une mauvaise période (ou grâce à cette période, l’industrie n’a pas apporté que chaos dans l’artisanat, il faut savoir prendre du recul et observer 🙂 )

      Merci de ton retour 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *