Nettoyer la rouille d'un outil ancien - enlever la crasse - maroquinerie et travail du cuir

Nettoyer la rouille d’un outil ancien

Trouver un outil ancien : LA JOIE ! mais souci, il est rouillé ! Pas de panique, on peut nettoyer et garder la patine ancienne d’un outil.

Un outil rouillé n’est pas fichu, mais pour garder sa qualité, il convient de le nettoyer à froid (certains nettoient à chaud, ce qui risque de retirer la « trempe » du métal, il devient moins dur).

 

Il suffit d’utiliser un accessoire que l’on trouve dans n’importe quel magasin de bricolage : La paille de fer 000

 

On prend un morceau, et on frotte l’outil avec.

La paille de fer 000 est un abrasif très doux, il peut donc retirer la rouille mais aussi décrasser le bois, à sec sans produits

 

Je vous invite à regarder la vidéo ci dessous pour voir, en direct, le nettoyage de vieux outils.

 

 

C’est simple et efficace, reste plus qu’à protéger vos outil pour ne pas que la rouille se réinstalle.

 

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir un mail lors d’une publication.

 

Merci à l’ Atelier de Françoise / Claudia / LaSauvage / jade / Stephane / Drum et Ni, c’est aussi grâce à eux que cet article est paru 🙂

Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, vous pouvez le découvrir à cette adresse :
https://www.tipeee.com/point-sellier

A bientôt

Tithouan

Noeud pour bloquer le lacet lors de la fabrication d'une bourse en cuir - point-sellier

Nœud : bloquer le lacet d’une bourse

Noeud pour bloquer le lacet lors de la fabrication d'une bourse en cuir - point-sellierLors de la fabrication d’une bourse, il arrive que le lacet que l’on passe d’un côté, ressorte de l’autre, que ce soit parce-que le lacet est un peu court, ou que le cuir se mette en tension.

 

Il existe un moyen simple d’éviter que cela arrive, faire un nœud sans le serrer.

 

Certes cela paraît bête ou anodin mais l’épaisseur du fil étant (normalement) de la taille du trou dans le cuir, voir un peu supérieur selon les cas, un nœud ne pourra pas passer.

 

Comment faire :

 

On choisi un bout du bout de fil qui passera dans les trous, et on se met à l’autre bout (j’adore Raymond Devos et son sketch « le bout du bout« ).

Ok … Choisit une extrémité du fil qui passera dans les trous du cuir et on prend l’autre extrémité (c’est plus clair ?).

 

On fait un nœud simple mais sans le serrer et en laissant de la marge de fil (pour éviter qu’il ne se défasse à la manipulation).

 

Puis on utilise le fil comme prévu (voir astuce pour passer un lacet dans un trou) et une fois que tout est OK, on retire ce nœud devenu inutile (d’où l’intérêt de ne pas le serrer).

 

Cette astuce est valable dès que vous utilisez un lacet ou une sangle, cela permet de bien garder de la matière pour faire les finitions.

Une variante peut-être de faire un nœud coulant, plus facile à retirer un fois fini.

 

Une vidéo pour voir en vrai :

 

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir un mail de nouveaux articles.

 

A bientôt

Tithouan

Passer le lacet pour fabriquer une bourse diy tuto astuce

Passer un lacet facilement dans un trou

Passer le lacet pour fabriquer une bourse diy tuto astuce
Le lacet s’écrase et ne rentre pas correctement

Quand on utilise du lacet en bobine, l’extrémité à souvent tendance à s’effilocher, le rendant difficile à passer dans un trou.

 

Prenons l’exemple de la fabrication d’une bourse, le lacet doit passer dans un certains nombre de trous. Au début, on y arrive puis à force, c’est mission impossible …

 

Je vous propose de s’inspirer des lacets pour chaussures du commerce, et de durcir l’extrémité pour qu’elle passe facilement.

 

J’utilise personnellement deux techniques selon ce que j’ai sous la main :

  • Tremper l’extrémité du lacet dans de la cire
  • Utiliser du ruban adhésif

 

Je vais développer la seconde, même si j’affectionne la première pour son côté « sans plastique » 🙂 (technique que j’utilise en reconstitution historique). Je pense qu’il n’y a pas grand chose à expliquer sur ce point …

 

Passer le lacet pour fabriquer une bourse diy tuto astuce

La technique :

  • Couper un petit morceau de ruban adhésif (1cm, c’est amplement suffisant)
  • Coller l’extrémité du lacet sur le ruban adhésif
  • Rouler entre vos doigts le lacet pour que le ruban adhésif entoure le lacet (bien serrer)

 

Et voilà … c’est tout !

 

Si le ruban dépasse du lacet, ce n’est pas un souci, c’est même mieux car cela forme une pointe plus facile à passer.

 

Regardez cette vidéo pour voir le geste 🙂

 

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir un mail lors d’une publication.

 

A bientôt

Tithouan

trou à l'emporte pièce qui ressort de la felur du cuir - astuce maroquinerie et travail du cuir

Trou à l’emporte pièce : éviter que la fleur ne ressorte

Lorsque l’on perce deux couches de cuir ensemble, il y a toujours un côté où la fleur du cuir ne rend pas la même chose, elle ressort et le trou est plus « petit ».
 

La raison est très simple, l’embout emporte pièce de la pince est conique, il est donc plus large à sa base qu’à sa pointe.

trou à l'emporte pièce qui ressort de la felur du cuir - astuce maroquinerie et travail du cuir

 

Plus il y a d’épaisseur de cuir, plus la différence se fait sentir. De plus, le simple fait d’être affûté rend le tranchant plus « étroit » que le reste du tube (extérieur, le diamètre de la pièce coupée reste le même). Cet effet conique rentre la fleur du cuir lors de la pression, mais n’est pas présente sur l’autre face.

 

trou à l'emporte pièce qui ressort de la felur du cuir - astuce maroquinerie et travail du cuir
On peut voir sur le trou du bas que la fleur du cuir ressort, contrairement à celui du haut

 

Comment faire ?

Il faut simplement « repercer » le trou en retournant la pièce (cuir du dessus va être en dessous) ou plutôt repasser l’emporte pièce dans le trou. L’embout va rentrer la fleur dans le trou et ainsi améliorer le rendu et équilibrer le rendu sur les deux faces.

 

trou à l'emporte pièce qui ressort de la felur du cuir - astuce maroquinerie et travail du cuir
On peut voir que la fleur du trou en bas est maintenant rentrée, il y a encore une légère différence mais beaucoup moins.

 

Pensez à protéger la face côté martyr par une pièce de cuir pour ne pas marquer la fleur

 

Abonnez-vous à la newsletter pour être tenu informé des nouveautés.

 

A bientôt

Tithouan

Affûter une alêne pour le travail duc rui et la maroquinerie

Comment affûter une alêne pour la maroquinerie ?

L’affûtage d’une alêne est un point souvent sensible, délicat pour les débutants, et houleux pour les professionnels qui ont parfois du mal à s’entendre sur le sujet.
 

Je vais vous présenter ici une méthode que j’utilise pour la maroquinerie.

En sellerie harnachement, la pratique peut être différente, j’y reviens plus bas.

 

Affûter une alêne pour le travail duc rui et la maroquinerie
les différentes zones importantes

Quand on parle d’affûter une alêne, il faut avoir en tête la pointe d’alêne. C’est un affûtage « partiel ».

 

Le concept est simple, la pointe perce et le reste de l’alêne écarte le cuir (en forme de losange).

Ce cuir écarté va se resserrer autour du fil et ainsi améliorer la solidité et l’étanchéité de la couture.

 

La pointe doit donc être particulièrement fine et perçante, le tranchant de l’alêne n’étant que sur quelques millimètres (partie arrondie de la pointe de l’outil).

 

Toute la zone dans le prolongement ne coupe pas !

Si lorsque vous affûtez elle se retrouve tranchante, cassez ce tranchant (lime ou papier de verre grain fin). On doit pouvoir passer son doigt sans crainte de se couper.

 

 

Pourquoi certains utilisent une alêne aux côtés tranchants ? (en sellerie harnachement par exemple)

 

Parce qu’ils percent des cuirs épais, tout simplement. Qui dit cuir plus épais, dit qu’il sera plus dur d’écarter le cuir (qui va se refermer très vite pour le coup), mais aussi plus de matière, donc on le « coupe ».

 

Essayez ça avec un cuir de 1mm … c’est la déchirure assurée lors de la couture au moment de serrer le point.

 

La méthode d’affûtage « intégral » n’est donc pas mauvaise, juste pas adaptée aux cuir fins.

 

J’utilise des cuirs jusqu’à 3mm sans souci avec l’affûtage de la pointe (partiel), au delà, j’utilise une alêne affûtage intégral.

 

D’autres cassent la pointe de l’alêne et obtiennent une sorte de mini lame au bout de l’outil, c’est une adaptation à l’utilisation de la griffe ou molette à marquer les points de coutures, je ferai un article à ce sujet à l’occasion.

 

La méthode pour la maroquinerie a l’avantage d’être « rapide » à mettre en œuvre (il n’y a qu’une pointe à affûter).

 

Pensez à protéger vos outils pour que cet affûtage reste le plus longtemps possible.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu informé de nouvelles publications.

 

A bientôt

Tithouan

 

 

Protéger ses outils avec des housses et des étuis de rangement

Etui à outils : protéger vos tranchants et pointes

Un étui pour protéger ses outils, c’est du temps, de l’argent et une belle occasion d’essayer de nouvelles choses !
 

Protéger ses outils, c’est primordial, et pour diverses raisons. Une lame qui ne coupe plus parce que le fil (tranchant) est abîmé, ou l’alêne qui ne perce plus correctement car la pointe est un peu tordue, c’est une perte de temps en affûtage et/ou d’argent à devoir réinvestir dans des lames.

 

Faire ces étuis de protection n’est donc pas une perte de temps, bien au contraire, c’est un investissement.

 

C’est en plus l’occasion de tester de nouvelles pratiques et de voir comment elles vieillissent. Tel type de couture ou montage, forme, tenue du cuir, vieillissement d’une teinture etc.  Ou pour les débutants de s’entraîner, tout simplement.

 

Ce sont des objets qui vont être fréquemment manipulés, ils vont donc rapidement se patiner dans des conditions réelles (voire intenses pour certains).

L’idéal pour se rendre compte si quelque chose tient la route ou pas dans le temps (svp essayez la teinture bleue 🙂 ).

 

Sur la photo : Protéger ses outils avec des housses et des étuis de rangement

Trousse à rabat, à gauche pour toutes mes matrices à frapper.
– Étui marron pour un abat-carre double de chez Vergez Blanchard.
– En haut, un simple bouchon pour protéger la lame du cutter et par la même ses doigts.
– Pareil pour la pointe d’alêne, c’est ce que j’ai trouvé de plus efficace … pas le plus sexy mais bon …- Pour l’abat-carre français, un simple morceau de cuir plié et cousu qui entoure la lame.
– L’étui avec « 5mm » cousu dessus, c’est pour mes griffes à frapper espace 5mm basé sur la trousse
– En dernier en bas, un étui fait rapidement pour protéger la pince emporte pièce (faut que j’en refasse un plus joli)

 

Faire ses étui à donc plusieurs fonctions : s’entraîner, tester et protéger.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être prévenu par mail de la parution d’articles.

 

A bientôt

Tithouan

Patron bourse plate en cuir, idéal pour le médiéval ou les reconstitution historique

Patron bourse plate en cuir souple

Patron bourse plate en cuir ou bourse pirate - patron maroquinerie libre et gratuit
Bourse plate ou appelée aussi bourse pirate

Modèle d’une bourse plate en 2 pièces.

Ce patron est prévu pour des cuir fin et souple (max 1mm d’épaisseur et dans l’idéal foulonné).

 

Modèle vraiment basique, traversant les époques sans une ride. Certains l’appellent la bourse pirate (nom déjà croisé sur le net).

 

Le coutures sont faites sur le cuir posé à l’envers puis le tout est retourné. On passe le lacet à la fin, le cordon de serrage se situe sur les côtés de la bourse (la couture se trouve entre les deux cordons).

 

On peut mettre un cordon simple (un seul côté) ou double (conseillé, serre des deux côtés).

 

Cette bourse est intéressante pour son côté plat et peu encombrant, les coutures sont cachées et protégées à l’intérieur.

Patron bourse plate en cuir ou bourse pirate - patron maroquinerie libre et gratuit
Le double lacet permet de faire un nœud pour mieux fermer

 

 

Matériel / matériaux (à titre indicatif et non exhaustif) :

 

– Pince emporte pièce (ou emporte pièce à frapper)
– Ciseaux
– Cuir fin et souple
– Matériel de couture
– Lacet

 

 

 

Vous pouvez modifier, adapter ce patron pour créer des articles en cuir personnalisés.

(plus d’infos sur l’utilisation de ce patron)

 

 

 

Cliquez ici pour télécharger le patron pour réaliser cet article

 

 

Partagez voter réalisation à partir de ce patron sur notre groupe Facebook !

 

A bientôt

Tithouan

Fabriquer un baluchon pour teinture ou encaustique

Baluchon pour teinture : fabrication en quelques secondes

Il existe plein outils pour teindre le cuir, souvent un poste de dépense qui à la longue peut devenir important.
 

J’utilise à titre personnel le baluchon, simple, pas cher et efficace. Il a en plus l’avantage d’avoir un effet réserve, comme une éponge, appréciable pour les grandes surfaces à teindre.

 

Le matériel :

– Du tissu non pelucheux (un vieux drap en coton c’est top)
– Du coton hydrophile ou un morceau d’éponge
– Du fil (j’utilise pour ça mes chutes de fil lorsque je fais une couture au point sellier, pas de pertes 🙂 )

 

Comment faire :

 

– Déchirer une longue bande (le tissu se déchire dans le sens du tissage, on ne fait que couper 1cm avant de déchirer) d’environ 10cm

– Découper ensuite des carrés de 10cm de côté

– Prendre la ouate ou l’éponge et la poser au milieu du carré de tissu

– Rassembler les 4 coins du carré

– Rassembler les 4 plis créés (comme une bourse)

– Tasser la ouate pour pouvoir serrer le tissu

– Utiliser un fil pour nouer avec un nœud plat doublé

– Couper le surplus de fil

– Couper le surplus de tissu (consomme moins de teinture)

 

 

 

En général, j’en fait une belle dose d’avance que je stocke dans une boite, ça prend 30 minutes et on est tranquille pour un moment.

 

On peut varier les tailles aussi, selon l’utilisation (plus grand= plus de teinture en réserve mais plus de consommation, plus petit ) travail de petites pièces).

 

J’utilise pour teindre mais aussi pour passer l’encaustique … la ouate contenue dans le baluchon permet d’appuyer sans marquer le cuir et de bien étaler (sur cuir lisse sinon utiliser une brosse à dent).

 

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir par mail les articles publiés.

 

A bientôt

Tithouan

Fermeture par lacet ou sangle en cuir pour carnet ou blague à tabac

Nœud à plat pour fixer un lacet de fermeture pour un étui en cuir

La plupart du temps, pour fixer un lacet de fermeture à un rabat, on fait un nœud de chaque côté du cuir. Seulement cela fait une épaisseur et se place mal à plat (système pour une blague à tabac, ou une trousse, une housse de carnet etc.).
 

Il est possible d’utiliser un système qui est solide, à plat et auto-serrant. Dans l’esprit de l’attache du lacet pour un bouton en cuir, il s’agit en fait de la moitié de ce nœud.

 

Le nœud présenté dans un autre article crée une boucle qui tient au bouton en cuir. ici, la lanière n’est tenue que d’un côté, l’autre servant à entourer l’étui.

 

Comment faire ?

Deux trous et un lacet de cuir, c’est tout.

– le lacet passe en premier dans le trou le plus haut
– il ressort dans le deuxième
– on entoure le lacet
– on repasse dans le même trou
– le reste du lacet se coince dans le point côté chair (permet de bloquer)

 

 

On évite ainsi les sur-épaisseurs qui peuvent marquer le cuir, de plus, le système est auto-serrant, aucun risque que la sangle ne s’en aille.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu informé par mail de la publication de nouveaux articles.

 

A bientôt

Tithouan

outil cuir pince emporte piece trou protéger fleur cuir tithouan point sellier stage apprendre maroquinerie

Pince emporte-pièce : utiliser un martyr pour ne pas marquer le cuir

outil cuir pince emporte piece trou protéger fleur cuir tithouan point sellier stage apprendre maroquinerie
On peut voir ici la marque laissée par le tas de la pince emporte-pièce

Lorsque l’on perce un trou à la pince emporte-pièce dans deux épaisseurs de cuir, il y a toujours un côté où le trou est beau et l’autre qui a une marque disgracieuse.
 
 

Une astuce simple existe pour éviter cette marque :

Utiliser un martyr en cuir !

 

Prendre une chute de cuir épaisse et sèche (le cuir gras se perce trop facilement), et la glisser entre le cuir et le tas.

 

Le tas, c’est la partie métallique (souvent en laiton) qui accueille l’embout rond. Il sert de masse et de martyr à la fois.

 

Reste à serrer en faisant un mouvement circulaire et voilà … le trou est fait et il n’y a pas de marque.

outil cuir pince emporte piece trou protéger fleur cuir tithouan point sellier stage apprendre maroquinerie
Le deuxième trou a été fait avec le martyr en cuir au niveau du tas : pas de traces

En plus cette astuce va vous permettre de garder affûté plus longtemps les embouts de votre pince.

Le tas a beau être en laiton, métal plus mou que celui des embouts, il finit par s’aplatir et ne plus couper autant (on perd l’aspect « coupant » de l’embout) car le fil du tranchant s’aplatit.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir par mail d’autres articles du site.

 

A bientôt

Tithouan

Patron modèle de bourse en forme de fer à cheval, maroquinerie et travail du cuir

Patron bourse en fer à cheval, mélange cuir souple et rigide

Patron modèle de bourse en forme de fer à cheval, maroquinerie et travail du cuirModèle d’une bourse en fer à cheval en 3 pièces.

Ce patron est prévu pour des cuir fin / souple et plus épais / rigide.

J’aime bien ce modèle qui s’inspire des bourses médiévales classique mais en version moins « joufflue ». Les dimensions et le mélange de deux types de cuir en font un modèle mignon et efficace.

 

Pour la photo, les cuirs choisis sont des collets 1.2mm marron des tanneries Garat et fils et 5mm naturel des tanneries de Châmont.

 

Les coutures sont faites au point sellier, j’ai utilisé une griffe à frapper (espace 3mm) avec des pointes en forme de diamant faites pour percer les trous.

Fil de lin beige ciré et coutures martelées.

Les tranches sont lissées à la cire et passées au brunissoir. Les finitions sont à l’encaustique maison.

Cette bourse est intéressante pour la protection du contenu. Le cuir plus épais et plus rigide va encaisser les chocs car la partie souple est moins grande que dans les bourses habituelles.

 

Matériel / matériaux (à titre indicatif et non exhaustif) :

– Pince emporte pièce (ou emporte pièce à frapper)
– Abat carre (non obligatoire)
– Brunissoir
– Cutter ou tranchet avec une règle de coupe
– Cuir fin et souple et cuir plus épais et rigide.
– Cire d’abeille pour finir les tranches
– Teinture (optionnel)
– Encaustique de finition
– Matériel de couture
– Lacet
– Perle

 

Patron modèle de bourse en forme de fer à cheval, maroquinerie et travail du cuirUn type de bourse sympathique, qui protège bien le contenu tout en pouvant rester assez plat et peu volumineux, selon la largeur de la bande de cuir choisie.

 

 

Vous pouvez modifier, adapter ce patron pour créer des articles en cuir personnalisés.

(plus d’infos sur l’utilisation de ce patron)

 

 

 

Cliquez ici pour télécharger le patron pour réaliser cet article

 

 

Partagez voter réalisation à partir de ce patron sur notre groupe Facebook !

A bientôt

Tithouan

outil cuir pince emporte piece trou geste percer tithouan point sellier stage apprendre maroquinerie

Pince emporte pièce : optimiser le geste pour mieux percer

La pince emporte pièce est souvent « dure » à utiliser pour percer les trous, il faut de la force certes, mais saviez-vous qu’il y a un geste simple pour aider à percer et ainsi utiliser moins de force ?
 
 

C’est un geste qui paraît basique, et pourtant aide grandement et limite les crampes ou la fatigue. Je croise souvent ce problème en stage lorsque mes stagiaires tente de percer un cuir sec de 2mm ou 3mm avec la pince emporte pièce (les cuirs nourris se perce plus aisément).

 

Au bout de quelques trous, c’est fini et vidé, voir certains y mettent tellement de crispation qu’ils ont les bras qui tremblent.

 

C’est sûr, il y a toujours la possibilité d’avoir des avant-bras très musclés mais à mon sens, même si on a les bras de Popeye, ce n’est peut-être pas utile de dépenser plus de force qu’il n’en faut.

 

Ce geste c’est quoi ?

 

C’est simplement tourner la pince en même temps que l’on met la force (presse) en rotation.

Je m’explique, la lame de l’embout est un tube affûté. Le tranchant est donc en forme de cercle.

Quand on serre la pince, ce tube vient appuyer sur le cuir, il ne le coupe pas vraiment, il agit en fait comme une presse.

C’est comme prendre une scie et appuyer dessus pour couper au lieu de faire le mouvement de va et vient qui va couper.

 

Ce mouvement, fait en même temps que la force, va entailler le cuir et agir comme un couteau et non plus comme une presse.

 

outil cuir pince emporte piece trou geste percer tithouan point sellier stage apprendre maroquinerie
Le cuir ne bouge pas, seul l’outil tourne

 

 

 

Une photo pour montrer le geste :

 

 

 

 

 

Voilà le geste, une astuce simple qui va vous aider à moins forcer et éviter les tendinites 🙂 et pour info on trouve ces pinces chez les vendeurs d’outils pour le cuir.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir par mail les articles publiés

 

A bientôt

Tithouan

Liste fournisseurs cuir outils accessoires quincaillerie - Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir

Fournisseurs : quelques adresses réunies pour vous !

VoiciListe fournisseurs cuir outils accessoires quincaillerie - Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir une liste simple et non exhaustive de fournisseurs pour du cuir, des outils et de la quincaillerie.

A savoir que je n’ai pas testé tout le monde ! Ainsi, cette liste de fournisseurs est sans jugement, sans ordre d’importance ou de qualité. Il s’agit juste d’une liste en rapport à la maroquinerie et au travail du cuir.

 

 

Tanneries :

tannerie-garat.com
tannerie-chapat.com
tannerie-gal.fr
tannerie-radermecker.com
– tanneries de châmont : (pas de site internet) Avenue de Beaumont, 24470 Saint-Pardoux-la-Rivière

 

Vente en ligne de cuir :

 

tannerie-chapat.com
decocuir.fr
logisdecordes.com : (apparemment le seul revendeur français du cuir « Hermann oak », réputé pour être un must en repoussage)
stockcuir.fr
– fages-aiglon.fr
cuirselection.com
outilsloisirs.fr
lamaisonducuir.com
cuirenstock.com
tandyleather.eu
cuirtextilecrea.com

 

Catalogue en ligne (pas de vente en ligne donc 🙂 acheter sur place ) :

 

cuirschadefaux.com
decourt-freres.fr
lareservedesarts.org : récupère des rebuts et chutes de matériaux dans les entreprises, les valorise et les revend aux professionnels de la création, stock selon arrivage.

 

Outillage et quincaillerie :

 

eprose.fr
vergez-blanchard.fr
decocuir.fr
crea-cuir.com
cuirtextilecrea.com
tandyleather.eu
logisdecordes.com
fages-aiglon.fr
presseaoeillets.fr

 

Je ferme volontairement les commentaires de cet article,  afin de ne pas le transformer en foire aux avis et/ou créer du conflit.

Comme écrit plus haut, c’est une liste de fournisseurs sans jugement de ma part (j’ai mes propres avis sur certains, positifs ou négatifs) mais je souhaite que chacun se fasse sa propre expérience, sans empiéter sur celle des autres.

Mes besoins, attentes ou opinions n’étant pas les mêmes que d’autres personnes 🙂 j’entends que ces autres agissent réciproquement.

 

Toutefois, si vous pensez qu’un fournisseur intéressant n’est pas dans la liste, envoyez moi un mail avec le nom et l’adresse du site internet. Je verrais, selon le site, pour compléter la liste de cet article et vous remercie d’avance.

 

 

Retrouvez le groupe Facebook de partage autour des patrons et de tout ce qui touche le cuir,
il existe un document à compléter,
regroupant des sites autour du cuir !
(il faut être inscrit)

 

A bientôt

Tithouan

Stage maroquinerie point-sellier - faire un trou au bout d'une fente dans le cuir pour éviter la déchirure

Éviter la déchirure du cuir : faire un trou à l’emporte pièce

Stage maroquinerie point-sellier - faire un trou au bout d'une fente dans le cuir pour éviter la déchirure
exemple déchiré et avec le trou qui limite la déchirure

Une coupe ou une fente dans le cuir, c’est une déchirure possible à l’usage selon l’utilisation et la destination de l’objet.
 

Le système de fermeture par bouton de col utilise la technique d’un trou prolongé d’une fente pour laisser passer la boule.
A l’usage, il arrive qu’une déchirure du cuir apparaisse.

 

 

Il est possible de l’éviter !

(bon, ok, léviter aussi mais c’est un autre sujet 🙂 )

 

 

 

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerie et éviter la déchirure
Un exemple de fente pour un bouton de col, la finition est propre et le montage durable.

Il suffit de faire un autre trou à l’emporte pièce (ou à la pince emporte pièce) à l’autre bout de la fente. Sans ce trou, la coupe se termine dans les fibres du cuir.

Alors que la présence de ce trou va faire « revenir » la coupe sur elle même et ainsi « encaisser » les manipulations. (la coupe n’a plus vraiment de fin).

 

 

 

C’est une astuce bien connue dans le métier de maréchal ferrant. En effet le tablier est fendu pour pouvoir attraper la patte entre ses jambes et ainsi ferrer le cheval. Mais cette fente dans le cuir est tellement sollicitée, qu’elle se déchire et s’agrandit jusqu’à remonter jusqu’à la ceinture. Le tablier ne protège donc plus efficacement le travailleur.

Un simple trou avec un emporte pièce (un gros pour le coup) et hop, le tablier durera plus longtemps, sans nuire à la solidité du tablier.

 

Voici donc un schéma pour bien comprendre ce qu’il se passe au niveau des forces lors des manipulations :

Stage maroquinerie point-sellier - faire un trou au bout d'une fente dans le cuir pour éviter la déchirure
On peut voir que la répartition des forces n’est pas la même

 

Un geste simple et rapide qui peut grandement améliorer la durabilité de vos objets en maroquinerie ou le travail du cuir.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu informé par mail de nouveaux articles sur le travail du cuir.

 

A bientôt

Tithouan

Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir - Patron porte-clés en cuir

Porte-clés : patron d’un étui à clés en cuir

Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir - Patron porte-clés en cuir
La pièce de cuir se plie en deux et tient grâce à la vis chicago.

Une clé dans une poche, ce sont des rayures sur le téléphone portable, le porte monnaie marqué, le pantalon troué etc.
De plus la plupart des clés ont la même forme, pas toujours facile de bien les différencier.
Donc la meilleure façon d’éviter ces désagréments, c’est de faire un porte-clés.

Ce modèle de porte-clés est simple et sobre.
Dans l’esprit d’un couteau pliant.
Il demande peu de matériel et il est surtout rapide à mettre en œuvre.
La clé est entièrement englobée, ce qui améliore le confort et la protection de ce qui se trouve autour des clés, que ce soit dans un sac ou dans la poche.

 

 

 

Pour le fabriquer, il vous faut (liste non-exhaustive) :

  • Du cuir (avec une bonne tenue)
  • Une vis Chicago (aux bonnes dimensions)
  • Outils de coupe
  • De quoi le percer
  • En option un anneau pour attacher plusieurs porte-clés ensembles

 

Souvent, on garde les clés de plusieurs lieux ou usages au même endroit (maison, garage, local, travail etc.). Tout rassembler sur un même porte-clés vous fait perdre du temps au moment de les utiliser, car la plupart des clés se ressemblent, sans parler du bruit des clés les unes sur les autres.

 

Comment je fais alors ? Je dois transporter 10 clés différentes sur la journée !

Patron porte-clés en cuir
Les clés sont rangées entre les deux couches de cuir.

A titre personnel, je rassemble mes clés selon mes besoins ponctuels.

Pour commencer, posez-vous ces questions :

Dans quel ordre utilisez-vous vos clés dans la journée ?

puis :

Comment ranger selon une logique simple ces clés selon cet ordre ?

 

 

 

Des exemples :

Patron porte-clés en cuir
La vis chicago tient le porte-clés en place mais aussi les clés. L’anneau ne sert que lorsque l’on veut en rassembler plusieurs ensembles.

Le matin ou le soir pour fermer/ouvrir la maison, ensuite pour ouvrir/fermer un garage. Puis ouvrir/fermer son lieu de travail, etc.

Rien que là j’ai 3 porte-clés. Un pour la maison, un pour le garage, un pour le travail.

 

Une fois que l’on a réfléchi à scinder l’utilisation de ses clés, on peut créer des porte-clés personnalisés pour chaque et seulement là les rassembler en un seul trousseau de plusieurs porte-clés. Ainsi selon le besoin dans la journée, vous trouvez facilement la bonne clé.

 

Donc faites-vous plaisir en personnalisant la forme, le style, le rendu de ce patron et surtout partagez-le autour de vous 🙂

 

Cliquez ici pour télécharger le patron

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir un mail lors de la publication d’un nouvel article.

A bientôt

Tithouan

Astuce maroquinerie Gouttière sur le rebord d'une table pour éviter que les outils tombent

Gouttière sur le bord de la table pour recueillir les outils

Couper ou tracer sur une table encombrée d’outils, ce n’est pas pratique. De plus il arrive que les outils roulent ou tombent de la table. La gouttière est là pour les rattraper.

Astuce maroquinerie Gouttière sur le rebord d'une table pour éviter que les outils tombentDe plus, une gouttière entourant la table permet de stocker vos outils sans prendre de place sur le plan de travail. Ils restent donc à disposition sans gêner et surtout sans tomber.

C’est donc une astuce simple et peu chère qui peut vous économiser quelques heures d’affûtage. Ainsi que des aller-retours à chercher les outils.

Pour réaliser cette installation il vous faut :

– une gouttière (plastique ou métal)
– une scie pour couper le plastique ou le métal
– quelques vis adaptées pour fixer au plan de travail
– de quoi percer des trous (mèche adaptée métal ou plastique)
– 8 fonds pour éviter que les outils ne sortent sur les côtés (sinon couper les angles à 45° comme un cadre de tableau)

 

Pas besoin de prendre les supports crochets car ils éloignent la gouttière du bord de la table, ce qui n’est pas souhaité.

– Mesurer et couper les gouttières aux dimensions des côtés de la table (prévoir de tester un côté pour commencer avec les fonds installés pour vérifier le placement).
– Percer à intervalles régulier des trous dans la gouttière pour passer les vis de fixation.
– Placer les fonds sur les gouttières.
– Visser les gouttières au plan de travail.

 

 

 

 

Astuce maroquinerie Gouttière sur le rebord d'une table pour éviter que les outils tombentC’est une astuces utilisée en vannerie pour pouvoir poser ses outils mais aussi ses brins d’osier, en libérant le plan de travail pour accueillir le panier.

La photo est tirée d’une table de « la ferme des tressages-vivant » à Eourres, lieu de stage autour de la vannerie.

Contrairement à la photo, je propose d’entourer totalement la table, les besoins n’étant pas les mêmes. De plus, le nombre d’outils en vannerie est limité en comparaison à la maroquinerie.

 

 

Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir un mail lors de la parution d’un nouvel article.

A bientôt

Tithouan

Placer sa zone de frappe sur un pied de table plutôt qu'au milieu pour utiliser moins de force

Améliorer la frappe : l’élasticité d’une table

J’ai régulièrement des personnes qui trouvent que la frappe des outils est trop dure, demande trop de force. Ils n’arrivent pas à percer le cuir, ou à fixer correctement un bouton pression.

La façon d’utiliser et d’installer ses outils est très importante pour régler ce souci de frappe.

Placer sa zone de frappe sur un pied de table plutôt qu'au milieu pour utiliser moins de force
Un dessin pour expliquer le phénomène de frappe sur une table

 

Utiliser une masse en dessous des pièces à assembler par exemple, permet que l’onde de choc produite par le marteau soit renvoyée. La pièce située entre les deux (entre l’enclume et le marteau donc) se trouve écrasée. Pareil pour un emporte pièce à frapper ou une griffe à frapper.

Cette simple astuce permet donc d’utiliser moins de force pour obtenir un résultat.

 

Il existe une autre astuce qui va permettre de demander encore moins de force :

Se placer au dessus du pied de table !

 

Bon d’accord, je travaille directement au sol, sans table, donc ça ne me concerne pas vraiment :).

Mais la plupart des gens en utilisent une de table, c’est bon à connaître donc.

En se positionnant sur le plateau, sur la zone entre les deux pieds, il y a un phénomène « d’élasticité ». Cette zone n’est pas directement reliée au sol et se trouve dans le vide. Du coup le choc produit par le marteau va certes être renvoyé par la masse en dessous (vous avez bien mis une masse hein ?), mais le plateau de la table va en amortir une partie. Elle va se plier (ça ne se voit pas forcement à l’œil nu).

Il suffit donc de se placer au dessus du pied de la table, celui-ci est directement en contact avec le sol, donc représente plus de masse et n’a pas d’élasticité. L’onde de choc est encore plus renvoyée, on a encore moins besoin de forcer.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir un mail lors de la parution d’un nouvel article !

 

A bientôt

Tithouan

forgeron, frappe avec enclume

Masse : comment utiliser moins de force lors de la frappe !

Masse, ameliorer la frappe pour les emporte pièces, utilisation d'un martyr pour protéger les outils
Une mini enclume me servant de masse pour assembler des pressions

Un souci majeur lors de la frappe d’outils, que ce soit pour assembler, marteler, percer, couper etc. C’est la force nécessaire pour y parvenir. Si cela demande trop de force, on fatigue vite, et c’est la porte ouverte vers la tendinite. Voire on n’y arrive pas tout court, il nous faut donc une masse.

Utiliser une masse sous la pièce à travailler permet de diminuer le besoin de force physique.

 

forgeron, frappe avec enclume
Un forgeron en action (Je vous présente Aldric 🙂 )

Observons un forgeron car les autres métiers artisanaux ont plein de choses à nous apprendre !

Les outils pour façonner le métal : un marteau, une pince et surtout une enclume. Un forgeron sans enclume, c’est comme une maison sans toit : on est content de l’avoir. Mais ça ne sert pas à grand chose quand il pleut ! 🙂 (c’est une version simpliste, les forgerons utilisent d’autres outils. Disons que je n’ai pas besoin de faire un topo complet sur ce sujet ici)

Alors pourquoi cette enclume ?

Lors de la frappe, le marteau créée une onde de choc qui va écraser la matière. L’enclume permet de créer un « retour » de cette onde de choc vers la matière qui se trouve écrasée des deux côtés (en haut et en bas). C’est pour ça que le métal s’écrase ou s’étire lorsque le forgeron frappe.

 

Masse, ameliorer la frappe pour les emporte pièces, utilisation d'un martyr pour protéger les outils
Ici une brique enveloppée dans du cuir pour ne pas rayer la pièce à travailler

 

En maroquinerie, c’est dans une moindre mesure (pas besoin de s’appeler Popeye non plus 🙂 ) mais le principe reste le même.

 

Pour assembler un bouton pression avec les matrices à frapper, une masse placée sous les pièces à assembler et hop, c’est réglé. Pareil pour les emportes pièces ou les griffes à frapper (pensez au martyr pour la sauvegarde de vos outils).

 

 

 

Le cas du martelage ou repoussage du cuir :

On utilise une table avec dans l’idéal un pied central, et surtout une pierre épaisse et dure comme surface de travail (la masse donc). Pour les mêmes raisons que plus haut, on aura besoin de moins de force pour faire entrer l’outil dans le cuir et écraser en profondeur les fibres. Quand on voit le nombre de coups à faire, autant s’économiser et être plus régulier.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir un mail lors de la parution d’un nouvel article.

 

A bientôt

Tithouan

Ameliorer la frappe pour les emporte pièces, utilisation d'un martyr pour protéger les outils

Martyr : protéger le tranchant ou la pointe d’un outil à frapper

Ameliorer la frappe pour les emporte pièces, utilisation d'un martyr pour protéger les outils
Plaque de plastique type billot de boucher, utilisé comme martyr, essentiellement pour mes griffes à frapper

Un outil à frapper qui tape sur une surface dure (mini enclume par exemple), c’est un tranchant qui s’émousse voir se détruit. Il faut utiliser un martyr.

Un martyr, c’est un morceau de bois, de plastique dur, de cuir épais ou même de plomb. (utilisé autrefois mais déconseillé pour des raisons de toxicité).

Ce martyr, comme son nom l’indique, prend tout sur lui, pour le bien des autres ! 🙂

Il accueille en maroquinerie le tranchant ou les pointes des outils, sans être transpercé de part en part. L’outil gardera plus longtemps sont tranchant ou son « piquant », ce qui est un gain de temps, d’énergie et d’investissement au final.

 

Pour ma part j’utilise une plaque plastique de billot de boucher pour mes griffes à frapper. Assez dure pour que les griffes percent bien, et assez souple pour que le pointes entrent dans la plaque et percent correctement le cuir, sans émousser la/les pointe(s).

 

Ameliorer la frappe pour les emporte pièces, utilisation d'un martyr pour protéger les outils
Un simple morceau de bois pourra accueillir les tranchant des outils à frapper.

Pour les emportes pièce à frapper, simple lame droite ou courbe, ou pour faire des trous, j’utilise un martyr en cuir. Je colle (colle de farine) ensemble plusieurs couches de cuir et je mets sous presse. Cela permet d’avoir un cuir plus « dur ».

 

Pour le plomb, tas traditionnellement utilisé autrefois. Pour des raisons de toxicité, je préfère éviter. C’était pratique, car à la fois assez dur pour faire masse et mou pour ne pas abîmer les pointes ou les lames. Quand il était trop marqué, il suffisait de le refaire fondre.

 

Attention à ne pas avoir un martyr trop abîmé ! La fleur du cuir (surtout au tannage végétal) est très sensible. La peau risque de marquer, ou d’avoir des traces de griffure. Ces traces ne se voient pas forcement de suite mais peuvent apparaître lors de la teinture.

Dans ce cas, j’utilise un morceau de cuir « neuf » pour être sûr.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir un mail lors d’un nouvel article.

A bientôt

Tithouan

Emporte-pièce à frapper - Apprendre la maroquinerie et le travail du cuirEmporte-pièce à frapper - Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir

Pourquoi avoir des emportes pièces à frapper

Emporte-pièce à frapper - Apprendre la maroquinerie et le travail du cuirEmporte-pièce à frapper - Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir
Emporte-pièce à frapper de différentes tailles et types

Une pince emporte-pièce, c’est super, mais lorsque l’on doit faire un trou à 10cm du bord, si l’on ne veut pas abîmer l’outil ou le cuir, il faut trouver une autre solution.

En effet, la profondeur de la pince emporte-pièce ne permet pas d’aller plus loin que quelques centimètres du bord. On peut plier le cuir mais cela risque de déformer la pièce et de poser un problème de rendu sur l’objet final.

 

La solution : les emportes pièces à frapper.

 

Il en existe plusieurs dimensions du 1mm à plus de 50mm pour les plus gros.

 

L’utilisation est simple, c’est une tige métallique creuse et affûtée, que l’on frappe avec un maillet (et pas un marteau), le cuir à percer doit être placé sur un « martyr » (cuir, bois, billot de boucher, etc.) ce qui protégera le tranchant de l’outil.

 

Autre point important, sous le martyr, la masse. Il faut une masse dure (mini enclume, brique etc.) pour que l’outil perce plus facilement le cuir et demande moins d’efforts (même principe que la forge)

 

N’oubliez pas le martyr entre la masse et la pièce à percer !!!! Sinon le tranchant de l’outil va s’abîmer et ce n’est pas l’outil le plus simple à affûter.

 

Astuce : si vous êtes sur une table, placez la masse et le martyr au dessus du pied et pas au dessus du vide : cette zone est plus « souple » et va amortir le choc, ce que l’on ne souhaite pas.

 

Je conseille donc d’avoir un jeu d’emporte-pièces à frapper à disposition (au moins des dimensions de la pince). Même si la pince est très pratique et que je la conseille aussi, elle à ses limites. Les emportes pièces à frapper sont donc complémentaires et très pratiques, particulièrement sur un cuir dur.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir un email lors de la publication d’un nouvel article.

 

A bientôt

Tithouan

Appliquer une cire ou un ecaustique sur du cuir

Protéger un objet en cuir : comment appliquer une cire

Appliquer une cire ou un caustique sur du cuir pour le protéger
Encaustique sec et brillant sur la droite, non frotté à gauche (mat)

Appliquer correctement un encaustique sur le cuir pour le protéger : pas toujours facile d’avoir les gestes efficaces.

Pourtant, ces gestes sont parfois d’une facilité et d’une simplicité déconcertante. Comme souvent, il suffit de peu mais bien pour obtenir un beau résultat.

Je vais partager avec vous certains gestes que j’utilise (les plus courants) lorsque j’applique un encaustique sur le cuir pour le protéger. Il existe autant de façon que de produits existants, ces gestes ne sont pas exhaustifs. Je vous explique donc ici mes propres techniques en rapport à l’encaustique que je fabrique moi même.

 

Pour commencer, je n’utilise que du cuir au tannage végétal, mes explications vont donc être dans ce sens. Mais cet encaustique fonctionne plutôt bien sur d’autres types de cuir, skaï mais aussi pour le bois ou même pour éviter la rouille sur le métal

 

La couche de nourriture et protection : la plus gourmande en matière !

 

Le cuir au tannage végétal, quand on a fini de le teindre ou juste de le travailler, possède un fort taux d’absorption. Il est important de profiter de cette tendance du cuir à avoir soif, pour le protéger.

L’encaustique va être absorbé en profondeur, et pas qu’en surface. Chaque cuir selon son procédé de tannage (même en végétal, il existe plusieurs façon de tanner) va plus ou moins absorber l’encaustique et le rendu sera différent selon chaque cuir.

 

Appliquer une cire ou un caustique sur du cuir pour le protéger
La brosse à dent, votre partenaire pour une bonne application de l’encaustique

J’utilise pour cette application une brosse à dent (à poils souples sinon ça peut rayer le cuir). Pourquoi une brosse à dent ?

Parce que c’est conçu pour aller dans tous les petits recoins … donc l’encaustique ira facilement partout. Dans les trous de couture, dans les plis etc. Je dirais même plus, insister sur ces zones peu accessibles à un chiffon.

 

Je prends avec la brosse à dent de l’encaustique, que j’étale dans le couvercle de mon pot pour que l’application soit homogène (on assoupli au passage l’encaustique).

Pour l’application en elle même, faire des petits cercles, en insistant bien dans les creux, et les coutures.

Si on sent qu’il y a beaucoup de matière (trop d’encaustique, le cuir n’absorbe pas tout), je passe un chiffon doux non pelucheux pour enlever le surplus.

 

Il est important de bien laisser sécher la pièce avant de faire quoi que ce soit de plus, la couleur va foncer puis s’éclaircir, le rendu sera d’un premier abord mat.

 

Quand la pièce est sèche au toucher (de 12h à 36h parfois selon le type de cuir et la quantité de matière appliquée), je fais briller en passant un chiffon coton non pelucheux (Très important) … si je veux un brillant fort, j’utilise un bas (un collant)

 

La couche de finition ou d’entretien

 

Quand l’article est fini, ou que l’on veut juste l’entretenir, j’utilise un chiffon doux non pelucheux pour appliquer une fine couche d’encaustique.

Le cuir normalement n’a pas forcement soif (entretenir AVANT d’atteindre ce stade, c’est la meilleure façon de faire durer ses objets en cuir).

Si le cuir à soif, j’utilise la technique du dessus, car ce n’est plus de l’entretien ou de la finition à mon sens, mais de la nourriture.

J’enroule mon doigt dans un chiffon, je prends un peu de matière dans le pot, que j’étale dans le couvercle et j’applique sur l’objet, en petits cercles.

 

Même chose concernant le temps de séchage. Même s’il est souvent plus court (couche plus fine et absorption plus faible). Quand c’est sec au toucher, je fais briller en passant un bas (collant) ou une brosse à poil souple.

 

Je ne parle pas ici d’application de cirage, produit différent de l’encaustique de par son contenu et de son application. Mais bel et bien de l’encaustique maison pour entretenir ou protéger ses objets de maroquinerie.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu informé de la parution régulière de nouveaux articles.

 

A bientôt

Tithouan

Forum d'entraide et de partage autour du cuir et de la maroquinerie

Un forum de partage et d’entraide autour du cuir

Forum d'entraide et de partage autour du cuir et de la maroquinerieComment trouver un support de partage dans tout ce qui touche la passion du cuir ? Un forum tout simplement !

Outre les outils que je développe personnellement pour créer une « communautés » d’entraide et de partage entre débutant et avancés ou professionnels, il existe d’autres support externes que je souhaite partager, comme le forum de discussion par exemple.

Un bel exemple : le forum cuir-creation.

 

Créé en 2009 (si mes renseignements sont bons, en tout cas les premiers inscrits datent de 2009), ce support numérique d’échange à accumulé un sacré paquet de savoir, d’astuces et de techniques en rapport direct ou indirect avec le cuir.

 

On y a retrouve beaucoup de choses en lien avec la maroquinerie, mais aussi la sellerie harnachement, la cordonnerie etc.

On y trouve aussi des styles variés, du médiéval au moderne, du traditionnel au fantastique, c’est devenu le lieu de passage et de partage de beaucoup de monde.

 

Si vous avez envie de présenter votre travail, de voir celui des autres, de demander conseil, d’explorer les archives (conseillé via l’option rechercher, avant de poser ses questions, depuis le temps, il est possible de trouver réponse à beaucoup d’interrogations de débutants sans avoir à la poser via un nouveau post), bref d’être dans le partage, la simplicité et la bonne humeur : bienvenue.

 

Une section pour découvrir le forum est en place, avec des posts expliquant les principes de fonctionnement du forum, sa charte etc.

 

Une autre section concernant les débutants avec des posts sur les questions les plus fréquentes, avant de vous lancer dans la création d’un post sur un sujet, cherchez sur le forum … prenez ce temps, c’est le meilleur moyen de trouver votre réponse, et de découvrir d’autres approches voir même plusieurs réponses à votre question.

 

J’en suis membre depuis 2011 … et j’y suis régulièrement, il y a quelques professionnels, des hobbyistes de haut niveau, des débutants complets …

 

Il existe d’autres sites et d’autres supports, j’en parlerais dans d’autres articles à l’occasion.

 

Le forum est disponible à cette adresse : cuir-creation

 

PS : n’oubliez pas de vous présenter quand vous vous inscrivez 🙂

 

A bientôt

Tithouan

Acheter outils de base pour débuter la maroquinerie et le travail du cuir

Quels outils pour débuter le cuir ?

Acheter outils de base pour débuter la maroquinerie et le travail du cuir
Une trousse à outils de base pour débuter la maroquinerie

Difficile de débuter en maroquinerie sans un minimum d’outils, mais lesquels choisir ?

Devant la multitude d’outils existants, dur de dépenser de l’argent pour rien ou de se tromper !

Débuter dans la maroquinerie ou le travail du cuir n’est pourtant pas un handicap pour faire la démarche de se créer un kit de base. Je reçois très fréquemment des mails me demandant quels outils acheter pour débuter … je réponds souvent que je ne peux pas dire précisément quels outils, ne connaissant pas le projet (comme pour les mails de demande de stage 🙂 ).

 

La peur de se tromper est très forte à ce stade, je le comprends et c’est bien normal, raison de plus pour bien penser votre projet AVANT !

 

En effet, ce n’est pas parce-que vous n’avez jamais travaillé le cuir que vous n’êtes pas à même de déterminer les outils dont vous aurez besoin, et là je viens d’utiliser le mot de base de tout ce que j’enseigne : le besoin.

 

Quel est votre besoin ?

 

Encore une fois (c’est quelque chose qui revient souvent dans mes articles et stages), que voulez vous faire en maroquinerie ?

En répondant à cette question, vous pourrez déduire des besoins et vous renseigner sur comment y répondre et avoir votre liste d’outils pour débuter le travail du cuir.

 

Pour rappel, il n’y a pas une seule façon de travailler le cuir mais une multitude, chaque personne développant son propre style et technique au service de la créativité et de ses besoins.

 

Acheter outils de base pour débuter la maroquinerie et le travail du cuir
Quelques outils peuvent suffire pour débuter, quitte à s’équiper au fur et à mesure que les besoins apparaissent

Il ne faut surtout pas débuter en pensant qu’il n’existe qu’une méthode ou qu’une approche dans le milieu de la maroquinerie (ce que certain veulent faire croire avec des « règles de l’art » à tout va, chaque artisan ayant ses propres règles de l’art 🙂 ).

Là c’est perdu d’avance pour l’efficacité et la rapidité d’apprentissage, vous allez tomber dans tous les pièges du débutant et surtout vous fermer à la créativité présente en vous.

 

Il faut avant tout déterminer vers quoi vous voulez aller (votre envie, c’est ça la clé de la réussite), ce qui peut évoluer au fur et à mesure du temps, et la trousse à outil aussi, par la même occasion.

 

 

 

Quelques indications générales à tous projet du cuir, à affiner et étoffer selon les besoins (non exhaustif donc) :

  • Outils de coupe (un outil pour couper, un support de coupe, une règle)
  • Outils pour tracer (pointe à tracer, compas pointe sèche)
  • Abat carre pour créer un biseau pour les bordures (certains s’en passent, c’est un choix)
  • Brunissoir (à main ou monté sur un touret ou perceuse) pour finir les tranches (selon le type de cuir utilisé, pas obligatoire, mais sur cuir tannage végétal, un régal)
  • De quoi assembler le cuir (fil, aiguilles etc. pour la couture. Du lacet, une griffe etc. pour le laçage)

Déjà avec ces bases … on peut commencer à travailler … vous pouvez lire un article sur une trousse à outil minimaliste que j’ai utilisé durant un temps pendant un voyage de plusieurs mois, on peut voir qu’il ne faut pas grand chose pour travailler le cuir …

 

Acheter outils de base pour débuter la maroquinerie et le travail du cuir
Il existe plusieurs types de cuirs selon les besoins, les outils sont aussi adaptés aux cuirs utilisés.

Selon le type de cuir choisi, certains outils seront plus adaptés que d’autres …

je pense par exemple au couteau à pied (demi lune), souvent acheté pour faire de la maroquinerie, alors qu’il est plus « adapté » à la sellerie. Encore une fois, ceci peut-être un choix (certains le font, je lui préfère un tranchet), mais ne foncez pas directement vers un outil parce-que tout le monde le prend. Le milieu du cuir est vaste et la présence des outils pour selliers très forte, même si on commence à voir de plus en plus d’outils adaptés à la maroquinerie.

Il existe aussi des forums de passionnés, des groupes Facebook, où vous trouverez une belle quantité d’informations.

 

 

Réfléchissez donc à votre projet, votre envie de base (ce qui vous motive pour débuter la maroquinerie) et de là, déterminez ce dont vous avez besoin. Ce sera plus économique et efficace sur le long terme.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir un mail quand un nouvel article paraît.

 

A bientôt

Tithouan

A quoi sert un marteau en maroquinerie

A quoi sert un marteau en maroquinerie ?

A quoi sert un marteau en maroquinerie
Un marteau rivoir Vergez Blanchard

Difficile d’imaginer qu’un outil aussi banal qu’un marteau, ne serve pas à frapper d’autres outils …

Le marteau est utile à une tâche simple et pourtant importante : marteler les coutures ou le cuir (les rivets dans certains cas aussi).

 

En effet, les outils à frapper en maroquinerie, qu’ils soient pour trancher, percer ou repousser ne sont pas frappés avec un outil en métal, mais par un maillet en bois, en cuir cru, en plastique etc.

 

Pourquoi ne pas utiliser un marteau pour les outils à frapper ?

 

A quoi sert un marteau en maroquinerie
Des outils utilisés avec un marteau et non un maillet

 

Le marteau à force de frapper, va user prématurément les outils, car il est la plupart du temps plus dur (alliage et trempe) que les outils frappés. Du coup, ça fonctionne … certes, mais ce n’est pas un outil adapté à la frappe d’autres outils, sinon bonjour l’usure.

Même si le maillet à terme usera lui aussi l’outil, ce ne sera que beaucoup beaucoup plus tard.

 

 

 

 

Il sert donc essentiellement à marteler la couture ou le cuir, et aussi pour fixer des rivets, et pour ça, il faut qu’il soit lisse et propre, donc sans marques de coups, pour ne pas marquer le cuir lors de la frappe (c’est pour ça qu’il ne faut pas l’utiliser à autre chose 🙂 ).

 

La panne (la zone de frappe) est bombée (convexe) pour éviter que les coins de l’outil ne marquent le cuir.

A quoi sert un marteau en maroquinerie
Un exemple de maillet, idéal pour frapper les outils de repoussage ou de coupe.

 

On ne plante donc pas des clous avec un marteau de maroquinier, on ne frappe pas ses outils de repoussage non plus …

 

Dans d’autres corps de métier autour du cuir comme la cordonnerie, oui, il est utilisé, mais le cordonnier à un marteau spécial pour battre le cuir ou les coutures et un autre pour les clous … 🙂 Ce qui revient donc au même.

 

 

 

 

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir par email les derniers articles parus.

 

A bientôt

Tithouan

Astuce pour protéger ses outils en métal de la rouille avec un encaustique

Rouille : comment éviter, protéger ses outils « à sec » sans huile

Astuce pour protéger ses outils en métal de la rouille avec un encaustique
La rouille, ce qui peut user des outils prématurément …

La rouille est le principal ennemi des outils en acier et un outil rouillé, ça s’abîme, ça tâche et ça vieillit prématurément.

L’huile utilisée la plupart du temps pour entretenir les outils (souvent à base de pétrole) risque de s’appliquer sur la peau (bof) et de faire des marques sur le cuir (ouch ! c’est du vécu …)

Il est possible de faire autrement que d’utiliser ces huiles pour éviter la rouille ou les tâches : l’encaustique maison.

 

« QUOI ? »

Oui oui, cet encaustique maison utilisé pour finir un objet en cuir sert aussi à protéger tous mes outils.

 

Astuce pour protéger ses outils en métal de la rouille avec un encaustique
Un outil avant de passer à l’encaustique : le bois est terne, de petites traces de rouilles apparaissent sur le talon de la lame … il est temps de le faire !

 

Les avantages :

  • Utilisation d’un produit simple, facile à mettre en œuvre et qui sert plusieurs besoins (éviter d’utiliser la même brosse à dent que pour le cuir).
  • Protège le métal mais aussi les manches en bois.
  • Ne dégorge pas sur le cuir ou les doigts (à l’inverse d’une huile) une fois bien sec et lustré.

 

Les moins :

  • Temps de séchage long (si on veut une vraie protection qui dure), je laisse une bonne nuit la plupart du temps.

 

Astuce pour protéger ses outils en métal de la rouille avec un encaustique
Entretien de l’outil avec une brosse à dent et de l’encaustique maison

 

 

 

La mise en œuvre est simple, j’utilise une brosse à dent (les poils se glissent partout) et je passe l’encaustique sur tout l’outil, en son entier, sans en mettre des tonnes mais bien partout.

 

 

 

 

Il faut laisser sécher LONGTEMPS !!!

La plupart du temps je laisse une bonne nuit de séchage (comme pour mes objets en cuir). Les liquides ont le temps d’être absorbés par le bois ou de s’évaporer sur le métal, ne reste que la cire en une très fine couche.

C’est elle qui va protéger le tout.

Astuce pour protéger ses outils en métal de la rouille avec un encaustique
J’en profite pour mettre un coup sur mon abat-carre
Astuce pour protéger ses outils en métal de la rouille avec un encaustique
et sur mes griffes à frapper

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois sec, passer une brosse puis un chiffon, ça brille ! Et ça se patine à l’usage !

 

Astuce pour protéger ses outils en métal de la rouille avec un encaustique
L’outil une fois que tout est sec et lustré.

 

J’entretien mes outils une à deux fois l’an (plus pour certains outils très utilisés) … Rien qui ne prenne trop de temps au final (quelques minutes en fin de journée et quelques minutes le lendemain), et cela permet de faire durer ses outils plus longtemps, une économie sur le long terme, et franchement, ils sont beaux et patinés !

 

A vous de jouer et pensez à vous inscrire à la newsletter !

A bientôt

Tithouan

Ancienne serpette transformée en outil pour couper le cuir

Serpette ancienne : fabriquer un tranchet, DIY et astuces

Pas toujours facile d’avoir un outil de coupe de bonne qualité à moindre coût, parfois il suffit d’une petite trouvaille dans un vide grenier et d’un peu de temps pour s’équiper.

 

Ancienne serpette transformée en outil pour couper le cuir
Ancienne serpette transformée en outil pour couper le cuir

Une serpette ancienne, usée et rouillée dans une brocante ou un vide grenier pour quelques euros peut devenir votre outil « phare » pour la coupe du cuir, certains ayant des manches en beau bois déjà bien patinés.

La lame d’une ancienne serpette est souvent en acier au carbone (d’où la rouille possible s’il a été stocké dans un grenier pendant 30 ans) et si vous tombez bien, le métal sera de qualité, bien meilleur que ce que l’on trouve sur le marché en neuf à l’heure actuelle, à moins de passer chez un forgeron professionnel ou de casser sa tirelire.

 

De plus, étant un couteau pliant à la base (selon le modèle bien-sûr, il en existe des non-pliants), on peut protéger le tranchant efficacement et prendre moins de place dans la trousse à outil.

 

Le faire soi-même, outre le faible coût, à l’avantage d’être adapté (angle de coupe), à votre physionomie.

 

C’est l’outil qui doit être confortable et être adapté à votre morphologie, pas l’inverse !

 

Sans parler de la seconde vie de ces vieilles serpettes et du plaisir d’utiliser un outil qui a déjà une histoire et qui va continuer 🙂

 

Voyons comment modifier cette serpette pour devenir un nouvel outil : un tranchet

Je n’ai pas de photo de la réalisation, elle a été faite il y a quelques années, mais je peux expliquer les étapes (je referais à l’occasion un nouvel outil avec prises de photos quand j’en ai l’occasion)

 

Pour commencer :

  • Un bon nettoyage, la rouille peut se retirer soit avec produit (je n’aime pas) soit avec une brosse métallique (je préfère), on peut ainsi aller à l’intérieur du couteau pour bien tout nettoyer à sec.

 

  • Utiliser un papier de verre fin pour nettoyer le manche.

 

  • Huiler les zones de frictions pour que le couteau puise se replier aisément (une goutte peut suffire, ne pas utiliser une huile qui fige).

 

Modification du couteau :

Ancienne serpette transformée en outil pour couper le cuir
Angle de coupe d’environ 45°

 

Selon le cuir que vous coupez, et la tenue de l’outil, l’angle de la lame sera à adapter. Personnellement, j’utilise un angle de 45° pour la base, et selon l’épaisseur de mon cuir, je vais diminuer ou augmenter cet angle en baissant ou levant le manche.

 

 

 

 

Ancienne serpette transformée en outil pour couper le cuir
La lame de la serpette modifiée

 

  • Je commence par refaire la pointe, avec une meule à affûter gros grain, j’ai toujours un récipient d’eau pas loin pour refroidir le métal régulièrement, j’y vais par petite touche pour ne pas faire trop chauffer le métal et perdre sa dureté (la trempe).

 

 

 

 

 

  • Je travaille la future zone tranchante pour que le fil soit au bon angle quand je tiens mon outil prêt à l’usage (j’ai fait un tranchant légèrement courbe pour pouvoir mieux couper les peausserie en diminuant l’angle de coupe).

 

Ancienne serpette transformée en outil pour couper le cuir
le tranchant est meulé sur une bonne partie de la lame. Il reste environ 3cm de tranchant affûté.

 

 

  • je casse le reste du tranchant qui ne me sera pas utile (arrondi pour le pas être blessant) et par sécurité.

 

 

 

 

 

 

 

Reste à affûter la lame, pas besoin de faire un rasoir … le fil risque de s’user plus vite. Passer un encaustique pour protéger le tout.

 

A vous de jouer si vous vous sentez l’âme d’un bricoleur, moi j’adore faire ce genre de choses, ce tranchet sert essentiellement lors de stages ou quand je voyage.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour rester informé des derniers articles de ce site.

A bientôt

Tithouan

bouton pression, c'est quoi et comment le poser ? Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir

Poser un bouton pression

bouton pression c'est quoi et comment le poser ? Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir
Un modèle de bouton pression à boule.

Le bouton pression est un accessoire répandu, simple et efficace, encore faut-il bien le choisir et bien le poser !

Inventé par Bertel Sanders en 1807, le bouton pression est composé de 4 parties (la plupart du temps), pour  être constitué d’une partie mâle et une partie femelle une fois mis en place.

 

 

 

Qu’est-ce qu’un bouton pression et comment le choisir ?

Je vous invite à lire cet autre article (si ce n’est pas déjà fait) présentant le bouton pression.

 

Bouton pression, c'est quoi et comment le poser ? Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir
Lot d’outils ou matrices pour poser un bouton pression

 

Avec quoi poser un bouton pression ?

On utilise des matrices (parfois fournies avec), mais attention, chaque matrice permet d’assembler un modèle et pas un autre. Souvent les dimensions sont standards, mais il m’est arrivé de devoir me fabriquer une matrice car le modèle sortait des normes habituelles. Vérifiez bien les dimensions donc !

 

 

 

 

  • Les matrices à frapper avec différentes dimensions, très bien pour la plupart des modèles du commerce et pratique, un bon rapport qualité prix.

 

  • La pince n’est pas à mon avis le meilleur choix pour poser le pression, difficile en effet d’utiliser la pince quand on pose la boule à 15cm des bords d’un sac … L’outil peut-être très pratique mais réduit au niveau de l’utilisation par la faible profondeur des mâchoires.

 

  • La presse quant à elle, c’est pour ceux qui posent des centaines et des centaines de pressions … l’outil étant fort cher, les matrices aussi, il faut pouvoir rentabiliser. Très bon investissement qui fait gagner du temps … mais pas pour quelques pressions par mois. Petit détail, comme pour la pince, il est difficile de poser un bouton pression loin des bords, le professionnel aura toujours un jeu de pose à frapper en plus pour ce genre de cas.

 

Exemple de pose : (ici un bouton pression à boule)

Percer le cuir qui va accueillir la capsule et la partie femelle (la capsule est la partie visible du bouton pression).

Utiliser les matrices correspondantes pour fixer les deux pièces, le cuir entre le deux bien-sûr.

Percer le cuir pour accueillir le tube et la partie mâle (attention au sens, bien vérifier que tout s’emboîte avant de fixer définitivement).

De même utiliser les matrices pour fixer les deux pièce ensembles.

 

 

 

 

Vérifier que le bouton ne bouge pas !
S’il bouge, vous n’avez pas suffisamment fixé les pièces, vous pouvez le refaire, il n’est pas trop tard.

 

 

Vous l’aurez compris, il y a une logique pour poser un bouton pression, chaque modèle possède ses particularité et sa façon de le poser, à vous d’expérimenter !

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être prévenu par mail lors de la parution d’un nouvel article.

 

A bientôt

Tithouan

Patron maroquinerie porte chéquier cuir, libre et gratuit (utilisable à souhait) et surtout à partager.

Patron porte chéquier

Patron maroquinerie porte chéquier cuir, libre et gratuit (utilisable à souhait) et surtout à partager.
Patron porte chéquier en cuir, libre et gratuit (utilisable à souhait) et surtout à partager.

Patron porte chéquier classique, un modèle en 3 pièces de cuir cousue.

Facile à réaliser,  ce porte chéquier classique (talon à gauche) permet de plier le chéquier en deux, ce qui le rend moins encombrant.

 

Particularités :

  • 3 pièces de cuir cousues
  • une couture qui fait le tour de l’objet (pas obligatoire mais plus esthétique à mon goût)
  • Prend peu de place car le chéquier est plié en deux, mais devient plus épais.

 

Matériel / matériaux (à titre indicatif et non exhaustif) :

 

Je n’ai pas, pour le moment, de photos à montrer de réalisations de ce patron (je l’ai dans mes tiroirs de longue date), je ferais des photos lorsque j’aurais l’occasion de le fabriquer à nouveau (bientôt je pense, j’ai un chéquier sans étui et je ne veux pas du syndrome du cordonnier mal chaussé).

 

La languette de ce patron est à positionner selon les dimensions du chéquier, elle se positionne à l’intérieur au niveau du talon, attention à ne pas trop le positionner vers la reliure du chéquier, sinon il ne rentrera plus dans l’étui.

 

Je vous invite donc à bien prendre les mesures de celui-ci avant de coudre, pour que l’étui soit bien adapté. J’ai mis cette languette à 200mm par défaut, c’est une position qui tient bien le chéquier sans risque d’être trop prêt du talon.

 

Vous pouvez modifier, adapter ce patron porte-cartes 3 poches pour créer des articles en cuir personnalisé (plus d’infos sur l’utilisation de ce patron).

 

Partagez vos réalisations à partir de ce patron sur notre groupe Facebook !

 

Cliquez ici pour télécharger le patron pour réaliser cet article


A bientôt

Tithouan

bouton pression, c'est quoi et comment le poser ? Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir

Le bouton pression

Le bouton pression est un système de fermeture simple et efficace, inventé en 1807 par Bertel Sanders.

Bouton pression, c'est quoi et comment le poser ? Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir
Modèle de bouton pression à boîtier, fort et gros.

En 4 parties (la plupart du temps), le bouton pression est constitué au final d’une partie mâle et une partie femelle une fois mis en place.

 

La partie mâle se présente sous forme d’une boule ou d’un cylindre en creux (selon le modèle), la partie femelle d’une cavité ou d’un boîtier contenant un système de ressort pour bloquer la boule ou le cylindre.

 

Plusieurs modèles existent, de différentes tailles et forces ou même de matière (le plastique est à proscrire à mon sens, pour un article de maroquinerie durable, lui préférer le métal), il faut bien réfléchir à quoi servira votre article pour bien choisir le bouton qui convient : un bouton trop fort sur un article de petite maroquinerie, c’est l’usure et l’inconfort assuré, à l’inverse, un bouton pression trop faible, c’est l’objet qui s’ouvre tout le temps et trop facilement.

 

Bouton pression, c'est quoi et comment le poser ? Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir
Modèle que j’affectionne, le bouton pression à boule.

 

 

En maroquinerie, j’utilise souvent un modèle assez fin mais avec une bonne tenue. Les modèles les plus gros et forts (ceux que l’ont trouve souvent dans les brico-trucs) ne me servent qu’en cas d’un besoin de grosse tenue (certains bracelets ou gros sacs ou encore pour des sangles) mais cela reste assez rare au final.

 

 

 

Des exemples de modèles courants :

Bouton à boîtier : très dur et à forte tenue

Bouton à boule : celui que j’utilise le plus souvent en maroquinerie, un bon équilibre entre tenue et souplesse.

Bouton à griffe : pas vraiment utile et pratique pour le cuir (ou alors pour du cuir très très fin), il est plutôt utilisé pour le tissu.

Bouton à coudre : pareil que ceux à griffe, plutôt destiné au tissu.

 

Bouton pression, c'est quoi et comment le poser ? Apprendre la maroquinerie et le travail du cuir
une fois posé, la partie de gauche vient englober la boule à droite, deux petits ressorts viennent bloquer le tout.

Il existe différents outils pour les poser, chaque modèle possédant ses matrices, sous forme de pince, d’outil à frapper ou de presse. Chaque outil à ses avantages et inconvénients, voici un article sur la pose d’un bouton pression.

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être prévenu par mail lors de la parution d’un nouvel article.

A bientôt

Tithouan

 

Les découpes d'une peau

La découpe d’un cuir ou les différentes parties d’une peau

C’est quoi un collet ? Une bande ? un croupon ? Une peau entière ?

Les découpes d'une peau
Le prêtant d’une peau

La peau d’un bovin est découpée selon des règles très précises (les découpes peuvent varier selon l’animal), chaque partie découpée ayant des propriétés différentes, elles sont utilisées pour différents usages. Pas facile de s’y retrouver donc, mais ce n’est pas si compliqué.

 

Pour commencer, pourquoi couper le cuir comme ça ?

 

Il faut savoir que la peau est élastique, pour suivre les mouvement du corps (n’oublions qu’avant d’être à plat sur notre table, elle recouvrait une bête en 3 dimensions).

Cette élasticité donne du « prêtant » (la capacité à se déformer), mais ce prêtant n’est pas le même sur chaque partie du cuir.

Ces découpes spécifiques sont donc faites selon le prêtant de chaque partie, mais aussi selon le besoin.

 

 

Dans ce cas je dois utiliser quoi ???

Je vais faire ici un résumé « non exhaustif » des utilisations des différentes parties. Encore une fois, la première question  se poser : « qu’est-ce que je veux faire ? »

De là, il faut étudier ce qui existe pour répondre à son besoin.

 

Peau entière : Très utilisé pour les métiers demandant de grands morceaux de cuir (tapisserie d’ameublement par exemple), il faut être vigilant sur le prêtant lors des coupes des pièces pour le siège.
Du flanc sur un accotoir ou accoudoir … une misère, le fauteuil est bon pour revenir à l’atelier rapidement.

Collet : pièce très utilisée dans les travaux pour le cuir, normal son prêtant va dans différents sens (c’est le cou de la bête … observez une vache tourner la tête … vous comprendrez pourquoi le prêtant va dans tous les sens 🙂 ).

Flancs : La partie la moins « qualitative ». Très élastique, fin et irrégulier (correspond au ventre).

Dosset : Peau entière dont on a enlevé les flancs. Très utile pour les grandes longueurs en sellerie.

La bande : ou demi peau, la peau entière coupée en deux dans le sens de la longueur.

Croupon : c’est un dosset sans le collet.

 

Il est donc important de comprendre le prêtant de chaque partie pour que l’objet final ne se déforme pas.

 

Un sac fait dans du flanc risque à la longue de se déformer ou s’user prématurément, utiliser un collet s’il est assez souple, ou un croupon dans le sens de la hauteur si le sac est rigide permettra d’éviter la déformation.

 

Chaque corps de métier du cuir utilisera les parties les plus avantageuses selon ses besoins … Un maroquinier n’utilise pas les mêmes parties qu’un sellier harnacheur (ni les mêmes cuirs), les besoins n’étant pas les mêmes.

 

Le prêtant est donc le sens de déformation du cuir, qu’il faut prendre en compte lors de la fabrication d’un article en cuir.

A vous de trouver ce qui vous convient le mieux !

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu informé des nouveaux articles.

 

A bientôt

Tithouan

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire

Poisser un fil de couture ? C’est quoi la poix ?

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire
A gauche un fil de lin blanchi brut, et à droite, le même fil poissé

On croise régulièrement, quand on s’intéresse au travail du cuir, les termes poix ou poisser le fil.

Poisser un fil ? C’est quoi la poix ?

 

Pour commencer, ne pas confondre poisser / cirer / huiler pour un fil, chaque action à ses spécificités.

 

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire
Vieux pain de poix ayant beaucoup servi, on passe le fil directement dans le bloc

 

La poix « brute » est liquide et obtenue par distillation de résines végétales (type pin). Elle est très inflammable et était utilisée dès l’Égypte ancienne pour embaumer les corps, utilisée dans les feux grégeois au moyen âge.

 

Il est possible de rendre la poix liquide en un pain solide en utilisant du vinaigre et en la faisant chauffer (long et dangereux !! On peut faire autrement)

 

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire
Pain de cire, bloc de colophane (résine) et pain de poix prêt à l’emploi.

 

Dans le milieu du travail du cuir, un pain de poix est la plupart du temps un mélange de poix et d’autres ingrédients comme de la cire, de l’huile ou d’autres éléments (chaque artisan avait sa propre recette).

 

Si vous voulez vous lancer dans la fabrication d’un pain de poix, testez avec 50% cire et 50% résine de pin (type colophane pour instrument à archet à défaut de trouver de la « vraie » poix obtenue par distillation).

 

 

 

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire
Pain de cire pouvant servir à lisser un fil de couture, ou créer son encaustique maison

Pourquoi poisser le fil ?

Autrefois le fil était en fibres végétales, qui risquait de trop vite se dégrader, il fallait donc le protéger.

En le poissant (on passe le fil dans le pain de poix), le fil devenait plus résistant à l’eau, mais aussi à l’abrasion (frottement du fil lors de la couture) et assez collant (si un point de couture casse, il ne glisse pas et tient jusqu’à réparation).

 

Ce geste de passer un fil en fibres végétales dans un pain de poix est valable dans beaucoup d’autres métiers artisanaux qui utilisent du fil (le tapissier garnisseur en siège pour faire ses coutures de mise en forme du crin, matelassier, cordonniers etc.)

 

Le geste de base de passer le fil dans un pain de cire ou de poix aide à enfiler le fil dans le chas de l’aiguille.

 

Poisser le fil de couture, c'est quoi de la poix ? a quoi ça sert ? différence avec la cire
Bobines de fil de lin Campbells brun et blanc.

Il existe des fabricants de fils de lin poissé (Campbell par exemple). Même si je n’aime pas trop ce fil (je le trouve fragile, il faut vraiment le protéger de l’abrasion en créant une gorge pour la couture), c’est ce qui se rapproche le plus à l’heure actuelle du fil traditionnel d’autrefois (en tout prêt à utiliser).

 

Il est possible de poisser soi-même un fil, voici une vidéo de démonstration d’un cordonnier préparant un ligneul

 

Vous avez des questions sur une technique ou autre chose sur la maroquinerie ?
Contactez-moi pour me poser cette question, je me ferais un plaisir de vous répondre (si j’ai une réponse bien-sûr) et ce peut être un bon thème pour de nouveaux articles (c’est le cas de celui-ci)

 

A bientôt

Tithouan

Patron porte-cartes 3 poches plat et dans un seul morceau de cuir, petite maroquinerie, tuto

patron porte-carte 3 poches en 1 pièce de cuir

Patron porte-cartes 3 poches plat et dans un seul morceau de cuir, petite maroquinerie, tuto
Patron porte cartes 3 poches plat en cuir de vachette tannage végétal

Patron porte-cartes 3 poches, un modèle en 1 seule pièce de cuir cousue.

Un modèle facile à réaliser mais demandant d’agir dans un ordre précis. Je vous invite à lire cet article sur comment obtenir une belle couture des deux côtés, j’y explique la technique de couture utilisée sur cet objet.

 

J’ai indiqué sur le plan dans quel ordre doivent se plier les différentes parties de l’objet pour avoir un rendu optimal.

Je vous invite à parer le bord bas de la partie 2, pour ne pas avoir une sur-épaisseur sur cette zone. vous remarquerez que les zones ont des mesures très précises pour ne pas arriver trop sur le pli du cuir en bas et sur les côtés.

 

Particularités :

  • 1 seule pièce de cuir repliée sur elle même, on obtient plusieurs poches
  • Peu de coutures
  • Les finitions de tranches sont peu nombreuses par le fait que 3 des 4 côtés sont des plis de cuir
  • Faire les finitions des bords AVANT assemblage

 

Matériel / matériaux (à titre indicatif et non exhaustif) :

  • Cuir fin (chèvre, mouton, vachette etc.) maxi 1.5mm (c’est déjà beaucoup)
  • Outils de coupe
  • De quoi tracer le patron sur le cuir
  • Alêne ou griffe à frapper
  • Fil de couture et aiguilles

 

Patron porte-cartes 3 poches plat et dans un seul morceau de cuir, petite maroquinerie, tuto
Ici on peut voir par le biais du pliage les 3 compartiments de ce porte cartes

 

La version  en photo est dans un cuir lissé marron (collet 1mm) provenant de la tannerie Garat et fils. Superbe cuir un vrai plaisir à travailler.

Les coutures sont au fil de lin marron, j’ai utilisé une griffe à frapper 3mm (dents forme diamant) pour percer les trous.

Finitions à l’encaustique maison.

 

 

 

Vous pouvez modifier, adapter ce patron porte-cartes 3 poches pour créer des articles en cuir personnalisé (plus d’infos sur l’utilisation de ce patron).

 

Cliquez ici pour télécharger le patron pour réaliser cet article

Partagez vos réalisations à partir de ce patron sur notre groupe Facebook !

A bientôt

Tithouan

Outil pointe sèche pour tracer et marquer le cuir en maroquinerie

La pointe à tracer ou pointe sèche, un outil indispensable !

Outil pointe sèche pour tracer et marquer le cuir en maroquinerie
Assortiment de pointes à tracer ou pointes sèches

La pointe à tracer, outil de base mais indispensable pour travailler le cuir !

Pointe sèche (autre nom utilisé) car il n’utilise pas d’encre ou de liquide, cet outil permet différentes actions dans le processus de fabrication d’un article en cuir.

Il s’agit d’une simple tige pointue émoussée, qui sert à tracer ou marquer sur le cuir (le plus souvent au tannage végétal, le tannage aux sels de chrome ne marque pas forcement de la même manière, il existe d’autres moyens de marquer), ou encore ranger un noeud entre deux couches de cuir, écarter deux couches de cuir et plein d’autres petits gestes simples.

Un simple clou peut faire l’affaire du moment qu’il est émoussé … il ne doit pas blesser la fleur du cuir mais juste le marquer (attention, c’est indélébile ou presque).

Il permet de créer une « mini gorge », où pourra se loger la pointe de l’alêne ou de la griffe à frapper et ainsi être plus régulier.

 

Quelques exemples :

Outil simple

Outil pointe sèche pour tracer et marquer le cuir en maroquinerie
La pointe sèche qui est toujours dans mon matériel de couture (cacher les noeuds ou tirer un fil)

 

Aiguille de matelassier emmanchée et seule (avec une aiguille à coudre pour les proportions)

Outil pointe sèche pour tracer et marquer le cuir en maroquinerie
Ma pointe à tracer, une aiguille de matelassier emmanchée (j’ai arrondi la pointe)
Outil pointe sèche pour tracer et marquer le cuir en maroquinerie
Aiguille de matelassier seule (avec aiguille à bout rond pour les proportions)

 

 

Clou à ferrer les chevaux

Outil pointe sèche pour tracer et marquer le cuir en maroquinerie
La pointe à tracer de voyage, un clou à ferrer les chevaux

 

Il existe bien d’autres possibilités, certains utilisent même un stylo à bille vide …

 

Tracer et marquer sur le cuir

Outil pointe sèche pour tracer et marquer le cuir en maroquinerie
Marquer des points de repères
Outil pointe sèche pour tracer et marquer le cuir en maroquinerie
Marquer les futurs trous à l’emporte pièce

 

Marquer la ligne de couture (gorge dans laquelle se loge la pointe de l’alêne, permet d’être plus régulier)

Outil pointe sèche pour tracer et marquer le cuir en maroquinerie
Marquer une future ligne de couture
Outil pointe sèche pour tracer et marquer le cuir en maroquinerie
La gorge créée permet de bien positionner la pointe de l’alêne
Outil pointe sèche pour tracer et marquer le cuir en maroquinerie
La ligne de couture améliore la régularité d u perçage des trous d’alêne

Ranger ou cacher un noeud de couture ou un fil

 

 

Vous l’aurez compris, c’est un outil à tout faire, sans encre qui risque de dégorger et tacher le cuir, utile pour manipuler les fils (découdre par exemple) et surtout pour tracer et marquer le cuir. La pointe n’a pas besoin d’être fine, à chacun de trouver son bonheur !

 

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir un mail lors de la parution d’un nouvel article.

 

A bientôt

Tithouan

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier

Marteler la couture, une finition trop souvent oubliée

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
Martelage d’une couture

 

Réaliser une belle couture au point sellier, c’est un plaisir, mais souvent le cuir plisse à cause du serrage de la couture et le fil ressort beaucoup, parfois de façon irrégulière. Marteler la couture peut permettre d’avoir un rendu de finition plus poussé.

 

 

 

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
La couture au point sellier non martelée, bordures non finies

 

 

Marteler permet d’écraser le fil et de l’intégrer au cuir, mais aussi d’aplanir les « plis » du cuir si le serrage est un peu fort, et refermer les trous d’alênes sur le fil. Bref, c’est un geste à mon sens à faire pour avoir une belle finition de couture.

 

 

 

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
La couture martelée, les bords du cuir sont prêts à passer aux finitions

Ne pas prendre n’importe quel marteau pour marteler la couture, il faut un marteau à panne arrondie et lisse (poli miroir) pour ne pas blesser le cuir.

Plus couramment appelé « marteau à planer », il ne sert pas à planter des clous ! Il faut conserver le lissage de la panne du marteau pour ne pas marquer le cuir.

J’utilise à titre personnel un marteau que j’ai spécialement dédié au martelage (et uniquement à ça), un ancien marteau à caramel en laiton … (« toffee hammer » en Anglais). Petit, lourd, simple, efficace et pas cher.

 

 

 

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
La couture au point sellier martelée

Pour le geste, c’est basique … attention à ne pas trop pencher le marteau et ne pas blesser le cuir (personnellement j’ai vraiment arrondi les tranches de la panne du marteau), on écrase le fil et le cuir, sans trop appuyer non plus.

Le fil s’écrase beaucoup sur le coup, mais il regonfle par la suite naturellement et au moment de la finition à l’encaustique, mais de façon plus régulière qu’au début.

Il s’incruste dans le cuir (si on démonte la couture, on peut constater que le fil crée une gorge dans le cuir)

 

 

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
La couture au point sellier après passage de l’encaustique maison

 

 

Utiliser un tas bien lisse et sans arêtes tranchantes ou blessante aide beaucoup (type mini enclume), cela demande moins de force et aide à la régularité.

Le cuir aussi s’écrase et c’est tant mieux, les plis ou bosses s’effacent,  le cuir redevient lisse et régulier.

 

 

 

Marteler une couture pour obtenir un belle finition d'un point sellier
Une fois fini, le fil a regonflé et la couture est bien régulière

 

 

Marteler les coutures est un geste souvent oublié, qui pourtant améliore grandement le rendu général de l’article en cuir fabriqué, à vous de jouer.

 

 

 

 

 

Vous pouvez vous abonner à notre newsletter pour être tenu au courant des nouveaux articles publiés

 

A bientôt

Tithouan

bouton-cours

Facebook : Création d’un groupe de partage des patrons de maroquinerie

facebook Patron bourse en cuir simple
Patron bourse ronde en cuir

Retrouvez les patrons libres du site point-sellier.com sur un groupe Facebook, où vous pourrez publier le résultat de vos réalisations.
 

Facebook : l’idée, c’est d’avoir une zone de partage à grande échelle via un outil très utilisé, même si ce n’est pas l’outil que j’aime le plus.

Encore une fois, cela reste un outil et ce que l’on en fait appartient à chacun. A titre personnel, je l’utilise pour communiquer mon travail et partager, je fais mon possible pour l’utiliser de façon positive et utile.

Je vous invite à faire de même en rejoignant ce groupe et surtout en y participant.

 

L’idée est simple, je souhaite que chacun puisse y partager des photos ou vidéos d’un article réalisé à partir d’un patron publié sur ce site. Mieux encore, si vous modifiez ce patron (et faites vous plaisir), et que vous souhaitez partager ce patron modifié ou un croquis etc., allez-y.

 

Facebook trousse à rabat en cuir pour stylos
Patron trousse à rabat en cuir

Plus nous serons nombreux à développer des modèles de maroquinerie libres d’utilisation, plus le travail du cuir sera accessible au plus grand nombre et ne tombera pas dans l’oubli.

Encore une fois, partager un concept ne nuira pas à vos créations, au contraire, c’est une invitation à l’enrichissement de tous, vous y compris. Les moments où j’ai le plus progressé sont le plus souvent lors de collaboration ou partage de savoir. J’ai appris la majorité de ce que je sais « sur le tas » et sans Internet, avec les bases que mon père m’a enseigné …

 

Une comparaison :

Vous apprenez à peindre … qu’est-ce qui est le plus important ? Apprendre à peindre un modèle que tout le monde à déjà traité (paysage, nu, architecture etc.) ? ou apprendre les techniques de bases pour développer son propre style et interpréter à sa façon ce modèle ?

Ce n’est donc pas le modèle qui importe le plus mais la façon de le réaliser (En tout cas à mes yeux), Le style vaut plus que le concept, c’est là dessus que l’on différencie l’ouvrier du créateur, c’est un point important pour vraiment s’épanouir dans un domaine créatif ou manuel. Connaître les techniques, bien-sûr mais avoir la matière pour pouvoir les appliquer rapidement et librement pour mieux avancer.

 

A l’ère où l’on dépose la moindre tâche de couleur virtuelle sur un écran, telle une œuvre d’art, avec la crainte que ce soit copié ou utilisé par quelqu’un d’autre, il est important de redévelopper des savoirs communs, surtout dans le milieu manuel ou artisanal, presque inexistant dans le milieu scolaire et avec des outils de communication actuels.

 

facebook Patron pochette bourse
patron pochette bourse à porter à la ceinture

Ce développement ne viendra pas tout seul … il faut le semer pour le récolter. En partageant, chacun à son échelle sa propre expérience et ses idées, on ne peut que récolter de la culture générale riche en contenu et en sujets.

 

Pour revenir à ce groupe Facebook, c’est un outil parmi d’autres, qui seront développés au fur et à mesure, pour que ces partages soient possibles au plus grand nombre.

 

Si vous n’êtes pas sur Facebook (allergie, phobie, révulsion etc. je peux comprendre 🙂 ), cela ne vous empêche pas de m’envoyer ces partages par email (contact@le-nom-de-ce-site, remplacer la fin par point-sellier.com … je souhaite éviter que l’adresse soit lisible par les robots spammeurs, en cas de souci utiliser la page contact pour me préciser ce problème).

Ce sera avec plaisir et si je reçois suffisamment de partages, je créerai une page dédiée sur ce site 🙂

 

Rejoignez nous sur le groupe Facebook et venez partager vos réalisations et/ou patrons modifiés

 

A bientôt

Tithouan

Finir une couture au point sellier, la technique du noeud caché

Terminer une couture, technique du nœud caché

Quoi de plus gênant que de terminer une couture de façon voyante sur certains articles de maroquinerie ? On voudrait avoir une article le plus fini possible et arrivé au bout, on a un « gros pâté » peu esthétique au bout de notre couture.

 

Pour certains, et c’est leurs choix (que je respecte, ceux qui me lisent commencent à le savoir), cela ne les dérangent pas, dans ce cas, pas besoin d’aller plus loin :), il existe aussi des astuces pour limiter la sur-épaisseur de fil.

 

Précisions : cette technique pour terminer une couture n’est applicable que lorsque l’on coud deux couches de cuir ensembles.

 

Il est donc possible de terminer une couture d’une façon invisible (on ne sait pas où elle commence ni où elle finit) et ce très facilement.

 

Alors comment faire pour que cet arrêt soit invisible ?

 

terminer une couture au point sellier, la technique du noeud caché
Les fils de couture sont sortis entre les deux couches de cuir

 

Ce nœud caché, comme son nom l’indique, est invisible à l’œil lorsque l’on regarde l’objet cousu.

Le concept est simple, on finit la couture entre les deux couches de cuir cousues, vers l’extérieur, on fait un noeud plat double, puis on rabat ce nœud vers l’intérieur de l’objet, il est maintenant caché (une fois la couture martelée, la bosse disparaît) et on évite une surépaisseur de fil ou le « gros pâté ».

 

 

 

La technique plus en détail :

 

Arrivé au niveau où l’on souhaite arrêter la couture, on sort les fils entre les deux couches de cuir

 

terminer une couture au point sellier, la technique du noeud caché
Le noeud plat doublé en action, bien serrer !!

 

 

Nouer à l’aide d’un nœud plat double, bien serré au plus proche de la couture entre les deux couches de cuir

 

 

 

 

 

Rabattre le nœud vers l’intérieur, soit en passant le fil à l’aide des aiguilles entre les deux couches, soit en coupant les fils à 1cm du nœud puis à l’aide d’une grosse pointe (pointe à tracer par exemple), ouvrir un espace et pousser le nœud vers l’intérieur.

 

terminer une couture au point sellier, la technique du noeud caché
Marteler la couture écrase le fil et le noeud, il n’y a plus de bosse

 

 

On martèle la couture et voilà, la bosse causée par le nœud est écrasée et la couture est finie
(ici le noeud ne fait pas de bosse car il est dans le pli à gauche de l’image).

 

 

 

Une vidéo :

 

 

Je vous invite à tester par vous-même cette technique et pensez à vous inscrire à notre newsletter

 

A bientôt

Tithouan

patron pochette escarcelle cuir bourse moyen âge medieval reconstitution maroquinerie

Patron pochette bourse en cuir souple coutures retournées

patron pochette escarcelle cuir bourse moyen âge medieval reconstitution maroquinerie
La pochette vue du devant

Patron pour réaliser une pochette bourse simple et efficace en deux morceaux de cuir souple.

Je vous présente ici un patron de pochette avec le principe de la bourse, à porter à la ceinture (ou au bout d’une sangle façon sac à main), super sympa et simple pour la reconstitution historique.

 

Modèle en deux pièces de cuir, possibilité de le réaliser dans des cuirs souple, ici dans un cuir de vache de 1mm d’épaisseur, provenant de la tannerie Garat et fils.

 

 

patron pochette escarcelle cuir bourse moyen âge medieval reconstitution maroquinerie
vue de dos

 

Particularités :

  • La couture se trouve à l’arrière et sur le bas de la pochette
  • La couture est retournée et donc invisible de l’extérieur et protégée.
  • le passant est fendu pour avoir deux points d’appui sur la ceinture, limitant l’effet « pendule »

 

 

 

Matériel / matériaux (à titre indicatif et non exhaustif) :

  • Cuir souple (chèvre, mouton, vachette foulonnée etc. j’ai même déjà fait en chambre à air … )
  • Lacet (en fibres végétales ou en cuir)
  • Perle (non obligatoire, un simple morceau de cuir percé fait très bien l’affaire, j’utilise des perles en os ou en bois le plus souvent)
  • Outils de coupe
  • De quoi tracer le patron sur le cuir
  • Pince emporte pièce (ou à frapper)
  • Alêne ou griffe à frapper
  • Fil de couture

 

patron pochette escarcelle cuir bourse moyen âge medieval reconstitution maroquinerie
En cours d’assemblage, on fait les coutures à l’envers pour retourner la pochette par la suite
patron pochette escarcelle cuir bourse moyen âge medieval reconstitution maroquinerie
Pochette retournée, reste le passant à fixer
patron pochette escarcelle cuir bourse moyen âge medieval reconstitution maroquinerie
Couture du passant fendu
patron pochette escarcelle cuir bourse moyen âge medieval reconstitution maroquinerie
Vue du dessous, les coutures sont protégées
patron pochette escarcelle cuir bourse moyen âge medieval reconstitution maroquinerie
Vue de l’intérieur de la pochette

 

 

J’ai eu l’occasion d’offrir ce genre de pochette à des enfants comme pochette à trésors … le plus souvent avec une sangle pour mettre en bandoulière. Sert de base pour emmener les quelques jouets ou jeux d’enfants. Il permet aussi de ranger un appareil photo numérique, ou ses papiers.

 

Vous pouvez modifier, adapter ce patron pour créer des articles en cuir personnalisé (plus d’infos sur l’utilisation de ce patron).

 

Cliquez ici pour télécharger le patron pour réaliser cet article

 

Partagez vos réalisations à partir de patron sur notre groupe Facebook !

A bientôt

Tithouan

Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas

Noeud plat doublé en vidéo, pour que le fil de couture ne glisse pas !

noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas
Le noeud plat doublé

Comment être sûr que le noeud de fin de couture ne se défasse pas à la longue ? Je vous explique la technique du noeud plat doublé.

 

Une belle couture, ça change le rendu visuel général d’un article de maroquinerie, c’est sûr !

La solidité de cet article de maroquinerie n’est pas à mettre de côté, au contraire, c’est un critère de qualité, le beau c’est bien le beau et solide, c’est encore mieux !

 

Trop souvent les fins de coutures ne sont pas toujours adaptées aux tractions et forces qui joueront dessus et risquent de faire lâcher les derniers points de couture, ceci étant gênant quant à l’image de qualité de l’article. (on vante le point sellier comme plus solide et ça se défait rapidement, cherchez l’erreur, le point en lui-même n’étant pas en cause, mais bel et bien le noeud de finition de la couture).

 

Dans le cas d’un point de fin de couture caché ou invisible, le noeud à toute son importance et peut assurer la durabilité de votre article en cuir et la satisfaction de celui qui l’utilise. Il existe d’autres solutions que je développerais au fur et à mesure qui peuvent s’appliquer selon les besoins ou selon l’objet.

 

Je vais donc partager avec vous une technique simple et efficace : le noeud plat doublé. Les adeptes du macramé seront à l’aise 🙂

 

 

 

Avant de parler du noeud plat double, parlons du noeud plat de base :

Beaucoup utilisé dans le milieu marin ou dans les milieux utilisant des cordages ou des fils, il permet relier deux liens ensemble de façon solide (plus on tire dessus, plus il se serre) et avec un rendu plat (d’où son nom, il ne prend pas de volume en 3 dimensions, uniquement sur 2 dimensions, il ne fait pas de boule).

noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas
Noeud plat de base
noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas
Il est, comme son nom l’indique : plat

 

Il y a une façon précise (un ordre d’actions) pour faire ce noeud plat : un noeud simple, puis un noeud simple inversé

 

  • On prend les deux liens, on fait un noeud simple (qui n’a de noeud réellement que le nom, mais c’est le terme générique pour parler de cette façon de mettre les liens, à la base de beaucoup d’autres nœuds)

noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pasnoeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas

 

  • Avec ces deux même liens, on va faire un noeud simple inversé (la même chose mais dans le sens inverse du premier)

noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas

 

Ce noeud est super pratique pour beaucoup de choses, c’est une bonne base à connaître.

 

Maintenant ce noeud plat est solide, mais lorsque le fil est ciré ou poissé, il a tendance à glisser ou se desserrer à la longue (le fil n’a pas une accroche comme pourrait l’avoir une corde, les fibres sont lissées par la cire ou la poix).

La tension ne se fait que d’un côté, l’autre est lâche, ce qui donne : fil glissant + un côté de tension lâche = noeud qui se défait.

 

Mais il est possible de bloquer ce noeud plat simple pour ne plus qu’il glisse et se desserre, on fait un noeud plat doublé.

 

Tout simplement de cette façon, en 3 étapes :

  • Faire un noeud simple
  • Faire un noeud simple inversé (là on a un noeud plat classique)
  • Faire un noeud simple en plus (comme le premier)
noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas
On voit bien la régularité du passage des fils

noeud plat doublé Voici comment bloquer un fil de couture en maroquinerie pour qu'il ne glisse pas et ne se desserre pas

Au lieu de faire 2 noeuds simples, on en fait 3, ce troisième noeud va bloquer les deux autres. Il va créer la petite tension nécéssaire pour que le deuxième noeud simple ne se desserre pas, on a donc une tension des deux côtés, il est bloqué.

 

J’utilise ce noeud plat doublé quand je finis une couture de façon invisible (entre deux couches de cuir) ou quand je dois faire une reprise de couture (fil qui casse, oui ça peut arriver 🙂 , ou trop grande longueur de couture à faire en une fois).

 

Un noeud plat doublé est donc un enchaînement de 3 noeuds simples, dans le bon ordre (simple/simple inversé/simple), sinon ça fait une boule et ce n’est plus un noeud plat, plus difficile à « cacher ».

 

Rien de tel qu’une vidéo pour mieux voir le geste

 

 

Je vous invite à vous entraîner avec des chutes de fils, voir même, au début, pour bien comprendre et voir comment les liens doivent s’enrouler, avec du gros cordon.

 

Partagez cet article en cliquant sur les boutons prévus à cet effet en bas de cet article.

 

A bientôt

Tithouan

Technique pour bloquer le fil de couture et préparer sa couture au point sellier pour la maroquinerie

Aiguille : comment bloquer le fil au niveau du chas ?

Aiguille, technique pour bloquer le fil de couture et préparer sa couture au point sellier pour la maroquinerie
Le fil bloqué au niveau du chas de l’aiguille

Rien de plus agaçant lors d’une couture, que de tirer et que le fil sorte du chas de l’aiguille ! Surtout lors d’une couture au point sellier qui parfois tire fortement sur le fil.

 

Plusieurs solutions sont possibles, comme prendre beaucoup de marge de fil pour coudre (technique très employée en couture « classique »), l’aiguille se trouvant presque au milieu de ce fil.

Le souci majeur de cette technique, c’est la perte de matière première, et vu le prix d’un fil de qualité pour coudre le cuir … on y fait attention ! Sans parler d’éviter de gâcher, point important à titre personnel.

 

Du coup, il faut trouver une façon de faire pour bloquer, tout en passant correctement dans les trous de coutures, le nœud est donc proscrit … il fait une boule qui bloque à l’entrée de chaque trou de couture.

 

Voici ma technique, certains font autrement, il n’y a pas une seule façon mais un résultat, je l’utilise depuis plus de 20 ans, c’est testé, approuvé et garanti ! Même pour des coutures « classiques ».

 

 

  • Percer le fil avec la « pointe » (oui, l’aiguille est à bout rond, je parle du côté inverse du chas, mais on se comprend je pense) 2 fois pour les fils épais, 3 fois pour les fils fins, sinon le fil a tendance à glisser à la longue. 1 seule fois ne suffit pas, le fil glisse très rapidement dès que l’on tire un peu.

 

  • Ramener le « grand fil » (celui percé) vers le chas de l’aiguille

 

  • Tirer sur le « fil court » (celui passé dans le chas), la zone percée est maintenant au bord du chas

 

  • Prendre le « grand fil » et tirer vers le chas d’un geste ferme : le fil se « tresse » au niveau du chas de l’aiguille, votre fil est bloqué.

 

Une vidéo valant mieux que des photos pour ce genre de geste, je vous laisse regarder et vous entraîner, n’hésitez pas à trouver votre façon de faire en adaptant cette technique.

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter, pour vous tenir informé des nouveaux articles publiés.

 

A bientôt

Tithouan

Patron bourse ronde en cuir, modèle simple et efficace pour débuter ou fabriquer un objet pour la reconstitution historique ou médiévale.

Patron bourse ronde

Patron cuir simple, fabriquer une bourse ronde en une seule pièce, idéal avec les enfants et pour reconstitution historique
Deux bourses rondes en cuir de chèvre et cuir d’agneau

Patron pour réaliser une bourse ronde simple et basique en un seul morceau de cuir souple.

 

Quoi de plus basique que la bourse ronde, concept décliné en de nombreuses versions, je vous présente ici la plus simple à réaliser selon mon avis (d’autres modèles seront à venir).

 

Un cercle avec 16 trous, un lacet et une perle ou un morceau de cuir pour fermer, c’est tout !

 

Ce modèle de bourse que je partage avec vous, je ne l’ai pas inventé (ce serait d’une prétention … ), j’ai juste fait mon propre patron avec mes propres dimensions selon ce que je pense être sympa et adapté à l’usage courant de ma clientèle. Ce genre de modèle se décline en n’importe quelle taille (la plus grosse que j’ai faite sur ce modèle faisait 90cm de diamètre, sorte de grosse trousse à outil, la plus petite 1cm pour une poupée) faites vous plaisir !

 

Cet article se vend assez bien sur les marchés, personnellement c’était un produits d’appel, me permettant souvent de payer ma place d’exposant quand le public n’était pas très « acheteur ».

J’utilise souvent de la chèvre pour ce type de réalisation, finition lisse ou velours.

 

Point-sellier.comPatron cuir simple, fabriquer une bourse ronde en une seule pièce, idéal avec les enfants et pour reconstitution historique
Mon gabarit en laiton qui me permet de couper directement autour avec un tranchet

 

 

Pour cette bourse ronde, j’ai fabriqué des gabarits en laiton épais, me permettant de couper et marquer les points directement avec un tranchet et une pointe (gain de temps vu le nombre de bourses que je fabriquais à cette période).

 

 

 

Sur le patron, j’ai décliné 3 tailles :

  • 20cm diamètre, la plus répandue pour moi, bonne capacité de contenu, la plus vendue sur mon stand.
  • 14cm de diamètre, avec un long lacet pour mettre autour du cou, là succès assuré avec les enfants sur une fête médiévale ! J’utilise encore quand je voyage avec un mini kit de monnaie pour me payer un café ou quelque chose à grignoter.
  • 10cm de diamètre, là c’est très petit, avec un lacet long à mettre autour du cou, je vendais ça en partenariat avec les vendeurs de pierres, cette bourse servait à garder la pierre proche de soi et de profiter de ses vertus.
Point-sellier.comPatron cuir simple, fabriquer une bourse ronde en une seule pièce, idéal avec les enfants et pour reconstitution historique
Mini bourse à porter autour du cou

Matériel / matériaux (à titre indicatif et non exhaustif) :

  • Cuir souple (chèvre, mouton, vachette foulonnée etc. j’ai même déjà fait en chambre à air … )
  • Lacet (en fibres végétales ou en cuir)
  • Perle (non obligatoire, un simple morceau de cuir percé fait très bien l’affaire, j’utilise des perles en os ou en bois le plus souvent)
  • Un ciseau
  • De quoi tracer le patron sur le cuir
  • Pince emporte pièce (ou à frapper)

 

Certaines personnes sur les marchés en voyant ces bourses, me faisaient souvent la remarque qu’elles étaient « petites ». Je sortais une bourse de démonstration remplie de jetons (type caddie en métal) en leur faisant peser la chose et en posant la question s’ils avaient autant de monnaie à mettre dans une bourse que le contenu qu’ils avaient dans la main.

 

Patron cuir simple, fabriquer une bourse ronde en une seule pièce, idéal avec les enfants et pour reconstitution historique
Mini bourses

 

Le plus souvent, ils étaient étonnés de voir la quantité de monnaie rentrant dans un si petit volume, car cette bourse, étant ronde, est très « joufflue ».

Pas besoin d’avoir une grande bourse pour mettre 10 pièces dedans donc, et bien-sûr, s’ils voulaient plus grand, je faisais sur place à la demande (c’est un article que je réalisais souvent en démonstration sur les marchés, super à faire avec les enfants).

 

 

 

Vous pouvez modifier, adapter ce patron pour créer des articles en cuir personnalisé (plus d’infos sur l’utilisation de ce patron).

 

Cliquez ici pour télécharger le patron pour réaliser cet article

 

Partagez vos réalisations sur notre groupe Facebook !

A bientôt

Tithouan

comment enfiler le fil poissé ou ciré dans le chas de l'aiguille pour le travail du cuir et de la maroquinerie

Comment passer le fil poissé ou ciré dans le chas de l’aiguille à coudre ?

comment enfiler le fil poissé ou ciré dans le chas de l'aiguille pour le travail du cuir et de la maroquinerie
Le fil passé dans le chas de l’aiguille

Point basique et néanmoins important, comment enfiler le fil dans le chas de l’aiguille en maroquinerie ?

Sachant que le fil est souvent ciré ou poissé, et en plusieurs brins (« Raaahh j’ai un fil à 3 brins, il n’y en a que deux qui sont passés ! ») beaucoup de personnes perdent un temps fou à passer tous les brins dans le chas de couture.

 

Pour commencer, si vous utilisez un fil poissé ou ciré, INUTILE DE LE MOUILLER AVEC LA BOUCHE 🙂 (c’est un réflexe conditionné que je croise souvent en stage)

La cire ou la poix rend le fil imperméable … donc cet acte est totalement inutile.

 

Ensuite, pour que l’enfilage soit efficace, il faut changer de point de vue !

En effet, ce n’est pas le fil qui rentre dans l’aiguille mais l’aiguille qui coulisse autour du fil

 

Cela paraît étrange mais pourtant, la nuance est là et fait toute la différence !

 

Prendre le fil et avec les ongles du pouce et de l’index, gratter et écraser pour aplanir le bout du fil et lui donner la forme du chas de l’aiguille (si le fil n’est pas ciré ou poissé, là on peut mouiller avec sa bouche 🙂 )

 

Ensuite, coincer le fil, au niveau de la pulpe des doigts, et le tenir fermement, de l’autre main on positionne l’aiguille pour que le chas vienne en face du fil (dans le même sens bien sûr !) et écarter légèrement les doigts pour libérer le fil pour que l’aiguille avance entre vos doigts.

 

Cette technique permet de ne pas avoir un brin qui s’échappe, ou que le fil ne se torde au moment où il doit rentrer dans le chas. Le fil étant tenu fermement entre deux doigts, il rentre facilement sans bouger.

 

Cette technique fonctionne avec n’importe quel fil, tout particulièrement avec le fil poissé ou ciré, peut-importe sa taille (je l’utilise pour un fil de couture coton simple pour coudre des vêtements par exemple, ou encore pour du gros fil de lin pour la garniture d’un siège etc.)

 

De plus, vous pourrez utiliser des aiguilles vraiment adaptées au fil et à votre travail, les débutant prennent souvent des aiguilles trop grosses et peinent au moment de coudre ou doivent faire des trous d’alêne trop grands.

 

Une vidéo pour bien visualiser le geste

 

 

N’hésitez pas à partager cet article !

 

A bientôt

Tithouan

Bloquer un bouton de col ou vis chicago

Comment éviter que le bouton de col ne se dévisse ?

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerie
Différents modèles de boutons de col

Une astuce pour éviter que le bouton de col (ou une vis Chicago, même concept) ne se dévisse.

 

Il arrive souvent et c’est là la faiblesse de ce type de fermoir, que l’on perde une partie des deux pièces, car elle s’est dévissée.

 

Non pas que la pièce est mal serrée à la base (ça peut arriver aussi bien-sûr), mais le cuir est une matière qui « vit » et surtout bouge, il se gonfle d’humidité ou s’assèche, les changements de températures peuvent jouer, ou encore le tassement à l’usage de certaines zones du cuir, etc.

 

Les raisons sont multiples.

 

Pour éviter cela, il existe plusieurs astuces

 

  • Mettre un point de colle au niveau du filetage : acte que je n’aime pas car la colle peut rendre la pièce inutilisable par la suite si l’on a besoin de la démonter. Mais cela reste efficace sur du long terme.

 

  • Utiliser du ruban kevlar de plomberie : efficace aussi … mais bon, on utilise du Kevlar (fibre synthétique), à titre personnel, je cherche des astuces utilisant le plus possible les matières naturelles et de récupération, et surtout facilement biodégradable.

 

  • Utiliser un bout de fil fin de couture : ce que j’utilise le plus souvent, avec le recul et l’expérience, c’est la méthode répondant le plus à mes besoins et à l’éthique de mon travail. c’est celle que je vais développer ici.

 

Dans le détail ça se passe comment ?

 

Patrons gratuits et libre d'utilisation pour réaliser des articles de maroquinerie

 

Je fais beaucoup de couture, du coup, je garde toutes mes chutes de fils dans une boite, puis je m’en sers à toutes sortes de choses (fermer un baluchon pour la teinture, bloquer un pas de vis Chicago ou bouton de col, faire un essai de couture, fixer des boutons en cuir etc.)

 

Pas de pertes !

 

 

 

  • Je prends donc un petit morceau de fil à coudre fin (ici du lin câblé noir).

comment bloquer un bouton de col vis chicago, système de fermeture maroquinerie

 

  • Je place mon morceau de fil perpendiculairement au filetage à l’intérieur de la partie femelle.

comment bloquer un bouton de col vis chicago, système de fermeture maroquinerie

 

  • Je coupe le surplus pour qu’il ne reste plus qu’un petit morceau de fil qui dépasse (pas trop tout de même, sinon cela risque de se voir une fois le bouton vissé)

comment bloquer un bouton de col vis chicago, système de fermeture maroquinerie

 

  • Visser le bouton en gardant bien le morceau de fil en place, il va être un tout petit peu plus dur à visser que d’habitude, c’est ce que l’on souhaite.

comment bloquer un bouton de col vis chicago, système de fermeture maroquinerie

 

  • Bien serrer en utilisant le pas de vis présent pour être sûr de bien tout bloquer, sans excès (risque de casse ou de fragiliser la tige ou le filetage)

comment bloquer un bouton de col vis chicago, système de fermeture maroquinerie

Le fil va s’écraser et se glisser dans le filetage sans l’abîmer et remplir la zone où il pourrait y avoir du jeu entre la pièce mâle et femelle.

Bloquer un bouton de col ou vis chicago
Schéma en coupe du bouton de col, Le fil en rouge

 

 

Cette méthode m’apparaît être la plus rapide, facile à mettre en œuvre et la plus économique. On utilise un reste de fil (récupération), un élément naturel (si vous faites de la couture avec un fil naturel bien sûr), cela reste démontable (n’abîme pas la pièce ni ne soude les deux parties ensembles), ça ne tache pas le cuir etc.

En bref une astuce simple qui fonctionne avec toute sorte de système avec un pas de vis (testé avec une vis de serrage pour micro de clarinette, pour un meuble démontable, etc.)

 

Abonnez-vous à la newsletter pour rester informé des dernières nouveautés du site !

 

A bientôt

Tithouan

 

 

Découvrez comme se déroulents les stages maroquinerie et travail du cuir avec Tithouan, des stages conçus avec et pour vous !

Comment se déroulent les stages personnalisés en maroquinerie

Découvrez comme se déroulents les stages maroquinerie et travail du cuir avec Tithouan, des stages conçus avec et pour vous !
Initiation à la couture au point sellier

Ce qu’il faut savoir en premier avec les stages que je propose, c’est que pour y participer, je vous demande d’avoir un but, un projet, une envie, savoir ce que vous voulez atteindre, je me charge de vous guider sur « comment l’atteindre ».

 

Un exemple fréquent de mail reçu :

« Bonjour, j’aimerais savoir comment se déroule vos stages ? Merci »

Ma réponse est à chaque fois la même :

« Que souhaitez-vous apprendre ? Quel est votre but ? etc. »

 

Même pour quelqu’un qui veut juste s’essayer à la maroquinerie, il y a tellement de techniques ou approches différentes, que c’est comme si je vous demandais :

– Apprends moi une langue étrangère à la mienne !

– Ok mais laquelle ?

– Je ne sais pas, j’ai toujours eu envie de parler une autre langue … Quelle langues maîtrises-tu ?

– Anglais, Espagnol, Allemand ou Russe …

 

Pour ceux qui ont eu l’occasion d’étudier différentes langues vivantes, je pense que vous vous êtes aperçu qu’elles ne s’articulent pas toujours sur la même logique ni une même base.

Même si après avoir appris une langue étrangère à la sienne, en apprendre une nouvelle paraît plus simple, c’est que le mécanisme d’apprentissage a été assimilé, la logique d’articulation, de construction autre que sa langue d’origine, est acquise.

 

Il en est de même pour l’artisanat (et de tant d’autres choses, mais ici je parle d’artisanat) et souvent, à l’intérieur même de chaque branche de cet artisanat, on trouve des logiques et matériaux différents (souvent à la base de conflits entre artisans ou corps de métiers).

 

Pour la maroquinerie par exemple, il existe plusieurs techniques pour obtenir un porte-carte, avec différents cuirs, différentes façons de coudre, d’assembler, doublé ou non, quelles finitions etc.

 

Le résultat final reste un porte-carte, mais pour atteindre cet objectif, plusieurs routes sont possibles.

 

 

Découvrez comme se déroulents les stages maroquinerie et travail du cuir avec Tithouan, des stages conçus avec et pour vous !
Des essais de teinture marbrées sur le cuir

Pour revenir aux stages donc, si vous me demandez de vous apprendre la maroquinerie ou le travail du cuir, je vais automatiquement vous répondre :

Vous voulez savoir quoi en maroquinerie ou dans le travail du cuir ?

Je réponds à la question par une nouvelle question …

 

Non pas que je souhaite vous ennuyer mais bel et bien mieux répondre à vos attentes pour que le stage proposé soit efficace et en rapport à votre projet.

Je souhaite aussi par ce biais savoir si je peux tout simplement répondre à vos attentes, il y a des styles et des approches en maroquinerie que je ne maîtrise pas forcement (soyons réalistes et honnêtes), j’ai ma propre approche et façon de travailler, et surtout mes propres goûts, si mes connaissances ne sont pas en accord avec votre projet, il est inutile de venir faire un stage avec moi …

 

Si vous n’avez pas de projet ou d’idée :

C’est l’occasion d’y réfléchir 🙂

Sondez vos envies, furetez sur internet à regarder ce qui existe et que vous vous sentez bien de faire. Puis posez moi simplement la question. Je vous dirais si oui ou non je peux vous l’apprendre ou vous aider sur quelque chose en rapport à ce projet.

 

Quelques exemples :

Stage très sympa (malgré la pluie torrentielle) sur 3 jours avec Fanny, qui souhaitait apprendre les bases du cuir pour faire des bracelets et de la bijouterie.

Nous avons passé en revue les choses habituelle (types de cuirs, outils, accessoires etc.)

Elle a pu réaliser un modèle de bracelet de force, testé la couture au point sellier, la pose de différents accessoires, etc.

Une belle rencontre et 3 jours bien agréables !!

 

Découvrez comme se déroulents les stages maroquinerie et travail du cuir avec Tithouan, des stages conçus avec et pour vous !
Une bourse réalisée par un stagiaire

J’ai donné un stage récemment, sur 5 jours à Alban, jeune homme motivé souhaitant justement s’initier au travail du cuir.

Parmi ses demandes :

  • Souhaite monter un projet professionnel
  • Connaître les différentes étapes et techniques pour fabriquer un article en cuir (petite maroquinerie)
  • Tester ces différentes techniques
  • Quels sont les outils pour travailler le cuir et comment les utiliser
  • Quels sont les types de cuirs utilisés en maroquinerie
  • Le repoussage

 

J’ai pu l’aider sur les 5 premiers points, le repoussage n’étant pas mon dada et ne le pratiquant presque pas, je ne lui ai fait qu’une toute petite présentation de base en l’invitant à trouver un formateur compétent dans ce domaine (d’autres font ça beaucoup mieux que moi).

 

Tout le stage s’est construit autour de ses besoins et attentes, j’ai de mon côté proposé certaines choses qui me paraissaient importantes et en rapport direct (notamment quelques techniques et astuces pour les teintes et finitions et pour la couture main).

 

Il a réalisé une bourse dans l’esprit médiéval (conception du projet selon ses envies, ses goûts, deux types de cuirs différents et couture main au point sellier), des protèges doigts pour la couture et un bracelet de force avec effets de teintes marbrures sur le cuir.

Il est reparti avec des échantillons de coutures et autres accessoires (pressions, rivets) utilisés en maroquinerie, après les avoir testés ou posés.

Découvrez comme se déroulents les stages maroquinerie et travail du cuir avec Tithouan, des stages conçus avec et pour vous !
Des échantillons d’essais de différentes techniques

Un autre stage, effectué par Benoît, dans le cadre d’un cadeau qu’on lui a offert, sur deux jours, pour une approche générale de la matière et des différentes techniques utilisée en maroquinerie, la méthodologie pour réaliser de A à Z, en autonomie, un article en cuir. Pas de réalisation particulière pour ce stage mais un lot d’échantillons sur les différentes techniques vues ensemble en partant de zéro, échantillons réalisés par ses soins (tracer sur le cuir, coupe, différents types de coutures, points d’arrêts, finitions des bords, finitions générales, assemblage, pose de différents accessoires etc.).

Un stage sur une journée pour Maud, l’objectif : réaliser un porte-carte simple avec un cuir de patte d’autruche (amené par ses soins). Son niveau de départ : débutante complet.
Nous avons vu ensemble les bases sur la matière, la méthodologie pour réaliser l’objet, puis nous sommes passés à la réalisation (tracer, coupe, coutures point sellier et finitions).

Une autre stagiaire, « Rainette » est venue me trouver pour se perfectionner (elle travaille déjà le cuir), notamment en couture au point sellier, connaissances des outils et au final sur la méthodologie de travail pour être plus efficace.

Nous avons travaillé sur son propre cuir, pris le temps de concevoir un projet et toutes les étapes nécessaires à la réalisation de ce projet.

 

 

Pour conclure, vous l’aurez compris, il n’y a pas deux stages similaires, mon but étant de vous accompagner dans VOTRE projet et vous rendre autonome, pas de créer des clones.

 

N’hésitez pas à me poser vos questions dans les commentaires en bas de cet article !

 

A bientôt

Tithouan

Quel cuir choisir pour travailler le cuir, la maroquinerie

Choisir un cuir pour travailler la maroquinerie ?

Comment choisir le type de cuir à utiliser ? Que faut-il savoir pour ne pas se tromper ?

 

Vaste débat et sujet, sachez qu’il n’y a pas un seul cuir pour commencer mais une multitude de peaux, de traitements, chacun adapté à un besoin (gras, sec, souple, dur, tannage végétal, minéral, finitions etc.)

 

Cela commence encore une fois sur cette question :

 

Quel est votre but final ou que souhaitez-vous fabriquer ?

 

Selon l’objet final, votre cahier des charges comportera différents points importants, les besoins sont les premiers à faire ressortir. Vous devrez choisir quel cuir correspond le mieux à ce cahier des charges.
Je vous vois venir : T’es gentil Tithouan mais je ne sais toujours pas quel cuir choisir pour répondre à ce fameux cahier des charges !

 

Je comprends, vous ne savez pas, mais normalement, vous savez ce que vous voulez faire (du moins j’espère, si ce n’est pas le cas, lisez cet article : 5 étapes pour réaliser votre projet), et de là il faut chercher les informations en rapport à ce projet final.

 

Quel cuir choisir pour travailler le cuir, la maroquinerie
Cuir au tannage végétal

 

Qui peut me donner ces informations ?

 

  • Si vous le pouvez, l’idéal c’est de poser vos questions à un tanneur, n’hésitez pas à les contacter, ce sont les mieux placés pour vous parler de leurs cuirs ( Si certains ne répondent pas à vos questions, tant pis pour eux !)
  • Sinon je vous invite à discuter avec votre fournisseur (revendeur), il a tout intérêt à vous répondre pour que le produit qu’il vous vend soit le plus adapté, sinon changez de fournisseur 🙂
  • Internet, sur des sites ou forum, ou encore des livres.

 

 

Concrètement, les informations sont à disposition pour peu que l’on prenne le soin de les chercher.

 

Oui je comprends bien que le web fourmille d’infos (parfois contradictoires) et la difficulté que cela engendre.

 

Sans parler de certains pro qui ne veulent pas vous répondre (dans ce cas, demandez leur qui peut vous renseigner, c’est la meilleure façon d’avancer face à des gens « bloqués », soit ils vont finalement vous répondre, soit vous diriger vers une personne mieux formée, si vraiment il ne veut rien lâcher ni dire, vous avez frappé à la mauvaise porte, ne perdez pas votre temps).

Croisez et recoupez vos informations, et trouvez des gens pour vous en parler, des pros ou d’autres amateurs avertis, partagez, communiquez et ainsi faîtes-vous votre propre avis et surtout testez-le ! (achat groupé entre amateurs pour tester sous forme d’échantillon, demande simple de qui a un morceau de tel cuir … )

Puis partagez de nouveau avec les autres vos tests et retours sur ces cuirs etc.

 

 

« Il n’y a pas une seule règle finale (règle de l’art) mais des besoins à remplir et une multitude de façon de le faire ! »

 

 

De là, la question : « quel cuir dois-je prendre ? », se pose toujours.

Je vous livre ici le fruit de mes propres interrogations sur ce sujet, ce n’est pas une règle, juste le résultat de mes besoins que je partage avec vous à titre informatif :

 

  • Pour la petite maroquinerie (porte-cartes, étuis, porte-monnaies etc.)

 

A mon sens, le premier besoin dans ce genre d’article, c’est son faible encombrement (je précise bien « pour moi, dans le cadre de mon travail »). De là, je m’oriente vers des cuirs fins, avec plus ou moins de tenue selon la destination de l’article.

 

Alors « fin » c’est quoi ?

 

Pour quelqu’un qui fait de l’harnachement pour les chevaux, 3mm c’est fin, pour un maroquinier c’est épais (tout est relatif, d’où ma question de base : quel est le besoin final ?) …
Entre 0.5mm et 1.2mm, on a déjà de quoi fabriquer la plupart des objets de petite maroquinerie, au dessus ça commence à faire épais, il faut que cela soit justifié ou voulu dans le style.

 

J’ai déjà croisé des porte-carte en 3mm d’épaisseur … Un choix esthétique de la part du fabricant, ce que je respecte sans le partager (objectif final différent mais un porte carte qui fait 6mm d’épaisseur à vide, cela me paraît beaucoup, sans parler du poids de l’objet dans la poche).

 

Ma préférence personnelle va au cuir de vache (souvent du collet) tannage végétal en 1.2mm d’épaisseur.
N’utilisant pas souvent de doublures, je garde une certaine épaisseur de cuir. Bonne tenue et solide, un bon équilibre pour mon travail.

 

J’utilise des cuirs plus fins si je dois doubler d’un tissu ou d’un autre cuir, pour ne pas dépasser un certain « seuil » pour l’épaisseur et le confort.

 

Libre à vous de prendre plus ou moins épais ou un autre type de cuir, mais gardez toujours en tête la finalité de l’objet.
Transporter quelque chose sur vous, qui ne pèse pas 1kg dans la poche ou dans le sac et qui se range facilement, c’est à mon sens la définition basique de la « petite maroquinerie ».

 

 

  • Pour la maroquinerie type sac ou besace

 

Toujours selon le besoin (souple, dur, doit protéger et encaisser les chocs, léger, etc.), on utilise du fin ou du plus épais (je ne dépasse pas souvent 3mm ou pour répondre à un besoin précis).

 

Si je dois faire une pochette souple ou mi-souple, je vais rester sur mes cuir max 1.2mm (pareil, en cas de doublure, je garde un équilibre) ou si plus épais m’orienter vers un cuir gras qui peut être épais et souple.

En revanche, pour un cartable, je vais aller vers un cuir un peu plus épais et avec de la tenue (Est-il doublé ? Renforcé pour la rigidité avec une âme ? Quand je vous dis qu’il n’y a pas une seule façon de travailler le cuir …)

 

 

Des exemples :

  • Un porte carte en cuir. Besoin : protège et rassemble mes cartes (CB et visites) et ne prend pas de place dans la poche. Pas de doublure (cuir de qualité avec un côté chair doux et non pelucheux), objet simple et solide.

 

Résultat : collet végétal de vache lissé, 1mm d’épaisseur, ce qui porte l’objet au plus épais à 2mm ouvert, 4mm fermé et à vide. Bonne tenue et vieilli bien au frottement, peu d’entretien (superbe cuir des tanneries Garat et fils).

Porte cartes CB à volet en cuir maroquinerie artisanale
Porte cartes CB à volets, modèle classique

 

 

  • J’ai eu une pochette de téléphone en cuir à faire pour un ouvrier de chantier. Le besoin le plus important, la protection en cas de choc ou appui. Le deuxième, se porter à la ceinture, puis la couleur noire (choix du client).

 

Résultat : cuir de vache (collet), 5mm d’épaisseur pour une pochette à porter à la ceinture, à l’inverse de ce que je fais habituellement donc (logique de finesse pour l’encombrement). Mais là, ce n’était pas le besoin premier du client, lui c’est la solidité qui primait. J’ai proposé un cuir avec les marques du cou de la bête (pas de risque de faiblesse vu le ratio taille/épaisseur de l’objet), le client à bien aimé.

Pochette cuir noir téléphone chantier cuir épais
Pochette de chantier pour protéger un téléphone portable

 

 

  • Autre commande, un bracelet montre en cuir à reproduire, une simple sangle mais avec une fleur du cuir des deux côtés, et ne devant pas dépasser 1mm d’épaisseur.

 

Résultat : J’ai utilisé un cuir de 1.2mm (collet) refendu à 0.5mm, le tout faisant donc 1mm au final avec une fleur des deux côtés une fois assemblé. Solide, une bonne tenue et s’adaptera facilement au poignet de la cliente.

(pas de photos de cet article, je n’avais pas l’appareil sur moi à ce moment)

 

 

 

Voilà pourquoi je mets le doigt sur ce point important : déterminer les besoins précis avant de créer l’objet !

 

C’est le meilleur moyen de ne pas se tromper et de choisir le bon cuir.

Communiquer avec les autres, c’est aussi un moyen d’apprendre et de découvrir des points de vue différents, de nouveaux éléments qui font avancer !

 

 

Inscrivez-vous à notre newsletter pour être informé en direct de la parution de nouveaux articles.

 

A bientôt

Tithouan

 

patron cuir maroquinerie trousse stylos outils gratuit libre

Patron trousse à rabats pour stylos

patron cuir maroquinerie trousse stylos outils gratuit libre
Trousse à rabats en cuir tannage végétal teinté maison

Modèle d’une trousse à stylos simple et élégante, facile à fabriquer et surtout solide.

Ce patron est prévu pour un cuir de 1.2mm à 1.5mm. (plus épais ou plus fin, il faudra peut-être revoir l’emplacement des boutons pressions sur le patron en prenant en compte l’épaisseur).

 

Dans la même veine que la pochette porte documents (même concept en 3 pièces assemblées par rivets, fermeture via boutons pressions) il en a les même propriété de solidité et de facilité de mise en œuvre.

 

 

 

patron cuir maroquinerie trousse stylos outils gratuit libre
Trousse à rabats ouverte

Pour la photo, le cuir choisi est un collet 1.5mm teinté par mes soins.
Les tranches sont lissées à la cire d’abeille et un brunissoir et les finitions à l’encaustique maison.

 

Cette trousse à été faite il y a quelques années pour ma compagne, pour la reprise de ses études. Depuis, elle voyage toujours avec sa trousse pour ses réunions et autres déplacements de travail.

 

 

 

 

Matériel / matériaux (à titre indicatif et non exhaustif) :

 

– Rivets tubulaires (x6) (matrices sur presse ou à frapper pour ceux qui les ont)
– Pince emporte pièce (ou emporte pièce à frapper)
– Abat carre (non obligatoire)
– Cutter ou tranchet avec une règle de coupe
– Cuir avec assez de tenue, ne dépassant pas les 1.5mm, sinon il vous faudra modifier le patron (emplacement des trous).
– Cire d’abeille pour finir les tranches
Bouton pression (x2) et ses matrices
– Teinture (optionnel)
– Encaustique de finition
– Marteau et martyr pour assembler les différentes pièces (ou presse si vous avez)

 

 

Allez juste pour vous donner le contraste, voici ce même modèle (mais en violet), fait à la même époque que la rouge, mais utilisée pour mes outils

 

Autant vous dire qu’elle souffre de par son contenu (le métal, c’est lourd), les manipulations et déplacements, la preuve que ça tient bien dans le temps.

 

La seule différence entre ma trousse et celle de ma femme, c’est la souplesse de celle contenant les outils … plus manipulée, plus remplie et plus lourde … le cuir s’est assoupli alors que la rouge est restée dans sa forme de base assez ferme (jamais forcée par trop de contenu, à l’inverse de la violette).

 

patron cuir maroquinerie trousse stylos outils gratuit libre
Ma trousse d’outils à frapper
patron cuir maroquinerie trousse stylos outils gratuit libre
Les matrices pour les boutons pressions et autres accessoires

Et un ensemble de trousses, réalisées il y a quelques années pour les marchés artisanaux.

patron cuir maroquinerie trousse à rabat en cuir stage formation sans couture
Différentes trousses à rabats

 

Et pour conclure, contrairement à une idée reçue (hypothèse de certains clients), je n’ai jamais perdu quoi que ce soit avec ce modèle, du moment que la trousse est bien ajustée au départ, j’ai de petites pièces (bouton pression de secours) en permanence dedans.

 

Vous pouvez modifier, adapter ce patron pour créer des articles en cuir personnalisé (plus d’infos sur l’utilisation de ce patron).

 

Cliquez ici pour télécharger le patron pour réaliser cet article

 

Partagez voter réalisation à partir de ce patron sur notre groupe Facebook !

A bientôt

Tithouan

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerie

Qu’est-ce qu’un bouton de col et comment le poser ?

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerie

Un bouton de col, c’est quoi ? Comment le poser de façon efficace et durable ?

 

Le bouton de col est un système de fermeture simple et efficace et utilisé de longue date.

Très utilisé dans l’armée (pour les cartouchières et autres accessoires de la lourde panoplie des militaires d’autrefois) par sa solidité et facilité de mise en place, on le retrouve régulièrement dans le milieu de la maroquinerie, sur des sacoches pour ceinture, des bracelets, des sangles etc.

Il est très pratique pour régler la taille d’un bracelet par exemple, en prévoyant des trous supplémentaires de réglages.

 

 

De quoi est-il composé ?

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerieLe bouton de col est habituellement en deux parties, une mâle et l’autre femelle, il existe à visser (comme ici) mais aussi à riveter (je n’en utilise pas car difficilement réparable).

 

Parfois en une pièce, dans l’esprit du bouton de manchette, je ne le trouve pas facilement chez les fournisseurs (dommage).

 

  • La partie mâle est simple, une tige filetée avec une base (avec souvent un cran pour utiliser un tournevis).
  • La partie femelle est composée d’une base, d’une tige et finie par une boule. Cette boule est importante car c’est elle qui va servir de blocage.

 

Différentes tailles existent, hauteur de tige, grosseur de boule, largeur de base etc.

 

Un bouton de col ne se pose pas n’importe comment, ne serait-ce que par la logique de traction et des forces exercées sur le cuir, selon l’objet fabriqué.
Je vois régulièrement des boutons posés avec une fente inadéquate ou un trou bien trop gros (à peine en dessous de la taille de la boule) et sans fente de passage …
cela pourra fonctionner un temps mais à l’usage s’usera très vite et ne pourra que difficilement être modifié par la suite.

 

 

Pour commencer, il faut prendre en compte la taille de la tige femelle, tout va se jouer à partir de là (ne pas y voir un quelconque sous entendu machiste 🙂 ), présent sous la tête en forme de boule.
Sur la photo la tige fait 4mm, le trou accueillant cette tige sera donc de 4mm, pas moins, pas plus. Ce sera le plus adapté, sans risques de déformation à l’usage.

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerie

 

Ensuite vient la fente pratiquée pour faciliter le passage de la boule. Cette fente, je compte 10mm du point central du trou de la boule, à l’autre bout.

 

Je pratique pour ma part un petit trou à l’autre bout de la fente, cela évite le déchirement sur le long terme et facilite encore le passage de la boule.

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerie

 

Ensuite et seulement à ce moment, je fait la fente (outil plat affûté faisant 10mm, attention avec les cutters ou tranchets, risque d’abîmer les trous existants).

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerie

 

Autre particularité que je pratique, pour faciliter le passage de la boule lors de la fermeture mais pas à l’ouverture (le système est fait pour résister plus dans ce sens que dans l’autre), j’utilise l’abat-carre pour retirer un peu de matière sur les deux bords de la fente (voir l’article, comment éviter les fibres). Cela donne un effet entonnoir dans un sens mais pas dans l’autre.

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerievoici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerie

Le résultat : un fermoir qui passe pile comme il faut, sans forcer plus que nécéssaire et qui, par le fait d’être bien ajusté, tiendra plus longtemps.

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerie

 

Pour fixer le bouton de col, faire un trou à la taille exacte de la tige filetée et visser la partie mâle et femelle en semble en coinçant le cuir entre les deux. Une astuce pour éviter que le bouton de col se dévisse.

voici comment installer un bouton de col pour fermer un article de maroquinerie

 

Vous pouvez partager cet article en utilisant les boutons de partage prévus à cet effet en bas de l’article.

 

A bientôt

Tithouan

Comment fabriquer un système de fermeture pour sac à main avec un lacet en cuir

Système de fermeture avec un lacet en cuir et un bouton

Voici comment fabriquer un système de fermeture simple et efficace avec un lacet en cuir et un bouton

Comment fabriquer un système de fermeture pour sac à main avec un lacet en cuir
Système de fermeture tout en cuir
  • Simplicité de mise en œuvre
  • Peu de matière
  • Peu d’outils
  • Solide
  • Durable
  • Sans métal
  • Sans colle
  • Peut-être utilisé dans les reconstitutions historiques

 

Le concept est un lacet autobloquant, plus on tire sur la boucle, plus le nœud de maintien sert le montage. Aucun risque donc que cela ne se démonte (utilisé plus de 5 ans tous les jours sur une de mes pochettes), du moment que l’ensemble est bien serré au départ.

 

Voici comment faire :

 

 

Matériel et outils (à titre indicatif)

  • Lacet en cuir
  • Emporte pièce

Comment fabriquer un système de fermeture pour sac à main avec un lacet en cuir

 

Percer 4 trous dans le cuir .
(ici en trapèze vers l’extérieur pour que le lacet « s’ouvre » plus facilement à l’utilisation, vous pouvez percer ces 4 trous en carré ou rectangle, utile si l’on souhaite que le serrage autour du bouton soit plus fort)

Comment fabriquer un système de fermeture pour sac à main avec un lacet en cuir

 

Passer les pointes des lacets dans les trous du haut pour former la future boucle.

Comment fabriquer un système de fermeture pour sac à main avec un lacet en cuir

 

Faire passer la pointe du lacet dans le trou du bas (du côté chair vers côté fleur).
Attention à bien positionner votre lacet, qu’il ne tourne pas sur lui-même.

Comment fabriquer un système de fermeture pour sac à main avec un lacet en cuir

 

Repasser le lacet dans le même trou en entourant le lacet de boucle (côté fleur vers côté chair).

Comment fabriquer un système de fermeture pour sac à main avec un lacet en cuir

 

 

Le lacet, côté chair, passe comme sur la photo, il sera serré et bloqué dès que l’on tire sur la boucle.

Comment fabriquer un système de fermeture pour sac à main avec un lacet en cuir

 

 

Même chose avec le deuxième lacet.

Comment fabriquer un système de fermeture pour sac à main avec un lacet en cuirComment fabriquer un système de fermeture pour sac à main avec un lacet en cuir

 

On coupe le surplus de lacet (pas trop court non plus), il est important de bien serrer l’ensemble du montage pour qu’il ne bouge pas dans le temps. Gardez à l’esprit que le lacet peut se détendre un peu à l’usage, il suffit de refaire le réglage si besoin.

 

Ce système de fermeture peut s’utiliser avec le bouton enroulé en cuir, cet ensemble est idéal pour la reconstitution historique.

 

Un aperçu de ce système de fermeture sur un sac à dos réalisé en cuir nourri (une merveille pour la patine, un peu lourd, mais beau, là le sac est neuf)

Exemple sac à dos en cuir tannage végétal cousu main artisanal système de fermeture par bouton en cuir enroulé
Sac à dos en cuir de vache tannage végétal nourri, cousu retourné

Pensez à vous abonner à notre newsletter pour être tenu informé des derniers articles parus.

A bientôt

Tithouan

Comment fabriquer bouton en cuir enroulé médiéval historique reconstitution

Comment fabriquer un bouton en cuir

Comment utiliser le patron du bouton enroulé

 

 

Outils et matériaux (à titre indicatif) : cuir, outil de coupe, emporte pièce, abat-carre(optionnel)

 

– Choisir entre le modèle avec fixation par un lacet en cuir ou par un fil de couture.
– Tracer le patron et marquer les points correspondants sur le cuir
– Couper
– Percer les trous à l’emporte-pièce
– Passer l’abat-carre (optionnel)
– Finitions des tranches (optionnel)

 

A partir de là, il faut mettre en forme le bouton en cuir.

 

Comment fabriquer bouton en cuir enroulé médiéval historique reconstitutionComment fabriquer bouton en cuir enroulé médiéval historique reconstitution
Pour le bouton avec lacet, faire un nœud d’arrêt au bout du lacet et le passer dans le trou, côté le plus grand du trapèze.

 

 

Comment fabriquer bouton en cuir enroulé médiéval historique reconstitutionComment fabriquer bouton en cuir enroulé médiéval historique reconstitution
Ensuite enrouler le bouton sur lui-même pour que le lacet soit en face du trou du milieu, passer le lacet et continuer à enrouler jusqu’au dernier trou, passer de nouveau le lacet, et voilà, votre bouton est prêt à être fixé.

 

 

Comment fabriquer bouton en cuir enroulé médiéval historique reconstitutionComment fabriquer bouton en cuir enroulé médiéval historique reconstitution
Pour fixer le bouton sur l’objet final, faire un trou, passer le lacet et faire un nœud, couper l’excédent.

 

 

Comment fabriquer bouton en cuir enroulé médiéval historique reconstitutionComment fabriquer bouton en cuir enroulé médiéval historique reconstitution
Pour le bouton avec fil de couture, même chose que le précédent, on passe le fil dans les deux trous côté large du trapèze, on enroule et on passe les deux fils dans les deux trous du milieu, on continue à enrouler jusqu’aux derniers trous.
De là, je conseille un nœud en huit pour fixer le montage.
Votre bouton est prêt à être cousu.

 

 

Comment fabriquer bouton en cuir enroulé médiéval historique reconstitution
Pour fixer le bouton, faire deux trous dans le cuir, et faire un nœud en 8, couper l’excédent.

 

Pensez à bien serrer l’ensemble du bouton, il ne doit pas y avoir de décalage (les trous doivent être bien en face).

 

Ce type de bouton en cuir est très ancien, facile à mettre en œuvre et utilisé dans les reconstitutions historiques (médiéval, viking etc.)

 

Le bouton existe aussi en une seule pièce, je trouve ce modèle plus facile à mettre en oeuvre et surtout, il utilise un morceau de peau plus petit.

 

Profitez-en pour utiliser des chutes ou des zones avec peu de largeur.

 

On peut voir sur la vidéo, que j’utilise des chutes de cuir, et surtout que je mets mon patron sur une partie de la chute que j’aurais peu utilisée autrement.

 

Vous pouvez faire des modèles à vos dimensions, ici c’est une taille de bouton que j’utilise pour fermer des besaces ou pochettes portée à la ceinture.
Faites des essais et n’hésitez pas à partager sur note groupe Facebook, les dimensions de vos modèles et pour quelle utilisation.

 

A bientôt

Tithouan

patron bouton en cuir reconstitution historique medieval viking moyen age

Patron bouton en cuir

Ce bouton en cuir est idéal pour la reconstitution ou des articles historiques, modèle à télécharger gratuitement.

 

Ce patron est prévu pour un cuir de 1.5mm à 2mm.
(plus épais ou plus fin, il faudra peut-être revoir l’emplacement des trous sur le patron en prenant en compte l’épaisseur).

 

patron bouton en cuir reconstitution historique medieval viking moyen age
Bouton en cuir

 

Pour la photo, les cuirs choisis sont des collets 1.5mm marron et noir.
Les tranches sont lissées à la cire d’abeille et un brunissoir et les finitions à l’encaustique maison.

 

 

 

 

 

Matériel / matériaux (à titre indicatif et non exhaustif) :

– Du fil pour coudre le cuir (lin câblé) et des aiguilles à bout rond (aiguilles aux pinces) ou un lacet en cuir
– Pince emporte pièce (ou emporte pièce à frapper)
– Abat carre (non obligatoire)
– Cutter ou tranchet avec une règle de coupe
– Cuir avec assez de tenue, ne dépassant pas les 2mm, sinon il vous faudra modifier le patron (emplacement des trous).
– Cire d’abeille pour finir les tranches

 

Découvrez la réalisation de ce bouton en vidéo sur cet article : Comment fabriquer un bouton en cuir

 

 

Vous pouvez modifier, adapter ce patron pour créer des articles en cuir personnalisé (plus d’infos sur l’utilisation de ce patron).

 

Cliquez ici pour télécharger le patron pour réaliser ce bouton

 

Pensez à vous inscrire à la newsletter pour être tenu au courant des nouveaux articles !

A bientôt

Tithouan

astuce éviter les fibres qui dépassent trou emporte pièce

Comment éviter les fibres dans le trou à l’emporte pièce pour l’ardillon d’une boucle

Voici une astuce simple et efficace pour éviter les fibres qui dépassent à l’intérieur du trou fait avec un emporte pièce à frapper, ici par exemple pour un trou d’ardillon de boucle.

 

astuce éviter les fibres qui dépassent trou emporte pièce
On peut observer les fibres qui dépassent

 

 

Pour commencer il faut comprendre pourquoi la coupe n’est pas droite ?

 

C’est dû à la forme de l’outil, on peut affiner l’outil pour amoindrir cet effet, mais le tranchant ou l’ensemble de l’outil sera plus fragile et durera moins dans le temps.

 

Ensuite, pourquoi éviter les fibres ?

 

On retire ces fibres pour le rendu esthétique pour commencer, mais aussi pour le vieillissement de l’objet à la longue, l’ardillon à plus de liberté et frotte moins à la manipulation.

 

Comment faire autrement donc ?

 

  • Une planche
  • Un abat-carre
  • 15 secondes

 

Utiliser pour commencer la technique de surélever le cuir avec une planche, puis passer l’abat-carre dans la fente, côté chair (uniquement côté chair !).

 

 

astuce éviter les fibres qui dépassent trou emporte pièce
Les fibres sont coupées

 

La lame coupera les fibres et équilibrera la coupe.

 

 

 

 

 

C’est simple, efficace et rapide.

 

Et hop une vidéo pour illustrer le geste !

 

 

N’oubliez pas de vous inscrire à notre newsletter pour être tenu informé des nouveaux articles !

 

A bientôt

Tithouan