Mon défi de cette année, partager mes patrons !

Patrons gratuits et libre d'utilisation pour réaliser des articles de maroquinerie

J’ai décidé à partir de l’année 2015 de numériser, partager gratuitement et librement tous mes patrons et modèles.

(j’alimente la base de données au fur et à mesure, cela prend du temps, inscrivez-vous à notre newsletter pour être tenu informé).

 

Alors pour commencer, pourquoi ce défi ?

 

J’ai envie de partage. Lorsque j’ai commencé à travailler le cuir avec mon père, j’ai profité de ses propres modèles, et surtout du comment créer un patron (Merci papa). Mais je n’ai trouvé que très peu de patrons ailleurs, les artisans les gardant jalousement avec la peur d’être copié ! La peur de la concurrence.

 

Mon point de vue sur ce « problème » de copyright :

 

Plus on a peur d’être copié, plus on sera copié, et plus on en sera dégoûté !

De là, je m’interroge : « Comment faire pour ne plus avoir cette peur de la copie ? »

 

La réponse est simple et elle est inspirée du monde libre de l’informatique : laisser les gens libre de refaire ce modèle, mieux que ça, leur donner le patron et les inviter à le réaliser en mettant le modèle à leur goût !

 

De là, plus de stress de la copie, au contraire, une joie à chaque « merci » qui m’est envoyé, et un sentiment de fierté que mon modèle soit utilisé et d’avoir pu aider quelqu’un à apprendre.

 

 

L’autre point noir : la concurrence …

 

Dans le milieu de l’artisanat, le sentiment de « concurrence » est très fort, mais à mon sens, il n’y a pas sa place, encore moins quand on regarde le nombre d’artisans dans le milieu du cuir à l’heure actuelle.

 

Alors oui, « il faut bien manger », mais sur du long terme, si chacun joue la carte de la rétention d’informations, comment le métier avance-t-il ?

 

Il disparaît ! Et on n’en est que plus pauvre (la tête et le porte-monnaie) …

 

Patrons gratuits et libre d'utilisation pour réaliser des articles de maroquinerieRésultat :

 

Aucun jeune pour reprendre l’activité, plus de matériel ou d’outils, perte de savoir-faire et surtout, perte de reconnaissance par le public (plus le métier est rare, moins les gens vont se diriger vers ce métier pour répondre à un besoin, par simple ignorance). Et cela veut dire moins de clients pour ceux qui sont encore là …

 

Un exemple de cette ignorance ?

 

De nombreuses personnes du grand public prennent contact avec moi, pour fabriquer des chaussures ?!!!! Je ne suis pas « cordonnier » mais « maroquinier » … Ce sont deux métiers différents. Mais il y a un amalgame par le grand public (je ne leur en veut pas …) car ce sont tous deux des métiers du cuir et les maroquiniers se font rares (les vrais cordonniers aussi).

 

De là … en est-on enrichi ? Ne risque-t-on pas de perdre nos (futurs ou actuels) clients au profit des grands industriels ? Par simple méconnaissance ou ignorance ? Tout cela par peur à la base de la concurrence, peur que son modèle soit copié par son collègue ?

 

Plus on sera nombreux à faire un travail de qualité, plus les gens se tourneront vers nous pour fabriquer !

 

La délocalisation est économique, la relocalisation est qualitative !

Travaillons là-dessus !

 

 

Ma propre expérience de cette « copie »

 

J’ai été copié à mes débuts, par une grosse entreprise allemande, sur un article pour musicien que j’ai créé avec mon père (de A à Z) au niveau du design (non déposé, ouch ! le coût) d’une qualité franchement moindre et vendu 10 Euros seulement moins cher que le miens à l’époque (Ouah ! La marge qu’ils se prennent).

 

Moi petit artisan, en tant que jeune installé et encore ignorant de ces sujets, que puis-je faire face à ça ? Mettre en procès ? Je n’ai pas les moyens pour une simple copie d’article, mon modèle n’étant pas déposé et le copieur étant de plus à l’étranger … Je ne fais pas le poids

 

Alors quoi ?

 

Et bien rien à part jouer sur la qualité des matériaux et la fabrication, communiquer là-dessus et nourrir une rancœur fasce à ce monde injuste.

 

Mais cette rancœur, à quoi sert-elle ? A part me pourrir la vie ? Cela change-t-il le fait que cette grosse entreprise à délibérément pris mon modèle sans autorisation et fabriqué à grosse échelle ? A-t-elle arrêté de vendre cet article malgré mon mail à ce sujet ?

 

Non ! Donc cette rancœur ne sert à rien. Autant agir autrement.

 

 

Le partage comme stimulantPatrons gratuits et libre d'utilisation pour réaliser des articles de maroquinerie

 

Partager mes modèles me permet d’avancer, de progresser, de ne pas rester sur mes acquis ! C’est un stimulant !

 

Utiliser un modèle libre permet de laisser libre court à sa créativité, sans arrière pensée et surtout cela fait VIVRE l’artisanat !

 

A ceux qui sont déjà installés depuis longtemps, repensez à vos début … Si vous aviez eu accès à une base de données de patrons et modèles, que de temps gagné !

 

Du temps utile pour trouver et développer son propre style (c’est ça aussi qui fera la différence entre chaque artisan), travailler sa technique et devenir rentable plus rapidement ! (« faut bien manger » cette fameuse phrase qui revient sans cesse) donc c’est un gain pour tous et pour soi.

 

C’est du gagnant/gagnant !

 

 

 

Partant de cette réflexion, je décide de me lancer un défi personnel, mettre en accès libre et gratuit mes patrons.

 

Ces patrons, on peut les utiliser mais pas les vendre …

 

Précision : le fichier « graphique » du patron ne peut être vendu (le dessin ou le fichier pdf), mais la réalisation faite à partir du modèle peut, elle, être vendue.

Si je mets mes fichiers de patrons en libre, ce n’est pas pour qu’ils soient vendus en tant que patrons mais pour stimuler la créativité de ceux qui l’utilisent et vendent leurs production, et pour ainsi développer l’artisanat.

 

 

J’invite mes collègues à partager ses patrons, nous en ressortirons plus riches sur tous les points, plutôt que de rester chacun dans son coin avec la peur au ventre que l’autre nous copie et toutes les rancœurs et tensions que cela implique entre collègues (ça aussi ça tue le métier).

 

Dans tous les cas, même si vous, collègues ne le faites pas, vous pouvez utiliser mes patrons sans craintes, et vendre vos productions qui en découlent, je ne fais pas de distinctions sur ce point, à chacun de voir comment il souhaite que les choses évoluent,  et surtout à chacun son point de vue sur le sujet.

 

Amis débutants, profitez-en ! C’est aussi et surtout pour vous que je le fais ! Pour que l’artisanat ne meurt pas !

 

Je propose même à ceux qui le souhaitent (pro ou amateur) d’héberger et de partager ses patrons sur ce site, contactez-moi pour les détails.

 

Vous pouvez réagir (avec courtoisie svp) à cet article en laissant un commentaire.

 

A bientôt

Tithouan

  1. Bonjour,
    Je suis jeune dans ce métier de maroquinier sellier et je me heurte à cette restriction d’informations.
    Je partage votre réflexion. Il faut transmettre pour ne pas perdre ce savoir faire. Merci

  2. Bonjour,
    J cherche des patrons gratuit afin de réaliser des sacs avec anses en skai. Je ne trouve pas mon bonheur! Pouvez vous m’aider, SVP.
    Merci

  3. Bonjour
    Grand merci pour ta générosité et d’avoir exprimé ton point de vue.
    Cela fait plaisir de voir un esprit qui tranche avec le monde moderne.
    Personnellement je ne me sers pas des patrons tout faites. J’essaye de modéliser un futur article, l’adapter à mon goût, besoins, dimensions etc.
    Mais un parton modèle permettra un jour à quelqu’un d’essayer de faire un article par soit même, et qui sais, peut être un autre passionné sera né. 😉

  4. Merci beaucoup pour votre ouverture d’esprit…
    J’attends, pour Noël, mes premiers outils pour me lancer, en tant que simple amateur, dans le travail du cuir…
    Je viens de découvrir votre site et me réjouis d’avance de pouvoir farfouiller ici pour trouver de l’inspiration!
    C’est vraiment très gentil de votre part!
    Bonne continuation à vous!
    -Ty’Mat-

  5. bonsoir,

    j’ai pu connaitre votre site par le biais de lisette ( atelier faerie cuir du vercors), je tenais à vous remerciez de votre article, c’est beau de voir entre vos ligne que vous défendez un métier aussi beau que celui du travail du cuir.
    je compte aussi dans un proche avenir, créer mon propre atelier, je me bat pour ça mais je ne lâcherai rien.
    c’est avant tout une passion .

    encore merci à vous pour ce beau descriptif de ce métier de créateur sur cuir.

    lou.

  6. je découvre ce site au hasard et la bravos!
    ce que tu a écris au dessus me parle grave pourquoi ? parce que c’est mon discours a une ou deux virgules prêt depuis 22 ans !
    je suis cordonnier avec un parcours assez atypique !
    CAP tourneur ajusteur, puis comme emplois —> tourneur sur or —-> bijoutier —-ect… puis cordonnier service minute autodidacte ou presque pour finir aujourd’hui Artisan cordonnier! !
    j’ai beaucoup appris grâce à des gens comme toi qui on sus partager leur savoir surtout que le savoir faire passe par « le faire savoir !! « .
    Du coup je partage régulièrement avec des confrères qui on eu aussi cette intelligence ! et ils y en a pas beaucoup dans cette corporation !!dommage !! surtout envers des gens comme moi qui ne suis pas fils ou parent de cordonnier et qui na pas le parcours traditionnel des écoles de la cordonnerie classique! enfin on peut avoir aucun diplômes de ce métier et être capable comme moi de fabriquer des articles en cuir ou des sandales sur mesure « genre tropézienne! »
    Merci pour tes patrons et infos et si je peut t’aider par des infos ou patron perso pas de soucis!
    ps: mes patrons son un peu brut de décoffrage!!!mdr
    jb

  7. Merci pour cet état d’esprit, je crois en effet que c’est comme ça que les gens prennent conscience de la valeur des choses, de l’aspect qualitatif ou pas de certains ouvrages et ont envie de dépenser leur argent dans de belles choses faites par des artisans doués!

  8. Bonjour Tithouan,
    D’abord MERCI pour ton esprit de partage. Perso je voudrais débuter (en fait je pense reconversion à 54 ans…) Cavalier/Meneur à mes heures j’ai toujours été intéressé par le cuir « Artisanal », pas du tout dans l’idée de fabriquer des selles, il y a des Spécialistes reconnus pour ça et j’aurais trop peur « d’embêter » au pire blesser le cheval… Bref moi c’est la maroquinerie, la bagagerie, réparer, coudre les cuirs…
    J’ai eu la chance de participer aux sélections d’entrée en formation chez un Grand manufacturier ici à Aix-les-Bains (mais j’étais pas assez bon, et sûrement déjà trop vieux…) du coup la passion s’est accrue. Maintenant je voudrais vraiment m’y mettre…
    Quels conseils pourrait tu me donner ?
    Merci encore, Cordialement, Au plaisir de te lire,
    Luc.

    1. Pour moi déjà tu es sur la bonne voie … tu as envie et tu veux le faire et cherche à le faire …
      ensuite, des conseils, j’en ai mais seront-ils adaptés … as-tu des questions particulières ? des difficultés ou blocages ?

      Pour la sellerie, pareil, je répare parfois (coutures usées, sangles qui cassent etc.), mais je ne fabrique pas … je n’ai pas la connaissance des bêtes et de leurs besoins, donc je laisse ça aux spécialistes et passionnés 🙂

      a+

  9. Bonjour Tithouan,
    Merci pour ce texte magnifiquement bien écrit. Je suis moi même artisan maroquinière et c’est très compliqué en effet vu tout ce qu’il se passe de partout. Dur dur de se faire sa place au limeur des sacs à 10€ de partout. Mais je suis comme toi passionnée et je partage aussi volontier mes patrons sur demande. Et pour les clients je leur offre la possibilité de venir une ou deux journée à l’atelier pour réaliser eux même leur propre objet choisi dans ma gamma à un moindre coup pour eux et surtout la grande fierté de l’avoir fait soit même.
    Voilà tout ça pour dire. Bravo et belle initiative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *