Différence entre coller et souder le cuir

Les précisions de langages nous donnent souvent des détails sur une façon de travailler, tout particulièrement dans certains corps de métier.

Je parle ici pour les métiers du cuir 🙂 les expressions ou les mots peuvent varier selon les métiers ou matériaux utilisés.

Le terme “coller” est devenu générique sur l’acte d’assembler deux couches de cuir. Peut importe le type de collage que l’on fait et souvent au détriment du besoin réel et de l’utilisation de certains produits sans vraiment comprendre ses effets.
(j’ai l’image de quelqu’un allant faire ses courses familiales, avec enfants au supermarché … dans une voiture de course type ferrari)

Et pourtant, selon la colle utilisée et son utilisation, le terme n’est à l’origine pas le même.

Je vois souvent des personnes utiliser de la néoprène pour “coller” les cuir ensembles. En fait la néoprène est à la base faite pour “souder” les cuirs ensemble.


Explication de cette nuance :

Souder du cuir : c’est faire sorte que deux pièces de cuir ne puissent plus être séparées … quand on force dessus, à moins d’arracher les fibres (et avoir du muscle) on ne peut plus désolidariser les deux cuirs, ou il faut retirer la matière par ponçage ou coupe, les deux couches de cuir sont devenues une seule (c’est soudé quoi 🙂 )

Le terme est encore un peu employé en cordonnerie ou botterie.

Coller du cuir : c’est faire en sorte de faire tenir deux pièces de cuir ensemble, le temps de coudre ces pièces par exemple. La colle maintient juste les pièces ensemble mais on peut “décoller” ces pièces. Les deux couches de cuir sont donc “dé-collables”

La colle de farine de blé, d’os ou de caséine permettent cette nuance, d’autres colles aussi.

Fabriquer soi même de la colle pour cuir à base de farine de blé ou de riz

Voilà une colle toute prête


Ainsi, à l’origine, selon le besoin on ne va pas utiliser le même produit ou technique.
Pour des pièces cousues qui peuvent être amenée à être réparée, par exemple en maroquinerie, si la pièce est soudée à l’autre, on va devoir arracher et abîmer la matière. en revanche un martyr de couteau lui aura plus besoin d’être soudé pour éviter que le tranchant ne découpe les coutures.

Alors pourquoi tout est devenu “collage” ?

Déjà, à la base, l’emploi du terme colle pour tous les produits permettant d’assembler les cuirs, qui dit “colle” dit “coller” etc.

Ensuite la volonté d’aller vite … les produits modernes permettent de gagner du temps, c’est indéniable et la “colle néoprène” a inondé les ateliers qui du coup n’utilisent presque plus que ça.
L’habitude de souder a pris le dessus de coller.

A l’origine, les produits avec solvant du type néoprène étaient vraiment utilisés uniquement pour souder, que ce soit cuir, caoutchouc etc. avec une volonté que cela puisse tenir sans coutures (ou alors c’est de la couture de déco ou alors c’est vraiment un truc qui peut plus bouger lol).

Le temps de prise n’était pas si court que cela (les colles modernes ont changés ce point)
De plus, il faut que la colle soit sèche au toucher avant d’assembler pour un cuir soudé efficacement.
Je ne rentre pas dans le détail des dilutions selon le besoin de la néoprène, je ne maîtrise pas assez le sujet, mais si ce temps de séchage n’est pas respecté, le produit ne soude pas vraiment
(encore une fois ce temps de séchage de la néoprène a radicalement diminué au fur et à mesure du temps).

Les colles de farine, de caséine ou d’os etc. ont un inconvénient, le temps de prise et de séchage …
(d’où leurs abandon dans les ateliers)
En revanche cet inconvénient permet la retouche à la pose, on peut encore bouger la pièce pour bien la placer une fois le contact fait.

A titre personnel, j’utilise de la colle de farine de blé, par choix. Les colles modernes ont trop de solvants (et autres produits cracras) et sont franchement pas top ni pour l’artisan, ni pour le client, ni pour la nature qui aura du mal à digérer l’objet en bout de course (oui je le prends en compte aussi).

Je peux comprendre le choix du gain de temps …
perso je n’en perd pas, je travaille juste autrement, j’organise mon travail pour que le temps de prise de la colle ne soit pas du temps de perdu mais me permette d’avancer un autre projet pour mieux revenir sur l’objet après 🙂

Je ne soude que très rarement (exemple des martyrs d’étui à couteau) … et mon atelier sent bon le cuir … pas le solvant lol !

Certains diront que je suis puriste à vouloir pinailler sur les mots, disons que j’aime comprendre les gestes, les produits, les raisons de l’employer pour mieux travailler comme je le souhaite, je ne fais pas de prosélytisme ni de procès, je partage simplement que l’on peut faire autrement.

A chacun de choisir les produits qu’il utilise, sa façon de faire 🙂


Merci à

Angelique P / MERIEL E / Fabienne R / Pauline C / Cyril A / Catherine P / Anna K / Marine D / Amélie B / Gerhard B / CLAUDETTE S / Anne-Laure A / quentin s / Magali D / cécile g / Dominique R / Sylvaine R / Joey R / Stéphanie C / françois p / Frédéric G / vincent G / Maria-Isabel L / catherine c / sylvia c / Stéphane V / Sabine P / Fabienne C / Jean pierre B / Champigny j / Aurore M / Gilles M / Marie-Danielle H

 

c’est avec leur aide que cet article est paru 🙂

Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, vous pouvez le découvrir à cette adresse :

A bientôt

Tithouan


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *