Contenu d’une trousse à outils minimale de voyage

Une trousse à outils minimaliste pour pouvoir voyager léger et efficace.

 

Il y encore peu de temps, j’ai fait une expérience intéressante, qui personnellement m’a beaucoup aidé techniquement.

 

Je suis parti en voyage, sans véhicule personnel (utilisation du train et co-voiturage), avec ma femme et mon fils de un an et demi.

 

Autant dire que les bagages doivent être légers, donc outillage minimum et efficacité obligatoire (Il faut être bon au Tetris pour les valises et je n’ai mes bras ont leurs limites !)

 

Trousse à outils minimale de voyage pour travailler le cuir ou la maroquinerie

La trousse à outil de voyage

Voici les outils emmenés durant ce voyage qui a duré sur 1 année (en plusieurs fois), dans divers lieux et diverses régions de France.

 

– Pince à coudre de voyage (fabrication maison pour cette occasion)
Outil pour tracer les lignes de coutures et marquer l’espacement des points (la fourchette sur la photo)
– Une râpe (finitions des tranches), oui c’est ce que l’on trouve en Pharmacie pour l’hygiène des pieds, ça fonctionne très bien … )
– Une planchette de bois pour la coupe (morceau de planche de cuisine, un côté pour la coupe et l’autre côté pour la teinte et tas pour frapper)
– Un réglet, 30cm, pour couper et tracer
– Un crayon
– Des ciseaux
– Une pointe à tracer (grosse aiguille à matelas)
– Une alêne losange
– Des aiguilles (qui se rangent dans le manche de l’alêne avec la pointe losange elle même)
– Un mini marteau
– Une lissette (ou plioir, os pour lisser)
– Une mini pince crocodile
– Une petite brosse à lustrer
– Un tranchet (forgé maison en initiation avec un copain forgeron, se tient comme un stylo, voici le modèle de trousse de protection utilisé)
– Un seul emporte pièce (c’était trop peu, ma pince emporte pièce m’a beaucoup manqué)
– Un abat carre (double 0/1 de chez Vergez Blanchard)

 

Non présent sur la photo : Du fil à coudre, du cuir et mon encaustique maison (mini pot bonne maman et une brosse à dent + chiffon), du papier de verre carrosserie grain 800 pour affûter mon tranchet.

 

Avec tout ça, j’ai fabriqué ou réparé :

licol (réparation et remplacement de pièces), collier pour chien, porte-feuille, porte-cartes, bourses, bracelets, ceintures, selle (réparation), sacs, etc.

 

Point de réflexion : je pense qu’il est intéressant de sortir du sur-équipement, maîtriser des outils simples, on y ajoute de la réflexion et de la motivation, on peut faire des merveilles.

Suite à différentes rencontres avec des artisans du Burkina Faso (sur place) quelques années auparavant, j’avais déjà épuré mon outillage (et commencé à travailler assis au sol), j’ai encore peaufiné la chose depuis, suite à cette expérience.

 

Cela prend plus de temps, mais on apprend à maîtriser ses gestes, ce qui est au final un investissement en efficacité pour la suite, donc un gain de temps et de maîtrise sur le long terme.

 

J’ai un outillage pro bien fourni, presque tout y est manuel ou mécanique (par choix, il ne me reste qu’un petit banc de finition électrique). Et j’utilise ces outils pour le gain de temps que cela apporte et aussi la facilité de mise en œuvre (confort), c’est indéniable. Mais depuis ce voyage et cette expérience de devoir travailler avec très peu, j’ai une maîtrise supérieure de mes projets et de ce que je peux faire avec tel ou tel outil, un œil neuf sur mon travail.

Expérience intéressante à vivre pour avancer, une prise de conscience sur nos réels besoins matériels et de comment y répondre.

 

Quel sont, selon-vous, les outils indispensables pour travailler la maroquinerie ? Laissez-nous un commentaire !

 

A bientôt

Tithouan


 

9 comments

  • paquet

    bonjour
    je suis une débutante, j’ai de suite adopté votre fourchette que je trouve fort pratique. pour le moment je n’ai pas d’abat carre et j’utilise un coupe cuticules. la pince de sellier je l’ai fabriqué avec un morceau de bois, une charnière et quelques visses.

  • l'Atelier de Françoise

    salut !
    très chouette article. Moi je suis une adepte de la griffe du coup je n’utilise pas de pince de toute façon je n’ai jamais réussi à être à l’aise avec ma pince .
    A la place du brunissoir je me suis façonné un os à moelle dans lequel j’ai fait une encoche sur le côté, à l’usage c’est devenu tellement lisse qu’il brille et cela fait des tranches impeccables et si on le perd on peut toujours en refaire un
    a +

    • Tithouan

      La pince est faite pour faire des trous, pas pour des coutures à la base, c’est une utilisation qui peut certes être faite (mon père le faisait par exemple), mais cela enlève de la matière et la tenue n’est pas la même (sans parler du rendu esthétique) après chacun ses choix. 🙂
      Pour moi la pince emporte pièce est faite pour percer des trous utilitaires (mettre un bouton pression etc.) ou décoratifs, au même titre que des emportes pièce à frapper.

      Pour la griffe à frapper, moi aussi … tellement simple et efficace.

      Pour le brunissoir, oui l’os marche très bien …
      A bientôt 🙂

  • Stéphane Vigo

    Bonjour,
    Merci pour l’article.
    Pour répondre à votre question, les outils qui me servent le plus sont :
    Cutter,
    Griffes de frappe pour les trous,
    Alène losange
    Aiguilles et fils poissés,

    Viennent ensuite (non obligatoires, car pour des finitions de projets) :
    Abat Carre,
    Brunissoir,
    Matoirs,
    Ustensiles de teinture.

  • Débutant_maro

    Bonjour

    Merci pour l’article! Est-ce qu’on peut utiliser râpe à la place de papier vert pour la finition?

    Merci en avance

    • Tithouan

      oui, éviter les râpes à bois … j’aime bien les râpes pour retirer les cales des pieds … il en existe plein de sortes avec différents grains (finesse), j’ai même déjà croisé un artisan qui en voyage utilisait des limes à ongles avec différents grains … après un simple morceau de papier de verre collé sur un bout de bois, c’est rapide et facile à fabriquer …
      🙂
      A bientôt

  • Aurélye

    Merci pour cet article super intéressant ! Une petite question … Comment avez-vous fabriqué votre « pince maison »? C’est l’outil noir tout en haut à droite…? Une belle journée à vous !

    • Tithouan

      Merci à vous de ce retour 🙂
      La pince est en bois en bas à droite, je l’ai fabriquée avec des lattes de stores en bois un peu de colle à bois, de la chambre à air, deux bouts de fil à coudre et un couteau suisse.
      Sans être une pince de grande qualité, c’est ce qui répondait à mon besoin durant mon voyage, léger, petit et qui me permet de faire des coutures d’une façon plus confortable.
      Il est prévu que je fasse un article à ce sujet … j’avais quelques photos du montage.
      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *