Protéger un objet en cuir : comment appliquer une cire

Appliquer une cire ou un caustique sur du cuir pour le protéger
Encaustique sec et brillant sur la droite, non frotté à gauche (mat)

Appliquer correctement un encaustique sur le cuir pour le protéger : pas toujours facile d'avoir les gestes efficaces.

Pourtant, ces gestes sont parfois d'une facilité et d'une simplicité déconcertante. Comme souvent, il suffit de peu mais bien pour obtenir un beau résultat.

Je vais partager avec vous certains gestes que j'utilise (les plus courants) lorsque j'applique un encaustique sur le cuir pour le protéger. Il existe autant de façon que de produits existants, ces gestes ne sont pas exhaustifs. Je vous explique donc ici mes propres techniques en rapport à l'encaustique que je fabrique moi même.

 

Pour commencer, je n'utilise que du cuir au tannage végétal, mes explications vont donc être dans ce sens. Mais cet encaustique fonctionne plutôt bien sur d'autres types de cuir, skaï mais aussi pour le bois ou même pour éviter la rouille sur le métal ...

 

La couche de nourriture et protection : la plus gourmande en matière !

 

Le cuir au tannage végétal, quand on a fini de le teindre ou juste de le travailler, possède un fort taux d’absorption. Il est important de profiter de cette tendance du cuir à avoir soif, pour le protéger.

L'encaustique va être absorbé en profondeur, et pas qu'en surface. Chaque cuir selon son procédé de tannage (même en végétal, il existe plusieurs façon de tanner) va plus ou moins absorber l'encaustique et le rendu sera différent selon chaque cuir.

 

Appliquer une cire ou un caustique sur du cuir pour le protéger
La brosse à dent, votre partenaire pour une bonne application de l'encaustique

J'utilise pour cette application une brosse à dent (à poils souples sinon ça peut rayer le cuir). Pourquoi une brosse à dent ?

Parce que c'est conçu pour aller dans tous les petits recoins ... donc l'encaustique ira facilement partout. Dans les trous de couture, dans les plis etc. Je dirais même plus, insister sur ces zones peu accessibles à un chiffon.

 

Je prends avec la brosse à dent de l'encaustique, que j'étale dans le couvercle de mon pot pour que l'application soit homogène (on assoupli au passage l'encaustique).

Pour l'application en elle même, faire des petits cercles, en insistant bien dans les creux, et les coutures.

Si on sent qu'il y a beaucoup de matière (trop d'encaustique, le cuir n'absorbe pas tout), je passe un chiffon doux non pelucheux pour enlever le surplus.

 

Il est important de bien laisser sécher la pièce avant de faire quoi que ce soit de plus, la couleur va foncer puis s'éclaircir, le rendu sera d'un premier abord mat.

 

Quand la pièce est sèche au toucher (de 12h à 36h parfois selon le type de cuir et la quantité de matière appliquée), je fais briller en passant un chiffon coton non pelucheux (Très important) ... si je veux un brillant fort, j'utilise un bas (un collant)

 

La couche de finition ou d'entretien

 

Quand l'article est fini, ou que l'on veut juste l'entretenir, j'utilise un chiffon doux non pelucheux pour appliquer une fine couche d'encaustique.

Le cuir normalement n'a pas forcement soif (entretenir AVANT d'atteindre ce stade, c'est la meilleure façon de faire durer ses objets en cuir).

Si le cuir à soif, j'utilise la technique du dessus, car ce n'est plus de l'entretien ou de la finition à mon sens, mais de la nourriture.

J'enroule mon doigt dans un chiffon, je prends un peu de matière dans le pot, que j'étale dans le couvercle et j'applique sur l'objet, en petits cercles.

 

Même chose concernant le temps de séchage. Même s'il est souvent plus court (couche plus fine et absorption plus faible). Quand c'est sec au toucher, je fais briller en passant un bas (collant) ou une brosse à poil souple.

 

Je ne parle pas ici d'application de cirage, produit différent de l'encaustique de par son contenu et de son application. Mais bel et bien de l'encaustique maison pour entretenir ou protéger ses objets de maroquinerie.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu informé de la parution régulière de nouveaux articles.

 

A bientôt

Tithouan

  1. Bonsoir,

    Justement, en cherchant comment nourrir les cuirs de mon véhicule, je suis tombé sur vos articles concernant vos mixtures maison.

    Cependant, je recherche également un rendu mat (primordial, même). Or, la cire d’abeille, elle, donne un rendu brillant. Avec quoi serait-il opportun de la remplacer ou de l’enrichir afin que le rendu final (malgré les multuples frottements avec les vêtements qui lustrent malheureusement les cuirs) reste mat ?

    D’avance, je vous remercie pour votre réponse ainsi que pour les temps que vous avez consacré à l’écriture de ce blog qui est très intéressant 😉

    1. Bonjour, je vais répondre le plus simplement du monde :
      Ne pas utiliser d’encaustique à base de cire d’abeille.
      Je m’explique, le cuir par sa constitution se patine quoi qu’il arrive et se lisse donc vouloir un rendu mat est aller à l’encontre du vieillissement naturel d’un cuir tannage végétal …

      La particularité de la cire d’abeille est que plus on la frotte, plus elle se lisse et plus elle va boucher les trous de la peau en imprégnant la fleur du cuir … et rendre le cuir de plus en plus imperméable (quand on entretien, je précise)

      Et la cire d’abeille … Ça brille c’est justement ce brillant qui fera le bon vieillissement de l’objet et surtout sa patine.

      Les produits du type vernis se posent sur le cuir mais ne s’intègrent pas forcement si bien à la peau.
      Ce procédé est possible mais avec des produits tenant plus du vernis que de l’encaustique …

      Pour conclure avec une image et un peu d’humour :
      Vouloir un cuir finition « mat » qui dure dans le temps, c’est vouloir une Ferrari qui ne dépasse pas le 10 km/h quand on appuie fort sur l’accélérateur … c’est possible mais avec beaucoup de bidouille … et surtout c’est pas le but à la base …
      🙂

  2. Alors en premier se poser la question du pourquoi on met un encaustique …
    En premier parce que le cuir est perméable et qu’il va se tacher et prendre facilement l’eau … du cuir vu au microscope, c’est comme une éponge.
    Donc pour éviter que le cuir ne prenne l’eau, on lui applique un « bouche pores » un produit qui va venir boucher les creux de la peau.
    Plusieurs possibilités, un encaustique comme celui présenté sur ce site.
    Sinon il existe d’autres produits, certains mat, d’autres brillant (des sortes de vernis) à base de plein d’autre produits pas toujours clean sur la toxicité (mais c’est un choix).

    La particularité de la cire d’abeille est que plus on la frotte, plus elle se lisse et plus elle va boucher les trous de la peau et impregnant la fleur du cuir … et rendre le cuir de plus en plus imperméable (quand on entretien, je précise)

    Et la cire d’abeille … Ça brille 🙂 c’est justement ce brillant qui fera le bon vieillissement de l’objet et sa patine.

    Les produits du type vernis se posent sur le cuir mais ne s’intègrent pas forcement si bien à la peau.

  3. Bonjour,
    Je viens de découvrir votre blog qui est super intéréssant, bravo. Vous savez expliquer simplicitement des techniques de pro à des néophytes comme moi.
    Je souhaites commencer la maroquinerie et en lissant votre article sur l’application de l’encaustique, je me demandais. Peut- on laisser un article en cuir sur une finition mat juste en le nourrissant, ou s’il avait besoin de faire un second traitement sans le frotter ? Ou y a t’il une autre technique pour garder un rendue plutôt brut et mat tout en protégeant et nourrissant le cuir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *