Comment fabriquer votre propre cire pour cuir ?

Une cire pour cuir à faire soi-même, quand on peut maîtriser et connaître ses produits pour le cuir.

Très facile et abordable, cette cire pour cuir peut aussi servir à l’entretien du bois et du métal (je l’utilise pour mes outils depuis des années, utiliser la version ferme).

essence de térébenthine et huile de lin avec de la cire d'abeille en bloc
essence de térébenthine et huile de lin avec de la cire d’abeille en bloc

Les ingrédients :

– Bloc de cire d’abeille naturelle (ou cire d’abeille en copeau), allez voir l’apiculteur du coin, un bloc coûte très peu et dure longtemps.

– Essence de térébenthine (attention, ne pas prendre de l’extrait ou autre dérivé)

– Huile de lin

– Un pot en verre large, avec couvercle, type pot à confiture (pratiquer un trou d’épingle dans le couvercle pour laisser respirer votre préparation, cela évite l’effet ventouse)

– Une « touillette » (une baguette asiatique fait très bien l’affaire)

– Un économe, éplucheur à légume ou une râpe (utilisation uniquement à cet effet, évitez d’utiliser des accessoires alimentaires quotidiens)

La recette :

Version ferme (produit de finition, plus épais) :

– 2/3 cire abeille – 1/3 mélange (1/2 térébenthine, 1/2 huile de lin)

Version crémeuse (entretien courant, plus huileuse et nourrissante) :

– 1/3 cire d’abeille – 2/3 mélange (1/4 térébenthine, 3/4 huile de lin)

  IMPORTANT

– Ne pas faire chauffer directement les différents ingrédients sur une flamme – Si possible faire la fabrication en extérieur ou dans un lieu très aéré – Ne pas chauffer l’essence de térébenthine ou l’huile de lin, outre la dangerosité de la chose, ces deux produits risquent de perdre leurs propriétés – L’essence de térébenthine et l’huile de lin doivent être à température ambiante (Si trop froid la cire d’abeille fige au mélange)

  Mise en pratique : Je fais ici, le mélange crémeux, voici les quantités pour 90g de produit fini :

30g de cire d’abeille – 60g de mélange (15g de térébenthine et 45g d’huile de lin)

1. Réduire la cire en copeaux à l’aide de l’économe ou de la râpe.

2. Mettre la cire à fondre au bain marie dans un pot, ou dans une casserole sur une plaque qui diffuse la chaleur (à feu doux et pas de flamme directe, la cire ne doit pas trop chauffer).

3. Préparer les quantités de térébenthine et d’huile de lin dans le pot en verre (le pot doit être chaud, le laver à l’eau très chaude au préalable et bien l’essuyer).

4. Quand la cire est liquide, éteindre le feu et verser la cire dans le pot en mélangeant.

5. Laisser refroidir, votre cire pour cuir est prête.

 

Si le mélange fige, mettez le pot fermé dans de l’eau chaude, pour que l’ensemble devienne uniforme, puis laisser refroidir (on ne doit pas voir de « grumeaux »).  

Vous pouvez tester de petites quantités, en variant les proportions, pour trouver la texture et le rendu à votre convenance, certains ajoutent une goutte d’huile essentielle pour ajouter un parfum, à chacun de trouver son bonheur, c’est votre cire pour cuir !

Si votre cire se retrouve avec des particules (fibres de tissus, de cuir etc.), faites-la chauffer dans son pot fermé dans l’eau chaude, les particules se retrouveront soit en haut (les récupérer en grattant une fois le mélange froid) soit au fond du pot, vous avez de la marge avant de retomber dessus.

Dernière chose, si votre cire pour cuir, en vieillissant, devient dure, c’est dû à l’évaporation de l’essence de térébenthine. Dans ce cas, il suffit de faire chauffer de nouveau le pot dans de l’eau chaude et d’ajouter une petite touche d’essence de térébenthine, laisser refroidir et c’est reparti !

Cette cire pour cuir n’a pas de date limite !

 

Vous avez essayé cette recette ? Donnez-nous votre avis dans les commentaires de cette page !

 

A bientôt

Tithouan

  1. Bonjour Tithouan,

    J’ai testé l’encaustique que tu proposes et je suis enchantée du résultat. En ce qui concerne l’huile de lin, tu te souviendras que je m’interrogeais sur le type (bouillie ou crue) J’ai opté pour l’huile de lin bouillie. L’huile de lin crue prendrait trop de temps à sécher. Il semble qu’en France cette question ne se pose pas , mais ici, (au Québec) les deux types d’huile sont disponibles. Avis à mes compatriotes.

    Merci pour cette recette.

    Francine
    Créations Trouloulou

  2. Coucou Tithouan,

    merci pour ces conseils. J ai une valise que je retape et elle est supra seche. C est une valise qui va sur une voiture de collection et donc soumise aux intempéries. Je pensais la passer à l huile de pied de boeuf pour la réassouplir . Est ce que ta cire peut arriver à faire ça sur un cuir tres epais ? Et qui n a pas vu le moindre produit depuis …. (la voiture est de 1923 et la valise aussi 🙂 ) Et autre question, je dois refaire les coutures d angle sur cette valise. Tu ferais ça avant ou apres? Merciiiiii

    1. Dur de répondre sans « voir » la valise … à titre perso, l’huile de pied de bœuf risque de trop assouplir pour le coup (sans parler de trouver une VRAIE huile de pied de bœuf pas un dérivé pétrolifère) … j’ai du coup tendance à ne pas l’utiliser mais lui préférer un passage d’huile de lin.

      Si la valise est vraiment sèche au point de « craquer », je passerais une fois de l’huile de lin (intérieur si possible et extérieur sans cherche à trop charger en huile).
      Ensuite une fois que c’est absorbé (sec au toucher) je ferais un passage de la version crémeuse, laisser sécher (pareil sec au toucher)
      faire briller une première fois ..

      Là je refabriquerais les coins (je t’invite à faire un peu souffrir le cuir avant … histoire qu’il se fasse une patine d’office, quelques rayures et taches par exemple)

      puis je passerais la version plus dure pour finir (encaustique de finition qui contient plus de cire) histoire de bien imperméabiliser le tout.
      en 3 phases donc.

      Voilà comment je verrais les choses … maintenant sans voir la valise c’est compliqué d’être précis.

      Petit rappel, l’huile ne sert qu’à nourrir le cuir pas à la protéger des intempéries … pour ça il faut un « bouche pores » comme de la cire d’abeille, ou de produits à base de gomme arabiques.
      L’huile sert donc à assouplir et nourrir. Et si on pouvait arrêter le mythe de l’huile de pied de bœuf, ce serait chouette … 🙂

  3. Bonjour,
    Je vous remercie de partager cette recette. Complètement novice, j’ai cousu un premier sac et j’ai utilisé la recette version crémeuse pour le protéger. Très facile et rapide à faire, et surtout, très efficace. C’est grâce à des initiatives comme la votre que l’on peut s’enrichir de nouveaux savoirs, accessibles à tous.
    Merci, et bonne continuation à vous.

  4. Bonjour Tithouan,

    Dans la recette proposée, quelle sorte d’huile de lin utilises-tu ? Crue ou bouillie. Moi, je ne connais rien en matière d’huile de lin, mais mon conjoint, artisan du bois , me dit qu’il y a une différence au niveau du séchage.

    De plus, l’encaustique peut-il être utilisé sur un cuir teint avec La teinture Professionnal Waterstain de Tandy ? (teinture à l’eau) ?

    Merci pour tes conseils

    1. J’utilise celle que l’on trouve dans le commerce classique … je viens de vérifier, il n’est pas précisé si elle est cru ou cuite …
      J’entends bien que la réaction peut-être différente (tout comme la qualité de l’huile), je n’ai pas la réponse, je pense qu’il faut tester (c’est le meilleur moyen pour apprendre que je connaisse).
      Faire en petite quantité et tester sur un morceau de cuir.
      Si tu fais des tests, fais nous un retour, ce serait cool 🙂
      a+

  5. Bonjour,
    je souhaite refaire mon manteau en cuir marron qui devient bien sec grâce à cette recette.
    Je viens de récupérer de la cire chez un apiculteur, et celui-ci doutait de l’huile de lin.

    Ma question: est ce que la crèmeuse fonctionne pour les manteaux en cuir assèchés (10ans) ?

    1. S’il n’a jamais essayé, je trouve dommage de douter … 😀
      le cuir va sans doute foncer (surtout s’il est vieux) et reprendre du brillant … juste pour prévenir .. dans l’idéal essayer sur une zone qui ne se voit pas avant pour se rendre compte de l’effet.
      j’utiliserais la crémeuse pour commencer … quitte à faire un deuxième passage avec l’autre (plus de protection)
      Le vrai secret, c’est d’attendre que ce soit bien sec … sinon le rendu n’est pas super.
      A bientôt

      1. Bonjour,
        j’ai fait l’opération sur mon cuir et je suis extrêmement satisfait.
        La couleur c’est foncée (comme les zones non usées genre sous le col) mais sans plus après séchage, le cuir est nourrie, c’est parfait, merci!
        Franck

  6. Bonjour à tous =) alors voilà je viens donner mes résultats par rapport à la cire de carnauba.

    Donc c’est plutôt efficace pour renforcer la cire d’abeille et donner du brillant par contre il faut doser quelque chose comme 10% cire de carnauba et 90% de cire d’abeille sinon l’encaustique va devenir trop dur. Le point de fusion de la cire de carnauba est plus élevé donc il faudra faire preuve de plus de patiente pour quel fonde^^.

    Après si on veux monter plus loin en profondeur et en brillance je pense qu’il y a possibilité de rajouté un vernis genre gomme laque après l’encaustique, mais ce n’est qu’une supposition il faut que je fasse des essaies.

    Voilà bonne soirée à tout le monde =) .

  7. Salut, Titouan, depuis quelques temps j’utilise de l’encaustique avec une recette un peu différente et me viennent trois petites questions avec l’utilisation de l’encaustique..

    Premièrement, je me demande si l’huile de pied de boeuf n’est pas mieux que l’huile de lin pour les encaustiques à cuir.

    Deuxièmement, sur mes teintures complexe (plusieurs couleurs en motif) il m’arrive souvent que ma teinture dégorge et que je perde mes motifs (surtout ceux foncé) =/ cela t’arrive t’il aussi avec l’utilisation de l’encaustique?

    Troisièmement, pense tu que mettre un peu de cire de carnauba dans l’encaustique cuir est pertinent pour obtenir un résultat plus jolie?

    Bien cordialement Jonas =)

    1. L’huile de pied de bœuf est « trop » graisseuse ou nourrissante à mon sens, sans parler d’en trouver de la naturelle qui ne soit pas à base de pétrole devient de plus en plus difficile. De plus elle fonce plus le cuir.
      Après, pourquoi pas mais il faut prendre en compte les dosages et propriétés de chaque élément de l’encaustique. Il n’y a pas qu’une façon de faire … il faut surtout utiliser des produits qui nous sont nécessaires et qui correspondent le mieux. Si tu fais des essais en ce sens, n’hésite pas à partager 🙂 .

      Pour la teinture qui dégorge, pose toi la question du « pourquoi » cette teinture dégorge (absence de fixatif ?), je ne pense pas qu’un encaustique en soi la cause 🙂

      Pour la cire de carnauba, pourquoi pas, pareil que le premièrement … si cela t’es utile … 🙂

      Perso la recette au dessus me convient bien, peu cher, facile à faire … elle répond à mes besoins pour protéger le cuir … et l’entretenir (selon dosages)

      A bientôt

      1. Okay, alors pour l’huile de pied de boeuf je l’utilise déjà dans mon encaustique et honnêtement je n’ai pas l’impression que cela fonce trop la couleur, mais lui donne un peu de chaleur, en ce qui concerne sa pureté j’utilise celle de la marque « Paulin » qui selon mes sources est 100% pure et fiable, après je n’est pas essayé l’huile de lin, d’ailleurs à ce titre j’ai vu qu’il existait plusieurs types d’huile de lin, la quel utilise tu?

        Qu’entend tu par absence de fixatif? Cela vient du cuir utilisé? Ces tu comment y pallier?

        Pour la cire de carnauba je vais bientôt faire des essaies dans mon prochaine encaustique je vous tiendrais au courant de mes résultats =) .

        Cordialement Jonas

        1. Pour le fixatif, non c’est du point de vue teinture (même si la qualité du cuir peut jouer aussi) … si le colorant ne se fixe pas à la matière … soit elle est trop puissante et du coup tout le colorant n’est pas absorbé, soit il manque un fixateur de teinte (certains colorants en ont un intégré directement, d’autres pas, bien lire les notices).
          Cool pour tes essais, je suis curieux 🙂

          1. D’accord merci ^^, après en teinture j’utilise les gammes eco flo pour les teintures à l’eau, feibing et supra c pour les teintures à l’alcool et j’ai l’impression d’être un peu le seul à avoir ce problème du coup je ne pense pas que le problème viennes de mes teintures… Connaît tu un produit que l’on met après la teinture et avant l’encaustique pour la fixer?

            Et du coup quel type d’huile de lin utilise tu pour ton encaustique?

  8. Bonjour,
    Merci pour votre recette et pour tous vos conseils.
    J’ai vu beaucoup de recette d’encaustique à base de cire d’abeille et d’essence de térébenthine. Mais peu avec de l’huile de lin. Pouvez vous me dire ce qu’apporte l’huile de lin dans votre recette ? Le petit truc en plus qui va me permettre de la différencier de la cire classique ?
    Mon objectif étant de protéger et nourrir mes réalisations en cuir tannage végétal teintée avec de la teinture à base d’eau.
    Je vous remercie .
    Audrey

    1. L’huile apporte justement de la nourriture mais aussi un support pour que la cire se dépose, sans utiliser trop de térébenthine.
      Elle n’est pas obligatoire, j’ai déjà utilisé des mélanges avec uniquement térébenthine et cire … mais je trouve le rendu trop sec et rigide.
      A bientôt

  9. Testé et approuvé.
    Note à benêt : Ne pas utiliser un pot trop profond : J’ai utilisé un bocal à cornichons sans réfléchir et j’ai du transvider le produit finit parce que le contenu était difficile à atteindre.

  10. Merci, je connaissais la recette mais je ne savais pas exactement les doses. C toujours bien de partager de bonnes recettes utiles.merci encore, Bonne journée.

    1. Pour les quantités, à chacun d’affiner selon les produits utilisés aussi … deux huiles de lins ne réagiront pas tout à fait pareil, pareil pour la cire …
      🙂

  11. Bonjour Tithouan,

    j’ai (enfin) réalisé l’encaustique en suivant ta recette. J’ai réalisé dans un premier temps l’encaustique version FERME.
    après mélange, j’ai laissé refroidir, et … le mélange est complètement dur (presque aussi dur que de la cire brute).
    Est-ce normal ?
    Si-oui, il faut donc le réchauffer avant de s’en servir, comment procèdes-tu ? J’ai peur que le mélange fige immédiatement au contact de ma pièce de cuir
    Merci
    Philippe

    1. La recette que j’indique est à affiner selon les produits utilisés.
      Toutes les cires ne se valent pas qualitativement, de même que pour la térébenthine ou l’huile de lin.
      Je recommande vus le faible coût de revient (rapport quantité/utilisation) de prendre des bases de qualité.
      Si ta préparation te paraît trop dure, revoir les proportions que tu as fait pour trouver où ça cloche.
      Maintenant tu peux encore la modifier en mettant ton pot fermé dans une casserole d’eau chaude au bain marie (pas sur le feu directement ni en faisant chauffer le pot en même temps, l’eau doit déjà être chaude avant, idéalement sortie de bouilloire).
      De là tu ajoutes du mélange huile/térébenthine. Le mélange sera plus mou ou crémeux.
      Pense à mesurer ce que tu fais, tu pourras refaire la même à terme.
      A+

  12. Bonjour Tithouan,
    j’ai deux questions :
    – Cette cire remplace-t-elle l’utilisation d’un produit tel que du Tan Kote ?
    – Cette cire imperméabilise-t-elle le cuir ? (et si oui, avec quelle version : ferme ou crémeuse ?)

    un grand merci à toi pour tout ce partage de savoir …

    Philippe (alias Ilippare sur cuir-Creation)

    1. Merci pour tes questions :
      pour le tan kote, tout dépend de tes goûts en matière de finitions … le tan kote contient de la résine qui agit comme un vernis qui se dépose sur le cuir (ce genre de produit est connu aussi sous d’autres noms comme « brille vite » etc.) j’ai utilisé à une époque (mon père utilisais ce genre de produits) mais je trouve que la patine ne se fait aussi bien qu’avec un encaustique, j’ai pu voir le vieillissement de ces pièces, la patine n’était pas vraiment au rendez-vous.

      Ces produits à base de résine (souvent gomme arabique ou produits pétroliers) couvrent mais comme un film plastique, le produit ne rentre pas en interaction avec ce qu’il y a en dessous(en tout cas pas autant) qu’avec un encaustique.

      L’encaustique va pénétrer une partie du cuir (tout en déposant aussi de la cire sur le cuir comme un film protecteur) il va rentrer en interaction avec ce qu’il y a en dessous … s’il y a une teinte ou une patine, il va la dissoudre en partie (térébenthine) et l’étaler de nouveau (efface en même temps les petites rayures sur les cuir teintés)
      La cire en séchant va créer ce film protecteur.

      Pour l’imperméabilisation du cuir, si le temps de séchage est bien respecté (la qualité des produits utilisés aussi, notamment la cire, tout rentre en jeu), oui cela imperméabilise le cuir … bon si tu vas sous la douche ça fini par passer … mais à moins de plastifier ton cuir … peut importe le produit, ça passe toujours …

      Le plus important à savoir pour l’encaustique, c’est d’en passer de temps en temps, ça patine la pièce et la protège … c’est la régularité qui fera le charme et la patine de l’objet.

      Dernier point, une des raisons pour laquelle je ne travaille plus qu’avec l’encaustique que je fabrique moi-même, c’est que l’on sait ce que l’on mets sur son cuir … sans parler du coût dérisoire au final …

      Question de goût et de choix donc, je n’ai rien contre le fait d’utiliser ces produits, mais il faut savoir pourquoi et ce que cela donnera plus tard.

      A bientôt

  13. bonsoir

    je suis t4s interessee par la maroquinerie. j aime les produit design
    j aimerai faire une pochette rigide en tissus. tout ce qu on propose. comme vlesline est trop plat et le donne pas une pochette ferme qu on plierait a peine. auriez vous une idee du materiel que je pourrais utiliser?
    lerci d avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *