bien différencier nourrir et protéger le cuir

Quelles sont les différences entre nourrir et protéger le cuir ?

Nourrir et protéger le cuir sont 2 étapes distinctes de l’entretien du cuir, nourrir permet aux fibres de ne pas s’assécher et casser, protéger permet de limiter les rayures et l’humidité.

Dit comme ça cela paraît simple et logique et pourtant … je croise souvent des produits “tout en un” hors ce genre de chose fonctionne à court terme mais pas sur le long terme et vont coûter cher et beaucoup d’énergie au final.

Premier point, je vous invite à observez le cuir au microscope, c’est en fait un enchevêtrement de fibres qui forment …..

UNE ÉPONGE !

Décortiquons chaque étape.



Ouvrir les pores du cuir (cuir tannage végétal)

Si la fleur du cuir est protégée (cuir déjà utilisé ou un objet à entretenir), le produit pour nourrir aura du mal à pénétrer, pire il va pénétrer sur certaines zones (les plus usées) et les foncer créant un effet de tache …

il est donc important de nettoyer la fleur du cuir pour ouvrir les fibres et que ces fibres soient sèchent pour avoir l’effet éponge.
Selon le type de finition on utilisera un produit adapté (savon glycérine, térébenthine etc.) trops de paramètres pour donner un produit spécifique.



Nourriture

Il est très important de ne pas nourrir un cuir humide car l’eau et les corps gras ne sont pas miscibles, donc si les fibres du cuir sont pleines d’eau, elles ne peuvent pas absorber un corps gras.

Selon le cuir et son tannage, il faut utiliser des produits adaptés. Pour le cuir tannage végétal (que je connais le mieux) une huile type huile de lin (j’aime moins car cela fonce beaucoup le cuir). On peut aussi utiliser une graisse animale (en cours de tests pour ma part mais de bons résultats).
Attention à ne pas utiliser un corps gras qui rancit …  sinon gare aux dégâts sur le long terme.

Attention aussi à l’huile de pied de bœuf … Déjà il faut en trouver de la vraie et pas un sous produit pétrolier (si si regardez la composition) …
mais en plus ça a tendance à ramollir beaucoup (trop) le cuir (ça nourri beaucoup quoi) … donc à utiliser dans certaines conditions (matériel qui vit dans des conditions extrême comme le matériel d’équitation … pour de la maroquinerie, oubliez ! Vous allez ruiner votre objet)

Pour un cuir tannage chrome, je vous invite à vous diriger vers un spécialiste de ce genre de cuir

NON LE LAIT DE BÉBÉ OU CRÈME TYPE NIVÉA N’EST PAS UN PRODUIT ADAPTE 🙂
(ni la peau de banane … )

Dernier point sur la nourriture : il faut laisser le temps aux corps gras de pénétrer dans le cuir en profondeur.


Protéger le cuir

L’action de protéger à plusieurs utilités

En premier il s’agit d’éviter que l’humidité rentre dans le cuir (fermer les pores de la fleur) pour que le cuir ne s’assèche pas.
L’humidité dans un cuir chasse les corps gras car lorsque l’on met de l’eau et de l’huile ensemble, l’huile remonte, pareil pour le cuir à force de prendre l’humidité, les corps gras sont évacués à l’extérieur et le cuir s’assèche.
(Trempez un cuir dans l’eau même froide, il sera plus raide une fois sec)
Donc empêcher l’eau de rentrer dans le cuir évitera de tacher le cuir mais aussi qu’il ne s’assèche trop vite.

Ensuite la protection mise sur le cuir va agir comme un verni qui prendra les micro rayures d’usage (bon si c’est un coup de cutter là c’est trop je parle de frottement surtout)

Sur cuir tannage végétal j’utilise un encaustique maison à base de cire d’abeille, d’autres utilisent des produits à base de gomme arabique ou enfin des produits à base d’acrylique (acrylique = pet de troll pour info, “pétrole” pour ceux qui n’ont pas compris au fond là !)

Sur cuir tannage chrome, de même, prenez des produits spécialisés.

J’aime l’encaustique sur cuir tannage végétal car contrairement aux autres produits, il patine le cuir. Les autres produits posent un verni (certes efficace) mais ce verni ne supporte pas toujours bien le frottement et l’usure.
La cire d’abeille elle est malléable, du coup le frottement va étaler et surtout lustrer et ainsi lui donner une patine.

Le seul point important étant qu’il faut le faire régulièrement (surtout au début) pour qu’une belle couche de patine se créée sur l’objet et que cet objet ait une bonne protection.

De même que pour la nourriture du cuir, il est important de bien laisser sécher le produit de protection, pour l’encaustique, il faut impérativement lustrer le cuir, sinon l’humidité pourra rentrer (lustrage = pores bouchés = protection)


Pour conclure, vous aurez donc compris que vouloir nourrir et protéger le cuir en une seule fois ne suffit pas (en tout cas pas très longtemps) et que seulement nourrir le cuir ne le protège pas de l’usure et de l’humidité.

Merci à

Fabwolfeyes / Nanou / Hugues-mircea / jc DHT / Nath / Flore Janvier / David / Anna Ka / Frederic / Maxime / Marine / bouba / jacqueslimonet / Celine / Dash / Marina / Paul Parsat / Gilles DR / clo / Brünehilde Stauffen / Nath / Audrey M / idjy / Laurence / Sandrine / Amélie BACCHUS / Pfösou / Angie / Shyne / Cyril / Daphné / LaSauvage

c’est avec leur aide que cet article est paru 🙂

Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, vous pouvez le découvrir à cette adresse :

A bientôt

Tithouan


 

3 comments

  • cécile

    merci 🙂

  • cécile

    bonjour, petite question qu’utilisez-vous comme graisse animale (vous mentionnez que l’huile de pied de bœuf n’est peut-être pas idéale par son côté ramollissant, mais sans nommé une autre graisse animale)

    • Tithouan

      En effet je n’en cite pas car les quelques fois où j’ai eu de bon produits dans les mains, je n’ai pu en retrouver par la suite (cadeaux de voyages, souvent artisanaux) donc je suis en train de voir pour créer une recette … je partagerais le jour où les résultats sont à la hauteur de ce que je veux.

      Le plus souvent on utilise dans ces produits la graisse de porc comme base car elle est la plus facile à trouver, mais aussi celle du mouton ou du bœuf, Le plus important étant que la graisse soit purifiée pour ne pas moisir ou tourner … ce que l’on appelle le suif (résidu obtenu par la fonte de graisse de mouton ou de bœuf) est une base par exemple. A n’utiliser que sur des objets qui en ont besoin (de forte nourriture) éviter sur la petite maroquinerie par exemple … cela ramolli trop …

      Belle journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *